Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2021 4 22 /04 /avril /2021 21:39

La crise du CoVid a entraîné la fermeture des cinémas. Moi qui aimais allé au cinéma de façon quasi-hebdomadaire, ça m'a pas mal perturbé. Les studios se sont décidés à sortir les films en streaming. Cela pose beaucoup de questions sur la consommation d’œuvres audiovisuelles (films, mais aussi séries), mais ce n'est pas mon propos.

Le premier film que j'ai vu dans ce format est le Justice League de Zack Snyder. Je ne croyais pas que ce film sortirait un jour, et c'est beau de voir l'engagement des fans. Même si je pense que WB s'est aussi servi du film pour lancer son service de streaming.

Et force est d'admettre qu'il est bien mieux que celui sorti en 2017 (déjà...). Bien plus cohérent narrativement, et mettant en avant Cyborg et Flash qui étaient pas mal en retrait. Le film était long néanmoins (il m'a pris toute une après-midi) et je n'aime pas les séquences "Knightmare" que je trouve inutiles. Mais j'espère que ce film permettra de relancer le DCEU pour proposer quelque chose d'intéressant. Ça me fait penser à ce qu'on disait il y a quelques années sur WB/DC qu'ils étaient respectueux des réalisateurs et voulaient que leur univers cinématographique soit un univers d'auteurs...

Je me permets cette aparté, parce que je ne voulais pas écrire un nouvel article, et je ne savais pas comment introduire ce film.

Parce que Godzilla vs Kong a bénéficié de ce traitement. Après avoir vu sa date de sortie plusieurs fois repoussée.

L'action se déroule 5 ans après King of the Monsters. Entre les évènements de Kong : Skull Island et le début du film, la tempête autour de Skull Island a ravagé l'ile et les conditions ont entrainé la disparition de la population indigène.

L'équipe de Monarch sur place essaie de protéger Kong, qui a maintenant atteint sa taille adulte. Il faut le protéger du climat de plus en plus en inhospitalier, mais aussi de Godzilla. Le roi des monstres ne tolérera aucun rival et Kong ne se soumettra à personne.

De son côté, Godzilla est de plus en plus agité. Il parcourt son territoire à un rythme effréné. Alors qu'il a plutôt été indifférent vis à vis des humains, il s'en prend directement à des installations en littérales. Plus spécifiquement, il attaque les locaux de l'entreprise Apex dont le dirigeant se présente comme celui qui va propulser l'Humanité vers un nouvel Age.

Production : Je regardais le film et je me disais "Qu'est-ce qu'il y a comme effets numériques!" Et je me demandais alors comment le tournage se passait avec le réalisateur qui dit aux acteurs de regarder un point et d'avoir l'air inquiets ou terrifiés en disant que pendant ce temps, deux monstres de plus de 100 m sont en train de se battre.

En cherchant, j'ai vu que Kong a été le seul qui a pu bénéficier de motion performance, avec un acteur qui joue ses scènes et elles sont reproduites ensuite par ordinateurs.

La Terre Creuse nous est également présentée, et elle est assez impressionnante. D'abord introduite dans Kong : Skull Island, elle a été présentée sous une première forme dans King of the Monsters, comme un réseau de tunnels sous-marins que Godzilla empruntait pour se déplacer à de grandes vitesses sur le globe. Mais on la voit. Comme une "vraie" Terre creuse, un écosystème complet tenant à la fois sur la partie inférieure de la croute et la partie supérieure du manteau (ou du noyau?). Cette Terre creuse serait l'origine des Titans et ils sont les seuls naturellement capables de supporter le changement de gravité qu'induisent les déplacements (déjà qu'ils sont des anomalies physiques). La Terre creuse est aussi la source d'une énergie proche de celle du souffle de Godzilla.

C'est assez marrant quand on se dit que le premier se voulait être plus terre à terre dans sa diégèse et sa réalisation, mais que cela a été progressivement mis de côté. J'ai toujours eu du mal avec la possibilité que des créatures puissent vivre pendant des centaines de millions d'années. Ensuite, nous avons eu des extra-terrestres qui sont sur Terre depuis une période indéterminée (ce qui soulève la question d'autres extra-terrestre, est-ce que Ghidora va de planète en planète pour tuer toutes les formes de vie?). Et maintenant, nous avons la Terre creuse. Une théorie assez extraordinaire qu'on ne voit que dans les œuvres d'aventures les plus "fantastiques"!

On en vient ainsi au principal point du film, la bagarre. Contrairement aux autres films Godzilla (je me souviens bien moins de Kong : Skull Island), les combats ne sont pas coupés par le montage ou par l'obscurité. On les voit de bout en bout et surtout on peut bien les voir. Il y a 3,5 combats dans le film. Le 0,5 étant une escarmouche dans la Terre Creuse. Chacun est assez violent, à mi-chemin entre le combat de free fight (dans une cage où tous les coups sont permis) et le combat de coq (tant d'animaux mis en scène par des humains que de mâles dominants). J'étais parfois dérangé parce que justement ça me faisait penser à un combat d'animaux mis en scène par des humains. Genre un ours contre un gorille ou un crocodile contre un gorille...

Contrairement au précédent film, je n'ai pas de musique qui m'a transcendé. Mais peut-être que ça tient au format auquel j'ai pu voir le film. Si je l'avais vu au cinéma, j'aurais plus fais attention aux musique.

Écriture : Dans un premier temps, je pensais que le film avait laissé place à ses idéaux "écologistes" pour mettre en avant la bagarre. Mais dans le festival d'action qu'est le film, on retrouve les thèmes propres à l'univers. Que l'homme ne devrait pas essayer de jouer avec des forces qu'il ne comprend pas. Et que sa présence n'est que temporaire.

De façon générale, je n'aime pas les versus. Je trouve qu'on force des héros à se battre alors que le problème aurait pu être résolu en parlant, pour ensuite les faire affronter une menace commune. Et, bien entendu c'est le cas ici. Godzilla devient agressif, donc les humains espèrent que Kong peut les aider, soit en affrontant Godzilla soit en les guidant à la ressource capable de donner l'avantage aux humains. Mais Kong n'en a pas envie.

A la fin du précédent film, on voyait que les Titans travaillaient activement (sous l'autorité de Godzilla) à la régénération de la planète. J'aurais pensé qu'en 5 ans, il y aurait eu plus d'avancées civilisationnelles. Je vois qu'Apex possède des technologies extraordinaires, mais c'est tout en fait.

D'ailleurs, les autres Titans ont disparu. Je comprends que le but est de se concentrer sur les deux têtes d'affiches. Mais c'est bizarre qu'on ne mentionne certaines vedettes du précédent film comme Mothra (qui a un œuf quelque part) ou Rodan. Sont-ils morts?

Une question qui n'est jamais explorée est qu'est-ce qu'un Titan Alpha? On comprend que ce sont des Titans plus gros et plus forts que les autres. Avec potentiellement d'autres capacités qui les mettent à un autre niveau. Mais encore. Pourquoi il n'en faut qu'un pour dominer les autres? Surtout que les Titans s'inspirent de différentes espèces qui n'ont pas de liens sociaux particuliers, des reptiles, des arthropodes, des mammifères et un théropode. Ils n'ont aucune raison de se soumettre à un en particulier. Les films sous-entendent que d'une part, ils seraient respectivement les derniers représentants de chacun de leur "espèce", et qu'ils appartiendrait à un ordre qui leur serait propre, "titanus." J'ai un peu de mal avec les classifications biologiques...

On sait que nous sommes dans un film de science-fiction, mais j'ai vraiment eu du mal quand Godzilla a percé un trou dans le sol jusqu'à la Terre Creuse. Dans le 1er film, on comprenait qu'il éviter d'utiliser son souffle atomique, mais là il s'en sert pour aller percer la croute terrestre! Et au bout faire un trou suffisamment large pour que Kong puisse sauter à l'aise dedans. Je pense que c'est le seul moment où ma suspension de la crédibilité a dit "stop".

J'en parlais mais l'évolution de l'univers de quelque chose de "réaliste" vers de la SF de dingue. Cela aussi va dans le sens de l'écriture. Dans Godzilla (2014), l'écriture était sobre et lourde mais elle s'est progressivement allégée avec de plus en plus d'humour. Ce dernier est celui qui s'y essaie le plus. A différents niveaux de réussite...

Personnages : Dans un coin, nous avons la Team Kong. On peut arguer que Kong est le héros du film. Peut-être parce que c'est un mammifère et un primate qui plus est, ça le rend plus sympathique sans doute. Il a également un rôle d'underdog dans ce combat, même s'il est plus grand que dans le précédent film et acquiert la hache dorsale qui l'aide à se battre à armes à peu près égale. En effet, Godzilla est beaucoup plus puissant et Kong doit jouer avec son agilité et sa ruse pour prendre le dessus. Pour autant, il n'est pas réellement durant le film, il se fait littéralement balloter de lieu en lieu. Il veut rester tranquille dans son coin ou retrouver les siens. Ce n'est que lorsque Godzilla s'en prendra à sa demeure ancestrale qu'il va décider à prendre les armes.

J'ai été un peu déçu que l'on ne revoit pas de descendants des personnages du film de Kong. La scientifique qui l'étudie est sympa, mais c'est réellement Jia la vedette côté humain. Elle a réussi à se lier d'amitié avec Kong et à lui apprendre quelques mots en langues des signes. De fait, je me suis demandé si d'autres Titans pouvaient apprendre des mots. Puisque Kong et Godzilla arrivent à communiquer avec leurs langages corporels et leurs hurlements...(?) Sinon il y a aussi le conspirationniste de la Terre creuse. Je ne l'appréciais pas trop, même s'il a eu l'idée qui a participé à la victoire finale.

De l'autre côté nous avons Team Godzilla, beaucoup plus lâche. Godzilla est dépeint comme un antagoniste pendant une bonne partie du film. Le spectateur comprend pourquoi il s'en prend aux installations Apex, mais pas les humains dans cet univers. Et il s'attaque inlassablement à Kong qu'il perçoit comme un rival potentiel. Alors qu'avant, il avait ce rôle de gardien placide de l'écosystème, il est plus proche du destructeur qui a une dent contre les humains. Il est possible de le trouver terrifiant, mais moi j'avais des étoiles plein les yeux dès qu'il apparaissait!

D'ailleurs, on voit de nouveaux aspects de Big G. D'abord, il est capable de rire et il est aussi capable de se déplacer à quatre pattes. Le déplacement sur quatre pattes n'est pas si extraordinaire puisqu'il fait ressortir les inspirations crocodiliennes. Mais le rire...

Les humains de la Team Godzilla en revanche sont complètement rajoutés au film. J'ai l'impression que leurs scènes ont été tournées après le reste du film. Madison qui était au cœur du film est en retrait, et son père quasi-absent. Bernie est le conspirationniste sympa et Russel (?) pourrait ne servir à rien. Assez paradoxalement, ils sont rattachés à la trame de Godzilla, mais alors que celle-ci est assez sérieuse, ils sont plutôt comiques.

Enfin, Apex et Mechagodzilla. Déjà Apex. Le nom veut tout dire. Il s'agit d'une entreprise technologie de premier plan. Je pensais qu'elle s'était enrichie suite au précédent film qui a modifié la donne niveau ressources. Mais apparemment ce n'est pas précisé. J'étais assez surpris que les dispositifs de sécurité d'une entreprise de cette ampleur et régulièrement attaquée par Godzilla, soient aussi faibles...

Le président de l'entreprise, Walter Simmons, se montre comme un bienfaiteur, mais on comprend vite qu'il s'agit d'une façade et qu'il s'agit plus d'un ego blessé et que son ambition est de dominer le monde. Sa mort reste quand même marrante. Sa fille, Maia, est canon oui, mais elle a le rôle de princesse un peu creuse.

J'ai été un peu déçu que Ren Serizawa, le fils du Professeur que nous avions précédemment suivi, soit si en retrait. Il y avait beaucoup à faire avec ce personnage qui a pris le contre-pied de son père. On voit qu'il prend beaucoup de plaisir à tuer des Titans. Et il se fait griller le cerveau.

Enfin Mechagodzilla. On peut se demander à quel point ils sont stupides à Apex. L'idée est remettre l'Humanité au sommet de la chaîne alimentaire. L'Humanité n'est plus l'espèce dominante et doit désormais composer avec des créatures antédiluviennes qui sont des catastrophes naturelles incarnés. Est-ce qu'on a réussi à contrôler des ouragans ou des tremblements de terre? Mais l'idée de base peut se tenir, les Titans sont des créatures imprévisibles, bien souvent indifférentes aux humains. Mais pourquoi reprendre les restes de Ghidora? Le monstre a failli de détruire la planète, c'est un extraterrestre dont on ne sait presque rien, si ce n'est qu'il a des capacités de régénération inouïe. Reprendre son crâne et son système nerveux pour le mettre dans un corps de métal est l'une des choses les plus stupides possibles.

Néanmoins, il est vraiment cool à regarder. Il se déplace avec grâce avec des propulseurs et des griffes énergétiques. Sa queue a une foreuse et ses doigts peuvent lancer des missiles! Quand il utilise son Hurlement Protonique, je me suis demandé pourquoi ça n'a pas détruit la ville? Mais son point critique est bien sur les restes de Ghidora qui servent de réseau télépathique. Il faut aussi garder en tête que c'est la tête gauche, celle qui était la plus "docile" et se faisait bolosser par les autres. Son origine est le fruit d'une idiotie sans nom, mais il est vraiment génial.

J'étais content du film. Si Kong a été celui qui devait remporter nos cœurs, Godzilla a clairement montré sa domination. "Embrace lizard, reject monke."

Avec Godzilla vs Kong, le Monsterverse est arrivé à sa fin prévue. Ca fait un peu bizarre. Déjà de voir un univers cinématographique arrivée à sa fin, mais surtout une fin prévue et pas une fin subie.

Pour ma part, j'aurais aimé que l'aventure continue. Surtout que les films se rapprochent de plus en plus des films japonais. J'aurais ainsi aimé voir le flying dropkick de Godzilla dans un film américain ou des anciennes civilisations ou des civilisations extra-terrestres! Le ciel est la limite! Mais il vaut mieux s'arrêter sur une note "positive" que faire le film de trop.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Menu Principal

  • : Journal du Yannus
  • : Bienvenue dans cet espace où je parle de ce que j'aime, et surtout de moi. En effet, je voulais avoir un endroit où je peux m'épancher à loisir! Pour autant, je préfère écrire un article quand je pense avoir un plus à apporter, ou si un sujet me tient très à cœur. Je n'ai pas une production régulière (j'écris quand l'inspiration vient et quand les possibilités me le permettent), mais j'encourage à passer au moins une fois par mois, pour ceux que ça intéresserait.
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Un été pour abandonner l'humanité
    Je me rends compte que ça fait un moment que je n'avais pas écrit d'article sur ma "pratique sportive". Le dernier remonte à ma pratique de la calisthénie au cours de l'été dernier. Beaucoup s'est passé depuis. Déjà, le mauvais temps approchant me donnait...
  • Pokémon Legends Arceus
    J'ai pensé à acheter les remake de Diamant et Perle quand j'ai appris que leur Ligue était peut-être l'une des plus difficiles, avec Cynthia qui aurait une équipe "parfaite". Mais je me suis ravisé quand j'ai compris que ce n'était qu'un pic de difficulté...
  • Shin Megami Tensei V
    J'ai pensé à me prendre le remaster de Shin Megami Tensei : Nocturne. Mais finalement je me suis ravisé car les musiques n'avaient pas été décompressés. Toutefois, je trouvais bizarre que l'on ressorte un remake de Nocturne peu avant le V... Cependant,...
  • Terres d'Emeraudes 2.0
    J'en parlais dans l'article sur le gentleman, mais j'ai été en couple. C'est tombé à l'eau en partie parce que je n'étais pas disponible et avais, à ce moment là, d'autres priorités. Je n'avais pas pris le temps de prendre de vraiment digérer la rupture....
  • La reprise !
    J'en ai parlé, mais Ring Fit Adventure m'a beaucoup accompagné durant le premier confinement. J'ai pu avancer dans le jeu et ai été surpris des ennemis qui se diversifiaient à un moment avec des animaux envoutés (des cerfs bleus, des aigles rouges, des...
  • Tierlists des applications de rencontre utilisées
    Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement,...
  • Bilan covidé
    2020 a été une année bouleversante avec ce virus sorti de quasiment nulle part. Le remake de Resident Evil 3 étant sorti le 3 avril, j'ai pu penser, la première fois que je suis allé au travail durant le premier confinement, que nous étions dans une œuvre...