Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 décembre 2019 2 24 /12 /décembre /2019 21:43

L'an dernier, alors que je commençais mon désormais célébrissime périple vers le gentleman, et que (plus prosaïquement) j'essayais d'oublier ma muse, j'avais entrepris de me chercher une copine. Je m'étais inscris sur meetic, et j'avais même pris un abonnement payant. Sans réel succès. J'avais participé à une rencontre meetic aussi. Mais les jeunes femmes, en particulier, venaient avec des amies, et restaient avec les gens qu'elles connaissaient. En discutant avec une organisatrice, celle-ci m'avoua que c'était l'un des seuls moyens de faire venir des femmes dans ces soirées.

Mais c'est vraiment durant l'année qui s'est écoulée que j'ai cherché à faire un tas de rencontre.

J'ai fais quelques speed datings. C'est vrai qu'on en parle plus trop, mais il y a plus de 10 ans, il y avait un côté effet de mode marrant. Je trouvais qu'il y avait un côté plus réel que sur les applications de rencontre mais aussi que ça créait un cadre plus strict par rapport aux rencontres que j'aime appeler "sauvages" (cet article sera très fortement influencé par Pokémon, je préviens). Mais, il apparaît qu'il y a bien plus d'hommes que de femmes qui s'inscrivent. Et là encore, en parlant avec une des organisatrices, j'ai appris qu'autant il y avait des hommes dans ma tranche d'age (25-35 ans), autant il y avait très peu de femmes dans cette tranche d'age, et que les femmes qui s'inscrivent dans ces rencontres ont en général plus de 35 ans. Et qu'il était difficile d'avoir des groupes équilibrés (surtout avec un ratio 3:1 pour les hommes). Cependant, je dois reconnaître que j'ai eu mon petit succès au cours de ces soirées, même si les femmes, en dehors d'une, ne m'ont pas spécialement percuté.  

J'ai également téléchargé des applications de rencontre. J'en essayé plusieurs, Tinder, Happn, Bumble, Once, etc. Mais je les trouve insidieuses. Beaucoup d'entres elles jouent sur la frustration des hommes et l'insatisfaction des femmes. Mais je n'ai commencé à les comprendre que plus tard. Je savais qu'il y avait plus d'hommes que de femmes sur ces applications. Je me doutais également que les femmes étaient bien plus sélectives que les hommes aussi (elles ont le comportement exactement inversé), mais je pensais que c'était parce qu'elles savaient qu'elles avaient un choix beaucoup plus important que la très grosse majorité des hommes et qu'elles pouvaient se permettre de jouer les difficiles. Je pense que c'est toujours vrai, mais j'ai apporté un élément supplémentaire à mon analyse. Elles se sentent en danger. Elles ne savent pas qui, sur le paquet de gars qui veut entrer en contact avec elles est un mec correct (à défaut de bien) et qui est un putain de chien de caniveau. Et comme me disait un ami, sur Tinder, la plupart des mecs sont des tocards. De fait, elles sont hyper-sélectives. Déjà parce qu'elles peuvent se le permettre, mais aussi parce qu'elles ont besoin de sentir en confiance. Conséquence de tout ça, quelques mecs se partagent l'attraction de la plupart des femmes. Les autres restent à terre. Même si j'ai eu quelques matchs, je fais partie de ces derniers. Ça peut vraiment affecter l'image que l'on a de soi. On se demande qu'est-ce qui ne va pas chez soi? Est-on si moche et si inintéressant que ça?

Maintenant je tâche de prendre de la distance par rapport à tout ça, et d'être plus passif. Le shot de dopamine n'apporte rien si ce n'est des blessures à l'amour-propre et du temps perdu.

De fait (ça s'est de l'intro), j'ai tenté les rencontres sauvages. En vrai. Mais je ne sais pas comment m'y prendre. J'ai tâché de comprendre comment un homme et une femme peuvent construire leur couple pour essaye de comprendre ce que je peux rechercher chez une femme qui me correspondrait, mais je n'ai rien trouvé de concluant. Faut dire aussi que je n'aimais pas trop cette idée. Je pensais qu'une rencontre était plus belle dans sa spontanéité plutôt que de se dire : "je veux ça, ça et ça" Alors qu'on sait très bien que l'on ne tombe pas sur ce que l'on a définit.

De tout ce que j'ai pu voir et de la plupart des filles que j'ai pu rencontrer, j'ai l'impression que beaucoup d'entres elles sont dans un délire que j'appelle "Série, Apéro et Voyage" ou S.A.V.. On peut penser que je me moque de ces filles, mais je me dis plutôt qu'encore une fois, je suis à contretemps par rapport aux autres. Donc plutôt que d’enchaîner les rencontres creuses et perdre du temps, je me suis dit autant essayer de faire des recherches, comme quand je compose une équipe de Pokémon, qui joue quel rôle. Mais la recherche de Pokémon, implique de savoir distinguer Magicarpe de Minidraco ou Barpau. Ces trois Pokémon sont superficiellement identiques (et les évolutions finales sont de très bons Pokémon), mais on n'attend pas du tout le mêmes choses d'eux.

Dans un premier temps, et parce que je ne voulais pas me brider, j'ai alors pensé à une "bobo crossfitteuse", à ce moment là, il s'agissait de combiner la recherche de la performance et de l'excellence, qu'un point de vue social et physique. Mais maintenant, je me rends compte que cette image est creuse. 

Puis un jour, alors que je réfléchissais, je me suis dis pourquoi ne pas appliquer la distinction que j'emploie pour ma propre évolution? Je cherche à créer une forme de complémentarité. Puisque le gentleman doit faire de moi un meilleur homme, il convient de trouver son pendant féminin, la "lady"...? Mais je vois tout ça plus comme un faisceau d'indice que comme une grille de contrôle. On tend vers quelque chose.

Corps : Je pense qu'on va évacuer le physique en premier, puisque ce serait le plus simple. Normalement. Est-ce que j'ai des critères physiques forts? Avec mon 1m89 je préfère les filles plus grandes, que je débute assez arbitrairement à partir d'1m67. J'ai également une affection pour les cheveux courts ou mi-longs. Je préfère également les peaux mates.

Néanmoins, là où ça devient plus pointu, c'est concernant le sport (eh ben oui). 

D'aussi loin que je me souvienne, les filles qui m'ont toujours fait beaucoup d'effets étaient sportives. Ce sentiment n'a fait que se renforcer ces dernières années, quand je vois l'effet que peut avoir une femme sportive sur moi.

De plus, c'est en partie pour devenir "digne" de femmes comme celles-ci que j'ai décidé de me décarcasser et de me mettre au sport pour qu'elle me voient. Aujourd'hui, une "activité physique régulière" fait partie de mes habitudes, à tel point que je conçois d'être un "go muscu".

Est-ce que l'on peut parler de mode de vie ? Je ne sais pas trop. Je préfère parler de "délire". Je suis dans un délire de "go muscu", donc je suis enclin à préférer quelqu'un qui est dans ce délire de "go muscu".

Donc, au delà du fétiche, il est important pour moi de rencontrer quelqu'un avec qui partager ce délire. Pour que l'on soit tout simplement sur la même longueur d'onde, et pas qu'il y ait un décalage (trop important en tout cas) entre nos deux "modes de vie".

Ce nindo comporte bien sur d'une part déplacer des charges mais aussi d'autre part, avoir une alimentation saine et harmonieuse. Avec des excès réguliers et sans restriction particulière.

Cependant, dans les hautes herbes, il est particulièrement difficile de rencontrer le type de femmes qui me fait tourner la tête. Déjà, la très grosse majorité des femmes ont peur de s'approcher d'un haltère (voire même de faire de l'exercice physique en dehors de la randonnée, éventuellement). Et bien souvent, ne comprennent pas (voire méprisent) pourquoi on déplacerait des poids pour les mettre en place.

Esprit : Après le physique, il est nécessaire que l'on soit capable de parler. Cependant, je trouve assez délicat de parler de ces choses. En effet, je comprend qu'il faille rester ouverts aux autres, mais dans le même temps, j'ai envie de rencontrer quelqu'un qui a un parcours académique assez similaire au mien pour qu'on ait une ligne de vie assez identique.

De ce que j'ai entendu et lu, on est plus enclin à se tourner vers ceux qui nous ressemblent et on fréquente en général les personnes évoluant dans un milieu similaire au notre. Pendant un temps, j'ai pu penser que c'était vrai, mais les événements des derniers mois m'ont poussé à réfléchir à ma vie professionnelle et les relations que j'ai pu nouer dans ce milieu.

Je suis en pleine redéfinition de ma vie professionnelle, donc je réévalue ce que je peux estimer attendre d'une femme. L'une de mes constantes est que j'apprécie l'ambition, et je respecte quelqu'un qui essaie d'atteindre le top de son domaine d'activité. Et une fille qui en veut, est plutôt attirante. Mine de rien, on peut faire le lien avec la pratique sportive, où l'on se fixe des objectifs que l'on souhaite dépasser.

En fait, je recherche quelqu'un que je sais que je peux percevoir comme mon égal. Je ne me perçois pas comme spécialement cultivé (je sais qu'il y a des gens bien plus érudits que moi), mais j'ai pu rencontrer des personnes en "admiration" devant moi. C'est peut-être flatteur, mais ça ne permet pas d'apprécier quelqu'un à sa juste mesure. Et ça peut être bien pour mon arrogance de rencontrer quelqu'un qui a du répondant.

Cœur : Même si on peut parler, il faut savoir de quoi on parle! Je pense que chaque personne est différente, et possède ses propres passions et hobbies. Même si parfois c'est assez frustrant de tomber sur des S.A.V., j'essaye d'avoir une tolérance neutre par rapport à ce que je peux rencontrer.

Depuis que je suis en age de faire des rencontres, j'ai trop souvent eu le sentiment d'être jugé pour ce que j'aimais. Soit c'était trop enfantin, soit c'était trop bizarre. Cette attitude m'a profondément marqué, et même maintenant j'ai de grosses difficultés à parler de ce que j'apprécie (si l'on exclue ce journal). Ça doit être également l'une des raisons pour lesquelles j'ai longtemps manqué de confiance en moi. C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je me braque assez facilement quand je rencontre des SAV. J'ai l'impression de me percuter face à de nouveaux murs, et je perds tout intérêt.

Et au fond, ce que j'ai envie, c'est de pouvoir me lâcher avec elle, et la faire rentrer dans mon univers. Etre capable de partager avec elle ce qui me fait vibrer. Mais dans le même temps, je comprends que moi aussi, je dois être capable d'accepter ce qui la passionne, et tâcher de rentrer dans son univers à elle. Et si ça passe pas, c'est pas bon. Enfin, il faudrait qu'on soit capable de s’entraîner dans de nouvelles aventures (même si l'expression "partner in crime" m’énerve).

Enfin l'un des points qui découle de tout ça, est qu'elle doit avoir sa propre vie. Je préfère me dire que l'on s'enrichit mutuellement, et que nos moments ensembles sont plus importants de cette façon. Et puis, il y a aussi mon côté plutôt solitaire.

Fondamentalement, ce serait quelqu'un qui me pousse à toujours m'améliorer. Pour schématiser, j'ai en tête le Power Couple, où chacun est cool et bien dans sa peau, et quand les deux sont ensemble, le potentiel explose. Ils se complètent naturellement, ils se motivent l'un l'autre, et quand ils sont ensemble rien ne peut les arrêter. Ça me fait rêver, et j'aimerais tisser ce type de relation.

Cependant, durant l'automne, j'ai pris un train en pleine face qui m'a poussé à me poser différentes questions. Est-ce que ma recherche est si importante que ça ? Est-ce que je ne cherche pas à combler ma propre solitude? Et à quel prix? J'ai réalisé que je devenais de plus en plus charo, et que ce n'est pas spécialement attirant.

Après toutes ces péripéties, je me dis qu'il faut que je me calme un peu, que je prenne du recul par rapport à tout ça. J'ai également réalisé à quel point ma vie reste un chantier et que je ne souhaite pas nécessairement que quelqu'un y rentre pour une période indéterminée (pour ne pas dire, définitivement). Déjà parce qu'elle n'a pas à être l'architecte de tout ça, mais aussi parce que je veux offrir un meilleur moi, et pas un moi qui continue de se chercher. Je sais que c'est une image un peu stupide, mais je veux fréquenter une alpha, donc j'estime que je dois même être un alpha. Et je n'y suis pas encore.

Ca n'a pas l'air, mais comme illustrations des parties principales j'ai pris grand soin de ne choisir que des dresseurs qui utilisent des Pokémon ayant une vulnérabilité face au type Fée, le type le plus "girly" de la franchise.

Je me rends compte également que, il n'y a pas tant de lien avec Pokémon que je l'aurais cru!

Partager cet article
Repost0

commentaires

Menu Principal

  • : Journal du Yannus
  • : Bienvenue dans cet espace où je parle de ce que j'aime, et surtout de moi. En effet, je voulais avoir un endroit où je peux m'épancher à loisir! Pour autant, je préfère écrire un article quand je pense avoir un plus à apporter, ou si un sujet me tient très à cœur. Je n'ai pas une production régulière (j'écris quand l'inspiration vient et quand les possibilités me le permettent), mais j'encourage à passer au moins une fois par mois, pour ceux que ça intéresserait.
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Wakanda Forever
    Je ne sais plus si j'en avais déjà parlé mais le décès de Chadwick Boseman m'avait un peu marqué. Je crois que dans la même période Virgil Abloh était mort d'un cancer également. Ca m'avait fait penser à la fragilité de nos existence, et qu'il était important...
  • Un été pour abandonner l'humanité
    Je me rends compte que ça fait un moment que je n'avais pas écrit d'article sur ma "pratique sportive". Le dernier remonte à ma pratique de la calisthénie au cours de l'été dernier. Beaucoup s'est passé depuis. Déjà, le mauvais temps approchant me donnait...
  • Pokémon Legends Arceus
    J'ai pensé à acheter les remake de Diamant et Perle quand j'ai appris que leur Ligue était peut-être l'une des plus difficiles, avec Cynthia qui aurait une équipe "parfaite". Mais je me suis ravisé quand j'ai compris que ce n'était qu'un pic de difficulté...
  • Shin Megami Tensei V
    J'ai pensé à me prendre le remaster de Shin Megami Tensei : Nocturne. Mais finalement je me suis ravisé car les musiques n'avaient pas été décompressés. Toutefois, je trouvais bizarre que l'on ressorte un remake de Nocturne peu avant le V... Cependant,...
  • Terres d'Emeraudes 2.0
    J'en parlais dans l'article sur le gentleman, mais j'ai été en couple. C'est tombé à l'eau en partie parce que je n'étais pas disponible et avais, à ce moment là, d'autres priorités. Je n'avais pas pris le temps de prendre de vraiment digérer la rupture....
  • La reprise !
    J'en ai parlé, mais Ring Fit Adventure m'a beaucoup accompagné durant le premier confinement. J'ai pu avancer dans le jeu et ai été surpris des ennemis qui se diversifiaient à un moment avec des animaux envoutés (des cerfs bleus, des aigles rouges, des...
  • Tierlists des applications de rencontre utilisées
    Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement,...