Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 18:15

Il y a quelques mois, j'ai commencé à regarder des séries Super Sentai. Le point de départ a été Kyurangers, où je voulais voir Ryu Commander en action. Je trouvais son costume trop cool. J'ai découvert toute une franchise complètement différente de ce que j'ai pu connaître. J'en ai profité pour regardé des anciennes séries qui datent des années, mais aussi celles qui ont été adaptées en Power Rangers. Ca n'a rien à voir! Je pensais que les Sentai étaient une version plus kitsch de Power Rangers, mais c'est très différent! Elles sont souvent plus sombres avec plus de violence et de sexualité, et jusqu'à la fin des années 90 environ, les héros étaient des adultes et non des adolescents. Néanmoins assez bizarrement, il y a un aspect très cartoonesque en même temps. Comme des animes en live. Par exemple, en regardant Jetman, on voit que le monde est envahi et que des civils meurent dans des attaques de monstres, mais ça n'empêchent pas d'aller en date manger des crêpes...

Je les ai trouvé narrativement plus complets. Je me souviens que quand je regardais Zéo, je détestais le fait que les Zeo Zords soient à peine expliqués. Des animaux et des tours? Ils ont des formes géométriques sur leur casque, ça n'a pas de sens! Mais en regardant OhRangers, j'ai compris que ces méchas étaient expliqués par les origines des pouvoirs des héros, des "anciennes" civilisations, une par continent (Ile de Paque, Japon, Egypte antique, Civilisation minoenne, civilisation nazca). Même si dans le même temps, ça n'a pas de sens d'avoir une civilisation préhumaine, il y a 600 millions d'années (ni 150 millions d'ailleurs).

Je regardais une vidéo de Michael J où il glissait que Saban avait empêché aux Sentai et autres séries Tokusatsu de décoller vraiment du Japon. Je ne suis pas d'accord. Les Sentai ont une écriture très japonaise. Les scénarios sont concus d'une façon qui peut être déroutante et les personnages ont des réactions que je n'ai pas vu en Occident. Parfois, je me demande si c'est parce que c'est japonais ou si c'est parce que c'est d'abord destiné à des enfants. Oui, elles ont eu un succès dans les années 80 en France, mais ça ne veut pas dire qu'elles auraient le succès mondial qu'a eu Power Rangers.

Dans le même temps, ça m'a donné envie de regarder Power Rangers de nouveau. Maintenant avec le recul de l'âge adulte. Surtout que je pouvais les regarder en anglais désormais, et je redécouvre là aussi les séries. Au bout de quelques années, je me lassais d'entendre certaines voix (je pense notamment à Franck Tordjman que j'ai entendu sur 7 ans!), même si j'aurais bien aimé entendre d'anciennes (comme Patrick Poivey en Tommy dans Dino Tonnerre). J'ai même pensé à prendre un abonnement à Netflix. Mais la série a été retirée du catalogue de la plate-forme sauf pour quelques saisons qui ne m'intéressaient pas tant que ça (je veux revoir L'autre galaxie, Sauvetage éclair, Force du Temps, Jungle Fury et RPM principalement). 

Mais tout ça m'a donné envie de ressortir mon propre projet d'équipe d'héros costumés. De le repenser encore et de l'affiner. J'avais du mal à trouver un "thème". Ce thème décide des costumes, mais aussi des robots, etc. J'aime beaucoup les animaux, quel qu'ils puissent être préhistoriques, légendaires ou bien réels. Mais je n'arrivais à trouver une combinaison qui me satisfasse complètement. J'ai ensuite pensé, sur le modèle de Kyurangers, de prendre les constellations. J'aime beaucoup l'astronomie et l'Atlantide étant une île, la navigation serait une part importante et les constellations aident à la navigation.

J'ai également repensé l'univers. Ca ne se passe plus en Guadeloupe, mais dans la région fictive de la Vallée du Loup qui abrite au moins deux villes, Watertown qui se trouve en amont du fleuve du Loup caché et Petersburg qui se trouve en aval et où se passe la majorité de l'action. Je voulais un lieu avec lequel il serait plus simple de jouer, et la Guadeloupe directement ne s'y prête pas vraiment. La Vallée du Loup est une région tropicale et riche en histoire. Elle comprend des forêts, des plages, des montagnes et des carrières. Et tout ce qui peut être narrativement utile. Les thèmes propres seraient distillés avec (j'espère) plus de finesse.

J'ai repensé l'équipe. J'ai beaucoup été influencé par Power Rangers SPD, Mystic Force, et Kyurangers. Mais aussi Go-Onger, Liveman. J'avais dans l'idée une équipe massive pouvant aller à 10 ou 12 héros. Mais je me dis que des ensembles aussi grands rendent difficile l'écriture de personnages et certains restent invariablement sur le côté. Même si un personnage simple peut être intéressant voire inspirant. En m'inspirant du modèle actuel du gentleman, j'en ai fais une équipe de 6. C'est plus dur bien sur. J'ai des idées de Sentinelles additionnels, mais je verrai ensuite. Chacun pratique un art martial car pour moi, il est important que mes héros soient capables de se défendre même en dehors de leurs costumes. Jusqu'à Zéo je crois que les héros sont des athlètes/artistes martiaux et dans les Super Sentai, les héros sont des combattants au moins jusqu'à Ohrangers, où ils maîtrisent chacun un art martial. 

Qu'est-ce que j'aimerais en faire? Une série d'une 50aine d'épisode est hors de question. Même si je me demande souvent comment les séries sont réalisées, avec les scènes costumées tournés en masse durant quelques jours pour respecter les contraintes de calendrier. Une mini-série serait plus réaliste. Mais quand je vois France Five, je me dis que ce serait beaucoup trop compliqué à produire et réaliser. Eventuellement une bande dessinée...

Il y a plus de 50 000 ans, la Haute République Atlante s'étendait dans le bras d'Orion de la Voie Lactée. Elle arriva sur Terre et créa la colonie d'Atlantide qui disposait d'une avance qui surpassait tout ce qui pouvait exister à l'époque. Pour autant, à l'échelle de la galaxie, l'Atlantide était en guerre contre le Grand Empire de Valorys. Suite à une traitrise, la République fut vaincue.

A l'échelle de la galaxie, une campagne de destruction eut lieu. Sur la planète Terre, la colonie principale fut complètement détruite et un cataclysme sans nom l'entraina sous les flots. Seul restait un avant-poste caché dans la Vallée du Loup. Un de membres de la Garde d'Honneur parvint à y installer ce qui restait de l'intelligence artificielle, Mestor, avant d'entrer en phase de sommeil.

10 000 ans plus tard, une expédition archéologique réactiva une sonde qui attira de nouveau l'attention de Valorys qui décidèrent de revenir sur Terre afin de récupérer définitivement le savoir et le pouvoir de Mestor.

Mestor détectait cette menace flotter sur la Terre confia à Chiton, le petit robot qui lui servait d'aide, la mission de rencontrer des jeunes courageux et forts pour leur confier le pouvoir du Cristal de la Source. Chiton commençait à désespérer quand il découvrit qu'il y aurait un Tournoi d'arts martiaux libres, le Tournoi Liwoa où les recettes irait à l'attention d'une association de protection des enfants.

Valorys envoya également ses premières troupes lors de ce Tournoi pour asseoir sa supériorité. Mais pour des raisons différentes, 6 jeunes se démarquent aux yeux de Chiton  et ils furent transportés dans la base Argos. 

Afin de lutter contre ce terrible envahisseurs Mestor offrit aux jeune un accès à l'équipement en orichalque de l'ancienne garde d'honneur atlante ainsi qu'au Cristal de la Source, la source d'énergie atlante qui leur donnerait des capacités de combat grandement améliorés.

Mickaël du vaillant Dragon, la Sentinelle Rouge : Né le 9 aout, il est âgé de 24 ans et pratique le MMA.

Bien qu'il l'ait toujours respecté et admiré, Mickaël a passé une grande partie dans l'ombre de son père, éminent officier de l'armée. Ce dernier voulait que son fils deviennent à son tour un officier et l'a entraîné dans ce sens depuis son enfance. Cependant, ce mode de vie n'a jamais pris, et dès qu'il a pu, Mickaël a adopté une vie de bohème qui lui correspondait mieux. Grandissant de bases en bases, il n'a pas eu lieu fixe et il rentre à Petersburg pour retrouver ses racines. Bien qu'il ne soit pas un soldat, il a été entraîné aux techniques de combat, et apprécie les joutes sportives, le tournoi était ainsi l'occasion de se tester. C'est au moment de la finale qu'une attaque eu lieu et qu'il fut choisi pour devenir la Sentinelle Rouge.

Il ne s'attendait à se retrouver dans cette position. Déjà au sein d'un groupe de combattants, mais surtout à la tête de celui-ci. Pour lui, il s'agit de trouver son mode de commandement, et parvenir à dépasser son père.

Il est armé de l'Epée du Chevalier-Dragon, une épée à deux mains, et ses attaques sont le Dragon Slash, une attaque tranchante, et le Burning Burst, où il fonce sur son ennemi en tant que boule de feu. Son mecha est le Dragon qui forme le tronc et les bras du Roi Robot Géant.

Audrey de la Baleine chantante, la Sentinelle Bleue : née le 15 janvier, elle est âgée de 23 ans et pratique le karaté.

Depuis qu'elle est petite, elle a aidé dans l'entreprise familiale. Elle admiré ses parents pour leurs efforts, mais aussi la réussite qu'ils incarnaient. Participer à cette entreprise, était pour elle une façon de se rapprocher de ses parents et aider au projet familial. S'investissant de cette façon, le seul moment où elle était en paix était durant le karaté.

Audrey aime quand les choses sont carrées et déterminées. Ainsi, en dehors des opérations et des entrainements, elle a pris l'ascendant sur l'organisation de l'équipe, ce que Mickaël laisse faire. Pour autant, elle a du mal à connecter avec les autres membres sur un plan qui la permettrait de s'affirmer comme une vraie cheffe. Ses efforts sont néanmoins reconnus et appréciés.

Elle est armée de la Vibro-Masse et ses attaques sont Blue Smash une puissante frappe qui peut fracasser les ennemis et le Mirror Wave, une onde sonore qui peut briser les ennemis. Son Mecha est la Baleine qui constitue la jambe droite du Roi Robot Géant

Cédric du Serpentaire clairvoyant, la Sentinelle Verte : né le 5 juin, il est âgé de 17 ans et a commencé la boxe anglaise.

Cédric a toujours eu du mal avec les autres et à se faire des amis. Il a toujours été plus à l'aise avec dans les sciences comme les mathématiques, la physique et l'informatique. De fait, il s'est progressivement refugié dans des univers imaginaires, remplis de héros sans peurs, de monstres terrifiants et d'aventures palpitantes. Comme il se faisait régulièrement harcelé à l'école, il a décidé de prendre des cours de boxe. Il était venu assister au tournoi pour apprendre quelques trucs et éventuellement rencontrer une figure inspirante.

Il a été le plus enthousiaste à l'idée de devenir une Sentinelle. Pour lui, c'est un rêve devenu réalité. Il accorde beaucoup d'importance à l'image du héros. Sa compréhension de la technologie atlante est très limitée, mais sa mémoire quasi-photographique l'aide à assimiler les bases de données.

Il est armé de l'Arbalète du Serpent et ses attaques sont le Snake Bite, un tir puissant qui peut faire imploser les ennemis et le Needle Barrage, une pluie de carreaux tombe. Son Mecha est le Serpentaire qui peut alterner entre deux modes, le mode combattant et le mode serpent. Son double mode lui permet de se scinder en deux pour former les avant-bras et les mains du Roi Robot Géant.

Élodie du Phénix ardent, la Sentinelle Jaune : née le 29 mars, elle a 21 ans et pratique la boxe thaïlandaise.

Élodie a été en surpoids durant sa petite enfance. Ses parents l'ont inscrit à différentes activités sportives, de la natation, de l'athlétisme... Au fil des années, elle a perdu son surpoids, mais s'est prise d'affection pour les défis physiques. Elle pratique de nombreuses activités physiques et est connue pour se déplacer à roller. Elle vit sa vie à fond. Elle pratique également le muay-thaï et lors du tournoi, elle avait déjà remporté la finale féminine.

Certains peuvent penser qu'elle est accro à l'adrénaline ou qu'elle cherche à montrer qu'elle serait la meilleure. Mais pour Élodie il s'agit simplement de profiter de ce que la vie peut offrir et relever les défis qu'elle peut nous proposer. Ainsi, devenir une Sentinelle est un nouveau défi qu'elle s'est empressée de relever.

Elle est armée des Lames du Phénix, une paire de dagues qu'elle emploie avec agilité et grâce ses attaques sont Dashing Cut, où elle lacère rapidement ses ennemis et Peak-a bang. où elle envoie des plumes explosives. Son Mecha est le Phénix qui constitue la tête du Roi Robot Géant.

Mélissa du noble Pégase, la Sentinelle Blanche : née le 18 mars, elle est âgée 19 ans et pratique la gymnastique.

Mélissa est issue d'une famille très aisée de Petersburg. Durant son enfance, ses parents étaient préoccupés par leurs carrières respectives, et même s'ils n'ont jamais rien refusé à Mélissa, cette dernière aurait aimé qu'ils soient plus présents. Elle a un niveau national en gymnastique et réalise actuellement des études en médecine, ne sachant pas trop ce qu'elle voulait faire. Néanmoins, elle est très portée sur les réseaux sociaux et est une influenceuse avec sa notoriété locale. Beaucoup de ses fans suivent ses aventures en ligne, et elle était venue lors du tournoi pour le couvrir.

Mélissa peut se montrer capricieuse et aime être au centre de l'attention. Cependant, elle connaît la valeur de l'amitié et ses connaissances en biologie et médecine aide l'équipe à surmonter certains défis.

Elle est armée des Pegasus Pistols, des pistolets et ses attaques sont Pegasus Stomps , une série de tir, et Sky Rush, où elle utilise le recul de ses armes pour foncer sur ses ennemis. Son Mecha, le Pégase, forme la jambe gauche du Roi Robot Géant.

Sébastien du puissant Orion, la Sentinelle Noire : Né le 2 novembre, il est âgé de 27 ans et pratique du ju jitsu. 

Sébastien a grandi dans les rue sombres de Petersburg. Petit délinquant, il trouva une motivation dans le judo puis le ju jitsu. Il s'est alors décidé à être du bon côté de la Loi. Il s'est alors entrainé pour devenir le meilleur dans tout. Lors de la finale du tournoi, il se trouva face à Alexandre, leur combat inachevé lui laissera un gout amer, mais il fallait veiller à la sécurité des spectateurs.

Pour Sébastien, la mission passe avant tout. Il est prêt à beaucoup de sacrifices pour arriver à ses fins et ne comprend pas pourquoi les autres prennent autant de gants face à un ennemi qui a conquis presque toute la galaxie. Il a nourri une certaine rancune vis-à-vis de Mickaël qui est devenu chef de l'équipe, l'estimant trop naïf. Son tempérament fait qu'il part souvent réaliser des missions de son côté.

Il est armé du Briseur d'Ebène, une hache qui peut se transformer en fusil. Ses attaques sont Black Strike, une puissante frappe qui tranche et écrase, et Dead Eye où il effectue un tir de précision. Son mecha est le Chasseur qui constitue le caisson abdominal du Roi Robot Géant.

L’Empire Valorys s'est lancée dans une grande conquête de la galaxie et domine une grande partie de celle-ci depuis plusieurs millénaires. Le cœur de l'empire est au centre la galaxie, il est divisée autour des 5 bras qui ont à leur tête des gouverneurs généraux. Ce sont eux qui constituent l'état-major de l'Empire. Chacun possède des troupes propres.

Ils ont sous leurs ordres des Soldats Vals qui sont plus forts, plus agressifs que les humains. Au dessus d'eux, les Soldats Vals supérieurs, qui officient en tant que chefs d'escouade ou forces d'élite, les Valgot, un nom global qui regroupent des champions locaux, des mercenaires, des armes bio-organiques ou des robots de guerres. Les Valgot sont percus comme plus précieux et la doctrine militaire impériale ne veut le déploiement que d'un seul Volgat sauf exceptions. Un seul étant capable de faire plier une ville en quelques jours voire quelques heures. Les Valgots peuvent prendre des tailles gigantesques grâce à un processus de mutation forcée.

Grand Empereur, Gometius : Il est la figure à la tête de l'Empire même si cela fait des siècles qu'il ne se manifeste qu'à travers ses Emissaires. Il est un être distant qui est reclus du reste du monde. Il veut que toute la Galaxie soit unie sous son règne.

Gouverneur du Bras du Sagittaire, Amiral Digorot : Il est à la tête de la région la plus petite et  Il est celui qui possède le nombre de troupes le plus petit. Il est curieux des autres civilisations, mais reste convaincu de la grandeur inhérente de l'Empire et que les autres devraient être protégés comme des zoos à large échelle. Il essaie superficiellement de comprendre les cultures, mais les juge toujours sur son opinion personnel qu'un réel intérêt.

Il veut prouver sa valeur aux autres Gouverneurs généraux. Cette volonté le pousse à des actions irréfléchis. Il sera le premier gouverneur auquel les Sentinelles seront confrontés.

Gouverneur général du Bras d'Orion, Grand Maréchal Matacama : Il est connu pour être le général le plus brutal de l'Empire. Lui et ses troupes de chocs vont de planète en planète pour abattre toute résistance. Sa loyauté à l'Empereur n'est égalée que par son gout pour la violence. S'il préfère se battre sur le front avec sa hache, il n'hésite pas à utiliser des armes chimiques pour arriver à ses fins.

Gouverneur général du Bras de Persée, Directeur général Comextri : Il est connu pour être le Gouverneur le plus efficace de l'Empire. Il place souvent des hommes de pailles dans ses territoires qu'il appuie avec ses flottes toutes-puissantes. Ensuite, il gère des droits léonins pour l'exploitation des ressources ou l'installation d'usines impériales.

Partisan officiel d'un laisser-faire, beaucoup pensent qu'il est plus raisonnable que les autres. Néanmoins sa réflexion se fait sur un ratio cout/risque et trouve toujours un moyen de gagner quelque chose.

Gouverneur général du Bras du Centaure, Secrétaire générale Altamori : Sous son contrôle sont les plus grosses infrastructures logistiques de l'Empire, elle commande le système de contrôle des populations impérial et vieille au peuplement des planètes. Sa priorité est d'assurer le bien-être des citoyens impériaux d'une planète, bien souvent au dépens des cultures indigènes qui peuvent encore exister qu'elle méprise allègrement. Sur des planètes conquises, elle porte une tenue qui filtre l'air pour ne pas avoir à respirer le même air que les peuples "inférieurs".

Gouverneur général du Bras du Cygne, Haut Prêtre impérial Oberfol : Il est à la tête de la religion impériale et voue un culte sans fin à l'Empereur. A ses yeux, les autres cultures et croyances ne sont au mieux, que des superstitions au pire, des hérésies. Dans tous les cas, les autres cultures doivent être effacées et supplantées pour que les populations puissent adorer l'Empereur et connaître la grandeur de l'Empire. Les fanatiques sous ses ordres sont considérés, de par leur aveuglement suicidaire, comme les troupes les plus dangereuses de l'Empire.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2019 7 30 /06 /juin /2019 12:47

Il y a quelques années, quand je voulais me mettre sérieusement à la musculation, je me suis acheté un carnet de musculation. Pour m'amuser, je me suis pris un cahier de texte Marvel. Il avait sur sa couverture, ceux qui étaient désormais admis comme les 4 Avengers principaux, Captain America, Iron Man, Thor et Hulk, mais aussi Spider-man, qui a été (jusqu'à récemment en tout cas) la figure de proue de la Maison des Idées. Regarder cette couverture m'a fait penser à la série d'animation des années 60, The Marvel Superheroes, qui regroupait les mêmes quatre personnages, mais avec Namor à la place de Spider-man. En réfléchissant, et alors que le film Justice League commençait à faire parler de lui, je me dis qu'il manquait un 7ème membre pour arrondir tout ça. Une femme de préférence. J'ai pensé à Captain Marvel que Marvel tentait de remettre sur le devant de la scène.

A partir de là, j'avais 7 héros qui se contrebalançaient bien avec la Justice League de DC qui met régulièrement sur le devant la scène les 7 membres fondateurs de la Ligue (jusqu'à ce que Martian Manhunter soit mis en retrait au profit de Cyborg).

Dans la rivalité brûlante qui oppose les Big Two et tous les gros films qui s'enchaînent, je me suis qu'il serait intéressant de combiner les personnages. Chaque éditeur a bien entendu créé des analogues dans son propres univers (je pense au Squadron Supreme chez Marvel). Et dans les années 90, il y avait eu différents crossovers où les Avengers et la Ligue se sont tour à tour affrontés puis ont fusionné, l'Amalgam Universe. 

Je ne souhaite pas refaire ce qui a déjà été fait. Je ne suis pas d'accord avec tout. En effet, si certains choix étaient très pertinents, d'autres me semblait très arbitraires. Ma volonté était de prendre ceux qui me semblait similaire et de les réduire à leur plus simple expression pour former un tout nouveau. Ainsi est née l'Alliance des Champions. 

Voyager : Superman et Captain America ont pas mal de points de convergence.

D'abord les deux incarnent une image d'un "homme supérieur". Superman, c'est dans son nom, et Captain America est issu d'un programme de supersoldat. On peut d'ailleurs maladroitement les considérer comme des réponses au nazisme.

Ensuite, ils sont tous les deux hors du temps et, parfois en décalage avec notre monde actuel. Steve vient des années 30-40 et, certaines origines de Superman le font venir d'un lointain futur (comme dans Red Son) et l'un de ses surnom est l'Homme de Demain.

Enfin, même s'ils sont marqués par un certain patriotisme, ce sont des symboles d'optimisme et de progrès.

Origines : Dans le lointain futur, la Terre n'est plus que le vestige de l'Empire de l'Humanité qui s'étendait sur une grande partie de la Voie Lactée (et même au delà). Elle est prise de querelles entre le Haut Conseil qui contrôle tout la société et le Général qui affirme vouloir renverser le système de caste mais commence à créer un culte de la personnalité. Alors que ce dernier menace de détruire la planète, un jeune capitaine décide de fuir en utilisant la dernière machine à voyager dans le temps en état de marche. Il veut partir quelques mois plus tôt, mais ne comprenant qu'en partie une machine qui dysfonctionne déjà, il se retrouve au tournant du IIIème millénaire, loin de son époque. Des rapports archéologiques de cette période, il retient qu'elle est trouble, en proie à de nombreux tumultes et conflits, mais qu'il s'agit d'un point de départ de l'Age d'Or de l'Humanité. Il souhaite améliorer le monde qu'il connaîtra. La machine ne fonctionne plus, et il décide alors de se mettre à profit ses pouvoirs pour l'Humanité et le Bien commun.

Pouvoirs : Voyager possède de puissant pouvoirs psychiques qui se manifestent sous la forme de télékinésie. Il peut déplacer des objets massifs avec son esprit et projeter des vagues d'énergie psychiques destructrices. Il peut également créer de puissants champs de force et se déplacer à des vitesses incroyables.

Son passé militaire fait qu'il exprime souvent sa télékinésie sous la forme d'une force surhumaine sans limite connue et d'une invulnérabilité relative. De même que ses pouvoirs sont limités par sa capacités de concentration. S'il est capable de réaliser des prouesses de minutie, il a du mal à réagencer les atomes le tenant à l'écart de certains manipulateurs de la réalité.

En plus de ses pouvoirs, il est aussi un commando d'élite entraîné pour les opérations spéciales et maîtrises plusieurs techniques de combat et arts martiaux. C'est un grand tacticien doublé d'un excellent meneur d'homme. Il a la capacité innée d'inspirer le bien chez les autres.

Jetblack : A première vue, Batman et Iron Man sont très différents, Batman est un détective qui rôde dans les ténèbres pour affronter des criminels fous. Iron Man est un justicier qui vole en plein jour, aime se faire voir et affronte régulièrement des rivaux industriels ou des criminels qui en veulent à sa technologie.

Cependant, les deux sont des hommes de génie qui repoussent régulièrement ce que des humains, à peu près normaux peuvent réaliser. Seuls. Ils sont capables de s'adapter à toute sorte de situation.

Origines : Clark Connor est l'héritier de Connor Enterprises, un des plus importants conglomérats mondiaux. Alors qu'il est enfant, sa famille est prise dans un accident de la circulation. Il est le seul survivant, mais est gravement blessé lors d'un accident. Ses rêves de devenir pilote d'essai tombent à l'eau. Cependant, il décide de se réinventer et forge une armure qui lui permettra de voler.

Il constatait que l'entreprise crée par ses aïeux se perdait et dans le même décidé de lutter pour la reprendre. Il accélera la fabrication de la tenue de combat Jetblack qui avait d'abord pour objectif de lui permettre de marcher et aussi de voler, mais l'équipa également de système de défense pour se protéger et atteindre ses ennemis.

Pouvoirs : Jetblack désigne d'abord l'armure de combat piloté par le héros. Cette armure offre différentes capacités surhumaine à son porteur, d'abord une force surhumaine qui permet de soulever des voitures facilement ou de tordre des barre d'acier. Elle permet de résister à la plupart des armes à feu petits calibres, et n'est réellement impactée que par des tirs d'obus lourd. Surtout, elle permet de voler à une vitesse supersonique, et d'effectuer des déplacements impossibles même pour un avion de chasse. 

L'armure est également équipée d'un système de combat avec des tasers, des projections de vibrations sonores, des missiles, et des grenades assommantes. Les gantelets abrites des lames rétractables et des fléchettes. L'armure peut produire des impulsions électromagnétiques.

Enfin, l'armure est reliée à un ordinateur dans la base d'opération. Elle utilise un système de visée assistée, de reconnaissance faciale et de vision nocturne. Elle enregistre tout ce que le porteur expérimente et peut analyser ces enregistrements.

L'armure fonction grâce à l'énergie solaire, mais absorbe aussi l'électricité, l'énergie kinétique. 

Le héros est également considéré comme l'un des hommes les plus dangereux au monde. Son esprit le place parmi les hommes les plus intelligents de la planète, il est ainsi un stratège et un tacticien difficile à contrer. Fin psychologue, c'est un fin manipulateur. Il maîtrise différents domaines de compétences allant de l'économie, au marketing, en passant par ingénierie, la physique, la chimie, la biologie. Il entraîne régulièrement son corps, et beaucoup estiment qu'il est aussi bon que certains athlètes olympiques.

Alemi : Wonder Woman et Thor servent des fonctions différentes dans leur univers respectif. Thor devait prendre le rôle de plus puissants personnages (le côté "dieu parmi les hommes" de Superman), alors que Wonder Woman peut être résumée comme une ambassadrice (je pense que c'est la façon la plus simple de la décrire). 

Néanmoins, ils se rejoignent en plusieurs points. Le plus évident est que ce sont des guerriers, et des membres de royauté, mine de rien. Mais aussi, ils sont aussi issus de la terre (Diana aurait été crée à partir d'argile et la mère de Thor, Gaïa, est l'incarnation de la Terre) et je trouve qu'ils font le lien entre les héros de l'Antiquité et les superhéros. Et même si ce point est relativement peu exploré, ils peuvent questionner le concept de divinité, surtout aujourd'hui. Enfin, ils peuvent jouer un rôle de médiation entre les deux autres membres de la Trinité.

Origines : A la fin de l'âge des Héros, Odin alla voir Isis. Ragnarok approchait et, avec ce conflit ne faisait qu'annoncer la perte d'influence des anciens dieux. Odin voulait créer un protecteur qui pourrait protéger la Terre même après leur déclin, et leur éventuelle disparition. Isis partagea le plan, mais remarqua également que leurs pouvoirs diminuaient déjà. Ils prirent alors la décision de contacter d'autres divinités. Ce ne fut pas moins des divinités les plus influentes des panthéons toujours forts qui répondirent à l'appel. Zeus, Dagda, Vishnu, mais aussi les lointains Olorun, Quetzacoatl et Izanagi. Chacun était d'accord avec la nécessité de créer cet ultime héros. Il devra être un demi-dieu afin de dépasser les contraintes de la mortalité sans avoir à être lié par les règles des dieux. Izanagi réussit à obtenir que ce soit une femme. Chacun d'entre eux lui offrirait sa bénédiction. Isis, la manipulatrice de la vie, la façonna à partir de l'argile primordiale, celle qui avait servi à créer les premier humains. Odin lui conféra la rage de l'ours, la férocité du loup et la sagacité du corbeau. Zeus lui offrit la puissance brute des tempêtes pour qu'elle puisse terrasser tous ses adversaires. Dadga le bon druide lui offrit la vitalité et l'endurance. Vishnu le Protecteur lui conféra la résistance à toutes les blessures et la survie jusqu'au prochain Kalpa. Quetzacoalt lui offrit la bénédiction des vents qui la porteront. Izanagi lui inspira la grâce, la beauté et l'habilité au combat. Enfin Olorun lui insuffla le feu intérieur ainsi que la compassion pour tous les êtres vivants.

Une fois leur oeuvre accomplie, les dieux confièrent l'enfant aux couple royal des Fées, Obéron et Titania. Leur royaume restait proche de celui des mortels, et ils conservaient une grande partie de leurs pouvoirs. Alemi grandit parmi les elfes et les fées, affrontant les monstres qui menaçaient le royaume des Elfes et ceux qui parvenaient à atteindre la Terre. Ses exploits la rendaient populaire auprès du Beau Peuple, tant et si bien que Maeve, la fille du couple royal, devint jalouse et chercha à obtenir un pouvoir similaire. Elle tomba alors sur l’Icône du Chaos, qui contenait l'essence des dieux fripons. Cette magie amplifia ses pouvoirs et son intelligence.

Pouvoirs : Alemi fait partie des individus les plus puissants sur Terre. Sa force physique n'a pas de limite connue. Elle a facilement triomphé de monstres, dieux et réalisé toutes sortes de prouesse physique. Ses périodes de furie la rendent encore plus forte, au prix de perdre sa raison. Dans le même ordre d'idée, elle est presque invulnérable. Elle peut encaisser des coups qui peuvent mettre à terre des dieux moindres, résister à des températures et des pressions extrêmes, ainsi qu'à des radiations et maladies. Dans l'hypothèse où elle serait blessée, ses capacités de guérison la remettront d'aplomb dans de meilleures conditions et bien plus rapidement qu'un humain ou un dieu puisse espérer. Son endurance lui permet de se battre pendant de longues heures sans être fatiguée. Elle peut voler à des vitesses supersoniques et réagir plus vite que l’œil humain peut le percevoir. Elle peut rester dans l'espace sans assistance. Ses sens sont plus pointus que ceux d'un humain.

En plus de ces capacités physiques, Alemi a naturellement un sens du combat, maîtrise plusieurs arts martiaux et plusieurs armes. Elle possède également des siècles d'expérience du combat et des conflits. 

Elle est équipée de différents items. D'abord, la Tueuse de dieux, une épée capable de tuer les dieux et d'ouvrir un passage entre les dimensions. Le heaume de domination, un casque qui protège des charmes et contrôles mentaux. La cape du vigilant, une cape qui peut protéger ceux qui en sont couvert. Enfin de l'armure solaire, une armure qui absorbe l’énergie du soleil pour la convertir en énergie.

l'Etranger : Qu'est-ce qui rassemble le Martian Manhunter et Hulk, en dehors d'être vert et de se balader en sous-vêtements violets? Tout d'abord, les deux sont des marginaux qui n'arrivent pas à s'intégrer. Le Martian Manhunter est l'un des derniers martiens, et a une apparence beaucoup extraterrestre que celle de Superman (même si elle est légèrement changée). Hulk quant à lui, est toujours en fuite de ceux qui s'en prennent à lui, veulent le manipuler ou le tuer.

Les deux se transforment. C'est évident pour le Martian Manhunter qui se métamorphose en toute sorte de chose ou créature, mais aussi Banner qui se transforme en différents Hulk.

De plus, même si c'est fin, il y a un lien avec la spiritualité. Jon Jonz est l'un des plus puissants télépathes sur Terre (avec tout ce que peut signifier), alors que la psyché de Bruce Banner est complètement fracturée. De plus, Hulk est capable de voir les formes astrales pour se protéger de son père.

Enfin, ils sont tous les deux extrêmement puissants. le Martian Manhunter a les même pouvoirs que Superman, plus ses pouvoirs psychiques, le contrôle de sa densité et la métamorphose. Et Hulk est plus direct. Il n'est qu'un amas de force et de rage. Le plus fort qui existe. Il ne sert à rien de rentrer dans trop de détails pour lui.

Avec ce personnage, on peut ainsi d'une part toucher ce qui est relatif à l'altérité et à l'identité, mais aussi est en rapport avec la spiritualité, au surnaturel, jusqu'à l'horreur.

Origines : Les Enfers constituent un ensemble hétéroclite de 9 royaumes. Chacun d'entre eux est dirigé par un Prince infernal. Au dessus de ces Princes, le Triumvirat infernal composé d'un représentant des 3 espèces, les diables, démons et les anges déchus. Ces derniers ont imposé une hiérarchie qui complexifie les rapports de pouvoirs ne les limitant plus à la loi du plus fort.

Ainsi, cette organisation n'a pas calmé les luttes de pouvoirs entre les Princes mais les a exacerbé en mélangeant les conflits physiques avec des intrigues et des manipulations. L'Etranger appartenait à une époque plus ancienne, et restait fidèle à un code d'honneur, et même s'il avait été nommé exécuteur d'un des Princes, il était perçu comme un mouton noir, ironiquement.

Un jour, il fut convoqué sur Terre par un jeune sorcier. Jusqu'à présent, il méprisait la Terre, et trouvait ses habitants faibles. Le jeune l'avait convoqué par son école était prise d'assaut par un groupe de chevaliers. Alors que le jeune allait se faire tuer, sa mère se sacrifia pour lui. Happé par une puissance qu'il ignorait jusqu'alors, l'Etranger s'embrasa et détruisit le château où il se trouvait. Il erra ensuite pendant des siècles à la recherche de ce pouvoir, mais alors qu'il appréciait de plus en plus les humains sa nature menaçait de prendre le dessus. En effet, même des décennies d’ascèse et de méditation n'avaient pas réussi à calmer complètement sa rage et son ambition, sa soif de domination et de destruction. Son gout du sang. 

Au cours d'un rituel, il réussit à se séparer de sa part maléfique qu'il renvoya dans les Enfers. Celle-ci passerait les siècles qui suivront à le tourmenter et à chercher un moyen de redevenir complet. Désormais purifié, il pouvait se consacrer à la défense des humains contres les siens, mais aussi la plupart des entités surnaturelles. 

Pouvoirs : L'Etranger possède les caractéristiques d'un démon. Mais faisant partie de la haute noblesse infernale, ses capacités dépassent de loin celle de ses congénères inférieurs. Il possède ainsi des capacités physiques surhumaines lui permettant d'affronter des armées entières pendant de longues périodes. Il résiste à la plupart des armes physiques conventionnelles mais reste sensible aux armes énergétiques de très haute technologie. Il possède des sens particulièrement aiguisés et en particulier la capacité de sentir la magie et les âmes des autres. Il peut également générer et manipuler du feu infernal, un type de feu magique qui ne s'éteint que lorsqu'il en a envie et qui peut brûler les âmes.

De plus, il est admis qu'il est l'un des meilleurs praticiens de la magie sur Terre. Il a une maîtrise naturelle de la magie noire, lui permettant de manipuler les ombres, le sang et les malédictions. Il maîtrise également la nécromancie. En réussissant à s'extirper de sa partie maléfique, il a pu prétendre à connaître la Première Magie, qui lui permet d'accéder à la puissance de la Création. Il connaît d'autres types de magie, et peut utiliser la télékénisie, la télépathie, la manipulation d'illusion et la métamorphose.

Enfin, sa vie de combats a fait de lui un combattant et un tacticien aguerri. Mais, il est surtout redouté pour être un fin manipulateur. 

Il est de la même limité par sa nature. Il est lié par sa parole et ne peut être dans un lieu s'il n'est pas explicitement invité. Son véritable nom a un pouvoir sur lui.

Lightbringer : J'associe Green Lantern et Captain Marvel parce qu'ils sont tous les deux des super-héros têtes brûlées qui opèrent principalement dans l'espace. De plus, ils projettent tous les deux de la lumière.

Origines : L'Empire Savant est une des superpuissances de l'univers. Dirigés par les Savants, une des plus anciennes espèces existantes, il est basé sur le savoir et la raison, son expansionnisme veut apporter la paix dans l'univers. Il est notamment en conflit avec la Théocratie, un empire de fanatique. Les Savants soutiennent qu'il y a plusieurs millénaires, ils tentaient une approche pacifique et diplomate, mais celle-ci rencontrait vite ses limites. Ils préfèrent désormais passer par les Lightbringer.

Les Lightbringers constituent l'élite de l'Empire, à la fois officier, commando et diplomate. La diversité dans leur recrutement doit montrer la richesse de l'Empire. Ils sont équipés de l'arme la plus puissante de l'univers. Un seul Lightbearer peut contrôler une métropole planètaire. Un bataillon peut envahir une planète.

Un des plus brillants Lightbringers avait été envoyé pour continuer l'observation de la Terre, qui en dépit de ne pas être une menace immédiate possédait un fort potentiel de développement en complément de sa position stratégique dans les routes supraluminique. Il fut attaqué par un de ses ennemis et son vaisseau s'écrasa. Samantha "Sam" Simon, pilote d'essai, passait dans les environs, et fut choisie comme remplacement par le cristal. Elle fut emmenée sur Savana I, capitale de l'Empire. Là bas, elle fut entraînée pour devenir une Lightbringer.

Pouvoirs : Les Lightbringers sont tous équipés de cristaux de pouvoir qui prennent la forme de bijoux, ou décoration importantes. Les cristaux sont reliés à la Forge de l'Empire qui le fournit en énergie qui en général se limite à une journée (selon l'espèce) d'utilisation intensive. Certains soutiennent que les cristaux sont doués d'une conscience.

Le cristal crée d'abord l'uniforme du Lightbringer. Les uniformes s'adaptent à la personnalité du Lightbringer. Le cristal assure ensuite la protection du porteur, quelque soit les conditions extérieures, il offre toujours les conditions optimales à celui qui le porte. Il protège également le porteur des tentatives de manipulation mentale. Il permet à son porteur de léviter et de se déplacer à des vitesses hypersoniques en atmosphère et à des vitesses proches de celle de la lumière dans l'espace.

Le cristal fonctionne ensuite comme ordinateur. Il est relié à la base de donnée de l'Empire et peut y retrouver les informations recherchées. Avec ses sondes, il peut analyse son environnement et produire des modélisations holographique et recouper des informations. Il sert de traducteur universel, et peut traduire les quelques langues qu'il ne connaît pas en quelques instants. Le cristal sert également d'appareil de communication et peut intercepter d'autres communications. Il peut également pirater d'autres ordinateurs.

Le cristal des Lightbringer est enfin connu comme l'une des armes les plus puissantes de l'univers. Il offre à son porteur une force de l'ordre de 75 tonnes en plus d'une endurance de loin supérieure à celle des humains. Les cristaux offrent une résistance à la plupart des armes en circulation dans l'univers et peuvent convertir la plupart des projections d'énergie matérielles (la magie et l'énergie psychique ne fonctionnent pas). Mais surtout, les Lightbringers peuvent projeter de l'énergie photonique capable de détruire des vaisseaux spatiaux longs de plusieurs kilomètres (certains rapports confidentiels parlent même de planètes détruites sous la puissance des cristaux). Le Lightbringer est libre dans la manifestation de cette énergie.

En dehors de ses pouvoirs de Lightbringer, Samantha Simon est une officier de l'armée de l'air. C'est une pilote d'essai et suit des entraînements physiques intensifs et réguliers. Elle connait plusieurs arts martiaux dont certains sont extraterrestres, mais a une préférence pour la boxe anglaise.

Spark : Flash et Spider-Man ne se ressemblent pas du tout superficiellmeent. Que ce soit en terme de pouvoir que dans leurs rapports avec les forces légales. Pourtant, les deux sont des hérauts de l'Age d'argent des superhéros. Flash étant celui qui l'a débuté et Spider-man ayant rajouté une part de troubles personnelles dans les histoires de super-héros. A ce titre, les deux sont rongés par un drame qui les a motivé dans la voie qu'ils ont suivi, bien souvent la perte d'un proche.

Les deux sont également les résultats d'accident de laboratoire, et s'inscrivent dans la partie super science des superhéros. Ce sont d'ailleurs des scientifiques capables d'inventer des instruments qui vont avec leurs pouvoirs. Pouvoirs dont bien souvent, ils n'utilisent qu'une partie.

Enfin, ils jouent le rôle de conscience pour le monde des superhéros dans le sens le plus large. 

Origines : Quand Francisco Frantz était un enfant, son père est mort lors d'un accident mystérieux. Cette tragédie l'a toujours hanté, et l'a poussé à devenir physicien pour percer les secrets de l'univers. Alors qu'il participait à un projet collectif qui visait à créer un moteur à énergie renouvelable, il tenta de sauver quelqu'un qui était entré par effraction, et fut happé dans les énergies. Pendant quelques instants, il disparut puis se recomposa. 

Quand il revint à lui, quelques temps plus tard, il découvrit qu'il pouvait manipuler l'électricité statique.

Pouvoirs : Ses pouvoirs se sont d'abord manifestés comme un renforcement de ses capacités physiques et physiologiques. Il a une meilleure endurance, de meilleurs réflexes. Une meilleure coordination cerveau-meilleure, en somme. Il guérit plus rapidement de ses blessures et a une meilleure digestion. Sa maîtrise de son propre champ bioélectrique est largement passive, mais il peut parvenir à augmenter ses capacités de réflexion, mais cela lui demande plus d'énergie et le fatigue rapidement. Il a également développé ses pouvoirs pour pouvoir détecter les autres champs bioélectriques, il peut ainsi détecter d'autres formes de vie.

Très rapidement, il a compris qu'il pouvait également produire et manipuler de l'énergie électromagnétique. Il se sert de ses pouvoirs pour renforcer ses coups qui peuvent avoir un effet étourdissant capable d’assommer un homme. Il peut néanmoins également la projeter comme des éclairs pour atteindre ses adversaires. Il peut tuer avec ses éclairs, mais préfère en général effrayer les voyous ordinaires, il retient moins ses coups contre des surhommes. Il peut utiliser cette énergies à différents effets, pour créer des toiles électriques, des EMP, des champs de forces d'électricités capable de stopper des munitions en métal. Il est également capable d'utiliser son énergie pour créer des grappins magnétiques pour se propulser vers un objectif.

S'il utilise souvent son énergie personnelle pour ses pouvoirs, il peut aussi absorber et utiliser l'énergie électromagnétique ambiante pour renforcer ses pouvoirs ou se soigner. Il peut prendre l'énergie d'appareils électriques, l'énergie circulant dans les câbles électriques ou même dans l'air ambiant si celui-ci est suffisamment chargé.

Il est également capable de se transformer en "foudre vivante". Il devient alors un être constitué d'énergie pure. Il peut se déplacer à la vitesse de la lumière en suivant des câbles électriques. Quand il est sous cette forme, il n'a plus aucun besoin biologique. Cependant, il évite de prendre cette forme, car il craint de perdre son individualité et de se fondre dans le champ électromagnétique de l'univers.

En plus de ses pouvoirs, il est également un étudiant en physique, avec un parcours d'excellence dans d'autres domaines académiques, en particulier les sciences naturelles. Il aime bricoler des inventions pour se détendre et fabriquer différents appareils. Il a aussi une fibre artistique puisqu'il a désigné et réaliser son propre costume. Ses heures passées à lire des comics et à jouer à des jeux vidéos lui ont affûté sa perception des événements qui l'entoure. 

L'une de ses principales faiblesses est la méfiance qu'il a vis-à-vis de ses pouvoirs. Il est souvent réticent à les pousser à leurs limites de peur qu'il les dépasse. Il a été théorisé que s'il est capable de maîtriser une des forces fondamentales de l'univers, son manque de confiance en lui l'empêchera de réaliser son plein potentiel.

Eric, le Roi-Mystère : Quand j'avais commencé à penser à ce personnage, j'avais Aquaman et Namor en tête. Cependant, d'une part, j'étais arrivé à un roi atlante sous stéroïde, et surtout je peinais à lui trouver des ennemis intéressants. Dans la même période, sortait Aquaman  au cinéma, et le film a été comparé à Black Panther sorti plus tôt dans l'année. De plus, dans le métro, je voyais des publicités pour un spectacle Avengers avec Black Panther parmi les personnages sur l'affiche. Je me suis alors demandé pourquoi ne pas switcher Namor avec T'Challa pour varier un peu.

De plus, je trouve qu'avec ce personnage, il serait plus simple d'explorer un aspect protection de la nature que l'on retrouve assez rarement en fait.

De plus, il faut garder en tête que le personnage n'est pas qu'un superhéros. Il est d'abord le roi d'une civilisation ancienne mais aussi avancée. Je ne suis pas spécialement monarchiste, mais j'estime que ceux qui ont pu devenir des rois ont eu quelque chose qui les distinguait des autres. Quelque chose qui leur a permis d'installer des pouvoirs incarnés pendant plusieurs siècles. Un roi a quelque chose de physique et politique, mais aussi une part de spiritualité et de symboles. 

Origines : Alors que Atlantide s’effondrait, une partie de sa population prit une cellule de son noyau principal pour l'emmener dans une colonie en Amérique du Sud. Au fil des siècles, le noyau renforça la colonie qui devint un puissant royaume. Il influença la forêt aux alentour, la rendant plus dense et plus dangereuse pour les étrangers. La Nouvelle Atlantide était fondée. Les énergies influençait sur les habitants qui devinrent plus forts, plus résistants et plus intelligents, mais de plus en plus dépendant au noyau. Les peuples aux alentours parlaient en sous-main de ce royaume caché couvert d'or et dont les habitants étaient immortels. Les légendes d'El Dorado et de la Fontaine de Jouvence étaient nées. 

Beaucoup d'explorateurs tentèrent de chercher la Nouvelle-Atlantide, mais peu en revinrent, et ceux qui revenaient étaient systématiquement discrédités. En effet, la Nouvelle Atlantide capturait les intrus et les brisait pour les incorporer dans son propre système. Au sommet se trouvaient les Néo-Atlantes, une élite bercée dans les eaux de jouvence, puis venaient tous les autres, originaires de peuples différents et arrivées pour des raisons diverses. Une stricte ségrégation était mise en place.

Un jour, un explorateur arriva en Nouvelle-Atlantide, il partait sans guère d'espoir et il tomba sur une patrouille de reconnaissance de la princesse atlante. En dépit des nombreux interdits, une idylle se créa entre les deux, et un enfant naquit de cette union, Eric Edward. Néanmoins quand l'enfant naquit, des gardes arrivèrent et tuèrent son père. Mais devant les suppliques de sa mère, ils ne tuèrent pas l'enfant et emmenèrent les deux. Le Roi de l'époque et les nobles ne savaient que faire de cet enfant métis. Il était désormais le premier-né de la princesse et un héritier potentiel, mais il avait été conçu en dehors du mariage et surtout avec un étranger. Rapidement, la princesse fut marié à un général et lui donna un autre fils. Les deux frères devinrent des rivaux, mais là où son cadet avaient les faveurs de la cour, Eric préférait la compagnie des autres populations, et cherchait un moyen de quitter la Nouvelle-Atlantide. 

Il fut décidé que l'un d'eux deviendrait le roi. Le frère cadet avait le soutien de l'élite atlante, mais Eric un soutien populaire, donc pour trancher les deux seraient opposés au jugement des dieux, un ensemble d'épreuves qui reconnaîtrait le nouveau Roi devant les dieux qu'avaient désormais les Néo-Atlantes, les Rois de la Forêt, le Seigneur Jaguar, la Reine Harpie, le Tyran Caïman et l'Impératrice Fourmi. Le Seigneur Jaguar lui apprit à se déplacer dans les ombres, la Reine Harpie à ne pas être pris par surprise, le Tyran Caïman a être patient et l'Impératrice Fourmi que chacun retourne à la terre un jour. Eric remporta ces épreuves et devint roi.

Pouvoirs : Eric, le Roi-Mystique possède une physiologie de Néo-Atlante qui le place au sommet des capacités d'un humain et à la frontière d'un superhumain. Ses capacités physiques sont semblables ou légèrement supérieures à celles des meilleures athlètes olympiques. Ses capacités intellectuelles sont également à leur plein potentiel. De plus, de par sa condition métis, il n'est limité comme les autres Néo-Atlante et peut aller loin de la Nouvelle-Atlantide sans dépérir.

En plus de ses capacités naturelles, il a été entraîné dans les arts martiaux atlantes, ainsi que dans la survie dans la forêt amazonienne. Il est un excellent traqueur et tacticien, capable de monter des opérations complexes. Comme prétendant au trône, il a été obligé d'apprendre les ruses de la politique et à la diplomatie.

En tant que Roi de la Nouvelle-Atlantide, il est également le Haut Prêtre de la religion, et a du, pour affirmer son règne, acquérir les marques des Rois de la Forêt, les nouveaux dieu atlantes.

Des dons des Rois de la Forêt, il est devenu un artiste de l'évasion capable de se déplacer sans bruit et de se libérer de toutes les entraves, il est presque impossible de le prendre par surprise. En entrant en état de méditation, il peut récupérer de certaines blessures et il résiste à la plupart des poisons et toxines.

En plus de toute ses capacités, il est équipé d'un ancien modèle de tenue de combat qui comprend des modifications qui datent de l'Atlantide originelle et ont été perdues. Il a accès aux ressources de sa nation.

Je me rends compte que cette équipe est vachement puissante, quand même!

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 18:46

En 2015 je crois, j'ai acheté Jonathan Strange et Mr Norell, premier roman de Suzanna Clarke. J'étais dans ma grande folie des fées, et je cherchais des oeuvres qui traitaient de fées capricieuses et mystérieuses, et du lien entre la folie et la raison. Mais pendant plusieurs années, je l'ai laissé de côté. En effet, il est tellement balèze qu'à chaque fois que je le voyais, je faisais le bruit des freins dans Ridin' Spinners. Et je reportais ma lecture. Mais dans la très grande lignée du gentleman de 2018, j'ai décidé de le lire, et même si j'ai pris tout l'année, j'y suis parvenu!

Je me suis dit pourquoi ne pas écrire ce que j'en ai pensé, cela permettra aussi de trancher avec tous les articles très personnels de ces derniers mois.

L'action se déroule dans l'Angleterre des guerres napoléonienne, mais dans un univers où la magie est réelle. Ou à tout le moins, a été réelle. Elle fait l'objet de nombreuses études, mais depuis plusieurs décennies, il n'existe presque plus rien de concret.

La doctrine sur la magie se distingue en deux catégories. Les livres sur la magie, les plus nombreux, mais sans réelle valeur, et les livres de magie, beaucoup plus rares, mais aussi plus riches en enseignements. Ces derniers sont jalousement collectionnés par Gilbert Norell, qui veut également être le dernier magicien de l'Angleterre. Celui-ci a une vision très personnelle de la magie et estime qu'il est le seul à pouvoir ramener la magie en Angleterre. Il souhaite mettre ses compétences aux services de la Couronne, mais son rigorisme l'aliène des badauds qui peuvent être en admiration devant lui. Tout change quand il fait la rencontre de Jonathan Strange, un jeune gentleman anglais qui commence la magie pour tromper l'ennui. L'amitié entre le maître et l'élève tourne à la rivalité quand Strange veut s'émanciper de Norell. Celle-ci ne sera qu'exacerbée par la suite.

En retrait, un manipulateur enchanté traficote quelque machination pour renverser la couronne britannique pour mettre à sa place un de ses favoris. Le tout sur une toile de fond de prophétie.

Quand on prend le livre, on est choqué par la taille du bousin. C'est un vrai pavé. Mais la lecture se fait vite et le style est très sympa. Il est plein de clins d’œil et d'humour. Le livre est également bourré de notes sur le monde et l'histoire alternative, et celles-ci sont également truffées d'humour. Ces pointes d'humour rendent le tout bien plus digeste. Même si certaines des notes prennent la moitié des pages...!

Une des choses qui m'a sauté aux yeux en lisant le livre, et qui a été confirmé par mes recherches postérieures, est que le point de vue adopté est celui d'hommes privilégiés, ou de gentlemen. En effet, les points de vue principaux sont ceux de gentlemen. On est dans la soirée mondaine, la haute politique ou la stratégie militaire. Plus rarement, on s'intéresse aux petits, mais c'est toujours anecdotique, empreint de distance, et on retourne aux personnages principaux. A ce titre, on ne connaît que très peu les domestiques des personnages principaux. Et on ne les connaît que parce que certains personnages ont à faire avec eux.

Le livre est également une déclaration d'amour à l'Angleterre. On l'aperçoit d'abord dans les grandes descriptions qui sont réalisées des campagnes anglaises, mais aussi dans celles du comportement anglais de façon générale. Ensuite, quand on prend le temps de réfléchir, on comprend qu'il n'y aurait des mages qu'en Angleterre. En effet, il n'est fait référence à aucun magicien dans un autre pays, et Napoléon a cherché un mage pour contrer les anglais. Pour tomber sur des charlatans ou des fous.

L'un des thèmes du livre est la folie et comment elle permet de dépasser ses limites. Même si ce n'est que toucher du doigt. Ce constat est à mettre en lien avec le fonctionnement de la magie, qui est expliqué mais pas dans le détail. Mais, de la lecture, on comprend que les événements du livre, ne sont qu'une partie de ce qui se passe dans l'univers. D'ailleurs, en dépit des merveilles qu'ils peuvent réaliser, les pouvoirs des héros ne font que s'approcher des réalisations des Auréats et ne font qu'effleurer le potentiel de magie qui existe. Une des choses qui m'ont le plus plu, c'est que ça va plus loin.

L'un des points centraux du livre est l'amitié, ou le rapport inter-personnel. Et de fait, les personnages fonctionnent par paire, certaines étant plus évidentes que d'autres.

On va commencer par le couple le plus évident, à savoir Jonathan Strange et Mr Norrell. Les deux sont des gentlemen doublés de magiciens qui cherchent à ramener la magie en Angleterre. Cependant, si Mr Norrell est un homme qui a consacré sa vie à la magie anglaise, il est également un homme austère, égoïste et jaloux qui n'inspire que peu de sympathie. En face, Jonathan Strange est un jeune premier charismatique doué d'un talent inné pour la magie. Cependant, il se tournera vite (en partie poussé par les circonstances) vers la magie noire.

Ensuite, le deuxième couple important à l'histoire (et je trouve peut-être plus important au monde du livre), le gentleman et Stephen Black. Les deux sont des étrangers à la société anglaise qui nous est présenté. Mais là où Stephen est un domestique noir qui supporte de plus en plus mal le racisme en Angleterre, le gentleman est une puissante fée qui est complètement indifférente à la moralité humaine. De plus, physiquement ils s'oppose, Stephen étant noir, et le gentleman, un humanoïde à la peau très claire.

Le troisième couple, bien moins important que les deux premiers, est composé de Childermass et Vindiculus. Alors qu'il est tacitement admis que la magie est un loisir de noble, les deux sont des magiciens issus des basses classes de la société, et bien plus doués qu'on ne veut bien le croire. En dépit de sa position de serviteur loyal, Childermass comprend qu'il y a quelque chose en cours qui dépasse ce qu'ils peuvent imaginer. Alors que Vindiculus, charlatan invétéré, possède les clés pour débloquer la situation, mais celles-ci lui échappent largement.

Dans toute cette virilité, on peut voir aussi deux femmes, Arabella Strange et Lady Pole qui sont liées par la magie des héros. Arabella soutient son mari et est, au début du moins, émerveillée par la magie. Lady Pole, quant à elle, a eu dès le départ une expérience désastreuse avec la magie, et a développé une inimitié avec Mr Norell.

Lascelles et Drawlight sont deux petites frappes qui tentent de se nourrir de la gloire de Mr. Norell. Ils se présentent comme les "managers" de Norell, mais sont en vérité des parasites qui l'empêche de prendre des véritables marques dans la société londonienne et l'isole de ceux qui l'apprécient réellement (et ils ne sont pas très nombreux). 

Enfin, Mrs Honeycutt et Secundus, sont deux gentlemen très similaires à Norell et Strange, à savoir un ancien qui a longtemps étudié la magie avec un jeune plus talentueux et fougueux. Mais peut-être parce qu'ils sont plus en retrait, ils conservent leur amitié tout au long du livre.

Est-ce que j'ai apprécié Jonathan Strange et Mr Norell. Oui, clairement. Même si je regrette un peu le fait que le livre soit si énorme qu'il soit séparé en plusieurs tomes pour explorer tel ou tel point. Une grande part de son charme réside dans son mystère. Il prend en outre le temps de détailler ses héros, même s'il ne leur offre pas une happy end totale.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2017 4 16 /11 /novembre /2017 18:39

J'en avais rapidement parlé dans mon article sur Seven Deadly Sins, mais Escanor s'est très rapidement imposé comme mon personnage favori. C'est un phénomène assez étrange, il n'est pas rare que je change d'avis sur les personnages d'une oeuvre, ou que je n'accroche à aucun en particulier, comme dans One Piece, où je n'ai pas un personnage préféré, mais untel que je vais trouver intéressant pour telle ou telle chose. Mais là, j'ai tout de suite accroché au personnage d'Escanor. Et j'ai voulu lui écrire un petit article pour expliquer pourquoi j'aime ce personnage.

Il peut paraître bizarre que je souhaite écrire cet article maintenant, le manga n'est pas encore fini (j'ignore jusqu'où il ira, même si je pense avoir une idée), et toute l'histoire du personnage n'a pas encore été révélée. Cependant, les chapitres des dernières semaines ont marqué un certain tournant pour le manga, et aussi pour le personnage. Je pense que je me peux permettre de venir un point sur lui et peut-être le compléter par la suite.

Lion de l'Orgueil, Escanor n’apparaît pas dans la première partie du manga. Il n'interviendra dans la narration qu'au cours du conflit contre les 10 Commandements. J'étais très curieux de le voir. En effet, l'auteur a joué avec les attentes des lecteurs sur la nature des péchés. Et au final, il restait celui qui est perçu comme le pire, ou le meilleur pour la fin. C'est selon le choix.

Tout d'abord, il y a son pouvoir propre : Sunshine. Ce pouvoir est très particulier, autant la nuit son porteur est faible, dès que le soleil se lève, il se nourrit d'une puissance qui croit jusqu'à midi pour ensuite redescendre. Ainsi, au beau milieu de la nuit, Escanor est le plus faible de tous les chevaliers du royaumes, il est chétif, timide et peureux. Mais dès que le soleil se lève, il devient progressivement un étalon de muscle de plus en plus arrogant. Il gagne alors la puissance du soleil, il devient de plus en plus en fort et projette une énergie de plus en plus intense. Il peut même créer des soleil miniatures.

Je pense que j'en ai parlé à de nombreux moments, mais le Soleil est très important pour moi. Source de lumière et de chaleur, il permet la vie sur Terre. Et même s'il est une étoile assez banale (naine jaune) à l'échelle de la galaxie, il est au cœur du système solaire, ouvre la porte vers l'espace. Sa symbolique le pose comme élément de puissance et d'autorité (même si c'est venu plus tard). En bref, j'adore le Soleil. Et j'ai toujours une affection particulière pour les personnages qui manipulent cette énergie.

Par ailleurs, ce n'est pas la première fois que j'entend parler de quelque chose de similaire. Quelques années avant de commencer la lecture de Seven Deadly Sins, j'étais tombé sur le personnage de Gauvain dont la force augmentait avec le soleil. A midi, il était aussi fort que trois hommes mais elle régressait au fil de la journée.

Ainsi, Escanor est tellement puissant qu'il casse le scénario à chaque qu'il intervient. C'est pour ça qu'il n'a pas été introduit dans la première partie de l'oeuvre, elle aurait été pliée en une matinée! Il est sorti victorieux de chacun de ses combats, y compris contre des démons de premier ordre, qui étaient présentés comme des tueurs de héros. Mais le cas typique où il brise le scénario est lors du tournoi organisé dans le labyrinthe. Alors que je pensais que ça allait être un tournoi somme toute basique comme le genre en connait plein, Escanor en profite pour tout faire péter et faire reprendre un rythme normal à la narration. Comme ça. Au final, je pense qu'un des dilemmes de l'auteur est de trouver un moyen de l'utiliser intelligemment, et de le mettre à côté pour qu'il y ait encore de la tension.

Pour le coup, je vais me permettre de spoiler comme un goret, mais lors de son combat contre Meiodas, je me demandais qui pourrait l'emporter. L'un était présenté comme un homme tellement puissant qu'il cassait le scénario, alors que l'autre est le héros avec tous les privilèges que cela implique. Puis j'ai réfléchi à la thématique de ce combat. D'une part, on a le héros, certes, mais tel qu'il était il y a plusieurs milliers d'années, comme le champion d'un monde ancien et finalement sur le déclin, et d'autre part, on a celui qui se présente comme ce que l'Humanité a de mieux à offrir. Les Humains qui, désormais, dominent le monde et vont progressivement supplanter les anciens clans.

Cependant, au delà de ses pouvoirs, une des choses que j'apprécie le plus chez Escanor, c'est sa personnalité. C'est d'abord un personnage très perspicace qui comprend certaines subtilités qui peuvent échapper à d'autres, par exemple vis-à-vis de ses compagnons. Il sait aussi manipuler ses adversaires pour essayer de gagner un maximum de temps et pouvoir déchaîner le maximum de puissance. A ce titre, il incarne bien le type de personnage que j'apprécie qui parvient à combiner force physique et mentale. De plus, il n'a pas peur de donner de sa personne quelque soit le moment de la journée. Durant la journée, il monte directement au front quand il sait qu'il est le seul à pouvoir gérer la situation, et même la nuit alors qu'il est timide et peureux, il tire une grande fierté de sa conscience professionnelle. Enfin, durant son temps libre (et même parfois en combat), il écrit des poèmes. Pour reprendre une ancienne enseignante d'histoire, j'ai envie de dire que c'est un gentleman complet, il associe l'intellect, le physique et l'artistique.

De ce point de vue, il me fait un peu penser à Alex Louis Armstrong, l'Alchimiste au bras puissant de Full Metal Alchemist. Les deux sont des montagnes de muscles exubérantes, redoutables au combat mais ayant un bon fond tout en étant plus intelligents qu'il n'y parait. En plus, les deux sont moustachus.

Il y a également le contrecoup de Sunshine. Ce pouvoir est d'une telle puissance qu'il a du mal à le contrôler et doit prendre des mesures particulières, que ce soit pour ses vêtements, sa force ou la chaleur qu'il dégage et qui peut tout incinérer. Il est une catastrophe ambulante, et presque toutes les personnes qui le rencontrent ont peur de lui. Même les démons se posent des questions sur sa nature. Mais surtout Sunshine joue sur sa personnalité. Qui est le vrai Escanor? Le petit gars chétif de la nuit ou le grand balèze de la journée? D'autant que ce n'est pas une double personnalité à proprement parler, comme Hulk par exemple. Il reste le même tout au long de la journée, mais son comportement change radicalement. Il se souvient de tout ce qu'il fait et le regrette amèrement chaque soir. De fait, il ne sait pas quelle est la nature de son pouvoir, est-ce que c'est une bénédiction ou plutôt une malédiction?

Ensuite, quand son pouvoir s'est réveillé, il a du fuir sa famille qui menaçait de le tuer, et a vécu sur les routes pendant des années. Toujours tenu à l'écart parce que ses pouvoirs sont trop destructeurs. Jusqu'à ce qu'il rencontre Merlin.

Bien entendu, on ne peut pas parler d'Escanor sans mentionner son amour pour Merlin qui doit être ce pourquoi j'aime autant ce personnage. Cet engouement résulte du fait que Merlin est la première personne qui n'ait pas eu peur de lui depuis des années, mais aussi celle qui l'a présenté à Meliodas, et par extension aux Seven Deadly Sins, là où il a pu trouver un foyer.

Cet amour déborde partout, que ce soit dans les poèmes qu'il écrit, le fait qu'il cherche régulièrement à l'impressionner ou qu'il soit capable de la décrire comme la plus belle chose qui soit tout en se rabaissant lui-même. Tout ça, dans la même phrase! Même après plus de 10 ans, on voit qu'il est toujours épris d'elle, allant jusqu'à nommer son bar en référence à elle.

Mais ce qui fait qu'il est si extraordinaire, c'est qu'il se rapproche d'une espèce d'amour courtois (pour rester dans le thème de la chevalerie du manga). L'amour courtois désigne, de façon schématique, une relation pure et profonde mais pas toujours consommée, où l'homme (le plus souvent un jeune chevalier) fait serment de dévotion à sa dame (généralement de rang social supérieur). Ainsi, si Escanor est fou amoureux de Merlin, elle est, quant à elle, un peu plus distante même si on voit qu'elle a de l'affection pour lui. Mais il s'en fout éperdument, elle pourrait ne rien vouloir faire avec lui, elle est sa source d'espoir, un soleil au fond de son cœur qui lui permet même de se transformer durant la nuit, même si c'est pour quelques secondes. Et ça, c'est magnifique!

Comme d'autres personnages avant lui, je pense que si j'apprécie autant Escanor, c'est parce que, jusqu'à un certain point, je me reconnais en lui. Ou plus exactement, il y a des éléments chez lui que je comprends puisqu'il m'arrive de les ressentir. Cet espèce de clash entre deux natures qui s'opposent, sujet dont j'avais parlé de façon extensive ici il y a encore quelques années. Encore une fois, le fait de chercher un endroit où je me sente accepté.

Quant à ma rose, pour reprendre son expression, j'ignore si je suis capable d'avoir la dévotion d'Escanor, mais je la trouve admirable.

"PRAISE THE SUN!"

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 20:08

J'ai commencé la lecture de Berserk à peu près en même temps que j'ai commencé à tenir ce journal (je n'aime décidément pas blog) à jour. Et même si c'est l'une des lectures les plus importantes pour moi (et que sa présence est partout), je ne me suis jamais arrêté pour véritablement en parler et pourquoi je l'appréciais autant.

Il y a quelques années, j'étais encore étudiant, j'avais parlé du dessin animé des années 90 lors d'une présentation libre en anglais. C'était parti assez vite en cacahuète, mais pour des raisons extérieures à ma volonté. Dans tous les cas, je voulais expliquer pourquoi je trouvais cette série géniale, mais je n'ai pas réussi. J'avais plus le sentiment qu'on voulait me faire dire que c'était violent alors que la violence ne fait que servir un objectif dans Berserk. Bon j'avoue, parfois elle est également gratuite, mais chut. Dans tous les cas, cette expérience m'a rendu par la suite quelque peu réticent pour parler de ce que j'aime (les expériences ultérieures me confirmeront ce sentiment).

Finalement, l'envie d'écrire cet article me sera vraiment venu en regardant le générique de début de la seconde saison de la nouvelle série animée. Je trouve ce générique magnifique et il résume bien mon sentiment de la série. Dommage que l'animation effective de la série laisse tant à désirer. De plus, je me rends compte que ce ne serait pas mal pour un 200ème article de s'attarder sur ce manga.

Une ombre parcourt les ténèbres. Il s'agit d'un homme imposant vêtu de noir et armé d'une énorme épée (qui ressemble plus à un morceau d'acier genre une table). Il porte la Marque du Sacrifice qui le destine à être la proie de toutes les créatures surnaturelles. Son nom est Guts et il est le Chevalier Noir, la terreur des monstres qui rôdent dans la nuit.

Il poursuit sa vendetta contre celui qu'il estimait être son meilleur ami, Griffith, qui a brisé sa vie afin de voler vers ses ambitions. Cependant, sa némésis n'est plus de cette réalité. Afin de l'atteindre, lui et ses alliés, il traque leurs séides, les Apôtres, pour leur extorquer des informations avant les exécuter.

Sa quête le met en danger, un danger physique bien plus qu'évident, mais aussi un danger pour son humanité qui est mise à rude épreuve chaque nuit. Pourtant il continue dans sa croisade, peu importe les horreurs qu'il doit affronter. Que s'est-il passer entre les deux pour que tout parte autant en couille? Est-ce que Berserk va se finir un jour?!

Ecriture : D'habitude, quand je parle d'une bande dessinée, je commence par les dessins, mais pas cette fois pour une raison qui va venir par la suite.

Berserk peut facilement être désigné comme une épopée. C'est-à-dire une oeuvre de fiction où le héros est amené à vivre des aventures et doit surmonter des épreuves de nature surhumaine. La quête de vengeance puis la quête pour trouver le remède pour Casca rentre dans cette description, et je suis sur qu'il est possible d'analyser l'oeuvre au travers du mythe du Héros au mille visages de Joseph Campbell.

Comme beaucoup d'épopées, Berserk berce dans la tragédie, à savoir la lutte d'un héros contre le destin. Mais il traite d'autres thèmes, dont à titre principal, le désespoir et ce qu'il peut nous pousser à faire, les conséquences des actes qui peuvent nous paraître insignifiants, mais aussi, comme cela a été formulé dans l'oeuvre, "est-il sage de se soumettre à quelque chose qui nous dépasse?"

A côté de cela, Berserk touche beaucoup de choses, la religion, la famille, l'amitié, la solitude, la volonté, les rêves, l'amour, le désir, la colère, la rancœur, la vengeance, la rédemption, la tristesse, la destinée, la mort. A ce titre, je trouve qu'il explore la nature humaine dans ses moindres recoins. Que ce soit les plus sombres, comme les Apôtres qui se laissent vivre dans leurs désirs, ou dans les plus nobles, comme la volonté d'aider quelqu'un sans rien attendre en retour. Les émotions y sont exprimées de façon brute et primale. Ainsi, la violence de l'oeuvre n'est l'exagération de tous les traits que l'on peut trouver chez les êtres humains.

Est-ce que Berserk est sombre? Oui. L'univers est violent. Le pays est ravagé par la guerre, la famine et la maladie. Les hommes sont lâches, cupides et libidineux. Des monstres rôdent dans les recoins sombres, et la mort peut frapper à tout instant. Les dieux sont soit absents, soit cruels. Cependant, il n'est pas sans espoir. Des opportunités existent pour ceux qui peuvent les prendre. Enfin, même si les lois de la causalité sont manipulées, il y a également une belle part de chance.

De façon plus prosaïque l'oeuvre est catégorisée dans le genre de la dark fantasy. A raison, l'ambiance y est pesante, les héros sont assaillis de menaces plus dangereuses les unes que les autres et l'univers leur en veut personnellement. Pour autant, les héros parviennent à survivre et à triompher des adversités, même si c'est souvent de justesse. Ainsi, Berserk va aussi chercher dans d'autres genre de la fantasy et peut passer des volumes entier dans ces styles. Si la période du Chevalier Noir (que je place arbitrairement du début de l'oeuvre, jusqu'à l'arc de la Tour de la Conviction) est bien de la dark fantasy "pure", les rencontres avec les God Hand versent plus dans l'horreur cosmique, à savoir un genre où les humains sont insignifiants face à des entités qui sont au mieux indifférentes ou au pire malveillantes à leur égard. L'Age d'Or, quant à lui, ressemble plus à de la low fantasy, on reste sur les tribulations de la Troupe des Faucons et la guerre de 100 ans qui ravage le royaume avec que de légères incursions dans le merveilleux (ou cauchemardesque). Actuellement, et depuis l'arc du Faucon Millénium (la réincarnation de Griffith), je trouve qu'on est dans la high fantasy, avec le nouveau groupe de Guts et surtout la magie qui apparait en force. Cependant, j'ai remarqué que beaucoup critiquent cette évolution. Ils regretteraient l'époque où tout était sombre, mais pourtant je suis convaincu que tout ce qui se passe actuellement ne fait que présager quelque chose de grave.

Personnages : Au départ, quand on rencontre Guts, on a l'impression qu'il s'agit d'une brute sanguinaire perdu dans sa croisade. Puis il pleure. Et au fur et à mesure que l'on apprend à le connaître, on découvre un personnage plus complexe. Sous son apparence de salaud qui ne soucie de personne d'autre que sa vengeance se cache un homme brisé, prompt à l'introspection et plein de tristesse. Son masque de sadisme et de cynisme était le moyen qu'il a pour se protéger de ce qu'il vit, mais aussi pour tenir les autres à l'écart. De plus, s'il est le quasi-monstre surhumain que l'on présente dans le manga, c'est parce qu'il en a chié toute sa vie et ce, dès sa naissance! D'ailleurs, je trouve toujours dommage quand je vois des gens se comparer à des personnages de fictions qui sont impressionnants (j'ai Hulk et Batman en tête) sans comprendre tout ce que cela implique d'être dans la peau de ces figures. L'incapacité de former des liens forts avec les autres et le sentiment de porter le monde sur les épaules sont les premières choses qui me viennent à l'esprit.

Quand j'ai regardé le dessin animé des années 90, jusqu'à un certain point, je me suis reconnu dans Guts, un homme dévoré par ses passions et incapable de trouver sa place. Il m'a vendu une image romantisée des mercenaires que je continue à avoir encore. Et surtout, il a été le premier à me montrer que l'on pouvait se vêtir de noir, mais être le porteur de valeurs plus "héroïques" que son environnement ne le laisserait supposer.

Griffith est l'opposé de Guts. L'un est un grand bourrin solitaire qui a passé son existence à écumer les champs de bataille et à s'accrocher à la vie tant bien que mal, l'autre est un beau jeune homme dont l'aura attire les foules qui est animé par un rêve grandiose et est destiné à prendre les rênes de ce monde. On pourrait continuer des heures comme ça. Autant Guts est le protagoniste, Griffith est le deutéragoniste ainsi que l'antagoniste principal. L'Age d'Or raconte son ascension et sa chute, et les chapitres les plus récents de Falconia racontent comment il parvient à son objectif premier, avoir son propre royaume. Ainsi, Berserk est presque autant son histoire que celle de Guts et leurs destins sont liés. Par le sang, j'ai envie de rajouter.

J'estime ainsi que dans un autre contexte, Griffith aurait pu être le héros, un charisme et un talents extraordinaires, un rêve grandiose et une destinée déjà pavée. Et surtout, par rapport à Guts qui évolue et change d'objectifs au fil de l'oeuvre, Griffith reste le même. Animé par ses mêmes objectifs. Et même s'il se drape dans les habits d'un sauveur vêtu de blanc, les lecteurs savent qu'elle est sa véritable nature. Et, il a été décidé qu'il serait dans une relation qui mêle amour et haine avec le véritable héros, un marginal vêtu de noir.

Au départ, je me suis demandé, ce que Griffith a pu m'apporter puis, au cours de ma relecture, je suis tombé sur la scène du bal où Griffith explique à la princesse Charlotte l'importance des rêves. Cette scène, cruciale pour ce qui va suivre, m'a inspiré à toujours me tenir à mes rêves et mes ambitions. 

Casca est dans une position assez particulière. Elle est moins développée que Guts ou Griffith (tout en ayant son propre arc de personnage), mais elle est centrale au manga. Dans un premier temps parce qu'elle complète le triangle amoureux, mais plus tard car elle devient la béquille de Guts qui lui permet de conserver son humanité ainsi que le cœur de son nouveau groupe.

Casca m'a beaucoup marqué et a participé à la construction d'une forme d'idéal féminin. Quand je regardais le dessin animé des années 90, je m'imaginais que j'aurais pu avoir une relation comme celle qui lie Guts et Casca. Même maintenant, voir les deux amoureux réveillent des sentiments mixtes entre l'envie d'une relation aussi belle et la tristesse par rapport à mes propres relations. Cependant, je me demande si je pourrais être aussi protecteur que peut l'être Guts, au moins dans la mesure du réaliste. Mais pour cela, je me dois d'être plus fort.

Quand j'y prenais le temps de réfléchir, j'ai réalisé que l'intérêt de la première Troupe du Faucon est de montrer qu'est-ce qui a été perdu et la racine de l'inimitié entre Guts et Griffith. Ils sont un sacrifice pour comprendre ce qu'il se passe dans le présent de la narration. Chacun d'entre eux est appréciable, à sa façon, mais quand on creuse, ils ne sont pas nécessairement plus développé que ça. On sait vaguement d'où chacun des lieutenants vient, mais on ignore pour la plupart quels sont leurs objectifs et rêves au delà d'accompagner Griffith. Je trouve d'ailleurs assez paradoxale que la période que l'on appelle l'Age d'Or dans Berserk, soit celle qui se déroule au sein d'une bande de mercenaires durant une guerre centenaire entre deux royaumes. Enfin, en dépit d'être des combattants exceptionnels, ils se retrouveront complètement hors de propos lorsque les menaces surnaturelles vont se manifester.

La seconde Troupe du Faucon est clairement un outil pour permettre à Griffith d'avancer. En effet, à une armée régulière, elle est composée d'Apôtres loyaux et ses commandants sont tous des Apôtres très puissants. Mais ce qui est intéressant, c'est que ces commandants ne sont pas comme les autres Apôtres, ils obéissent à des règles et à un certain code d'honneur. Ils ne se livrent pas aux atrocités des autres et même les tiennent en laisse. Leur apparence d'Apôtres est bien moins monstrueuse que celle des autres, et on ne les a pas vu durant l'Eclipse. Tout cela les rend sympathique, et je suis très curieux de savoir ce qui les a poussé à devenir des Apôtres et à rejeter leur humanité.

Désormais, Guts est entouré de nouveaux compagnons. Une des premières choses à signaler, est que ceux-ci se sont rassemblés autour de lui, et Casca, et non pas comme la Troupe du Faucon qui existait déjà avant que Guts ne les rejoigne. Ils tranchent davantage avec la Troupe du Faucon dans la mesure où ils apparaissent à un moment où le surnaturel est désormais naturel et surtout parce qu'ils ont des personnalité plus marquées. Là où les premiers étaient des soldats, ils s'agit là d'un groupe hétéroclite. Ils ont une histoire plus étoffée, avec les bagages et problèmes qui vont avec. De plus, chacun a des rêves qui sont propres et accompagnent Guts parce qu'il peut leur permettre de de réaliser leurs propres rêves. Enfin, ils permettent à Guts de tenir à l'écart ses propres démons qui menacent de l'engloutir, et ce en dépit des combats beaucoup plus éprouvants qu'il doit désormais mener.

Pendant un temps, je pensais que les Godhand ne se contentaient que d'obéir à leur nature. A savoir qu'ils n'étaient que les instruments de la causalité. Puis, au cours de ma relecture, j'ai compris que c'était une belle bande d'enflures qui se drapaient dans tout leur mysticisme et métaphysique pour habiller leur cruauté. Pour autant, en dépit de leur puissance, eux même reconnaissent qu'ils ont leurs limites, et je pense que c'est parce qu'ils sont issus de la volonté humaine, du dieu impie né de l'Homme. Ainsi, en tant que créatures imparfaites, puisque issues des hommes, je pense également qu'ils peuvent être vaincus. Mais comment, ça je l'ignore.

J'ai pas trop envie de m'étendre sur le Skull Knight. Il est cool mais est trop mystérieux et me fait l'effet d'un deus ex machina ambulant.

Dessins : La qualité graphique de Berserk ne fait aucun doute. Les dessins fourmillent de détails tant dans les décors, que sur les costumes des personnages. Apparemment, c'est ce gout du détail qui fait qu'il y a de telles lenteurs dans la parution des chapitres. Miura prend tellement de temps et est si perfectionniste qu'il voudrait tout faire tout seul jusqu'à ce que tout soit parfait. Ainsi, je trouve que les détails qui sont présents dans les dessins n'ont rien à envier aux détails que l'on peut trouver dans l'écriture de Georges R.R. Martin. 

De plus, le dessin, comme l'écriture, est particulièrement brut. Les émotions sont décrites avec minutie et les pensées sont bien illustrées. Les coups de folie de Guts soulignent à quel point son humanité est mise en jeu et comment il s'abandonne dans ses combats. A ce titre, la violence n'est jamais édulcorée, il n'est pas rare de voir des entrailles, des cerveaux et des yeux voler dans tous les sens. Il en est de même pour la nudité ou la sexualité où seul le strict minimum est censuré. Les scènes de viol sont présentées de façon brutales et expéditives (en dehors de quelques unes), et les scènes d'amour sont dessinées avec soin, montrant les sentiments de ceux qui sont impliqués.

Ainsi, le dessin de Berserk accompagne l'écriture. Il peut être effrayant, montrer les Apôtres comme des créatures inhumaines, ou accentuant la laideur de certains vils personnages. Tout comme il peut être magnifique comme certains paysages qui laisse bouche bée, ou des certains personnages qui sont très beaux, comme la beauté surnaturelle de Griffith ou celle plus négligée de Casca.

Berserk m'aura également permis de connaître certains artiste pour leurs travail. Il m'aura fait davantage m'intéresser à H.G. Giger qui a travaillé sur Alien. Mais il m'a fait découvrir Gustave Doré, M.C. Escher, Jérôme Bosch et John Bauer. Il m'a donné envie de voir certains films comme la Chair et le Sang. Et maintenant, je comprends beaucoup mieux la patte graphique de la série Dark Souls. Je ne peux plus m'empêcher de me dire "tiens mais c'est comme dans Dark Souls/Berserk."

Cependant, l'évolution est assez particulière. Depuis que le manga est publié, depuis 1989, le dessin de Kentaro Miura a beaucoup évolué. Au départ, je trouve qu'il avait un côté pulp plus appuyé que dans d'autres œuvres contemporaines (le dessin me fait à du Conan). Puis clairement, il s'améliore, les personnages prennent de la masse et deviennent plus carrés, jusqu'à atteindre un certain summum à mon sens. Désormais, je trouve qu'il en fait un peu trop dans les détails et qu'on touche de très près, la vallée dérangeante et pas que pour Griffith. Mais ce n'est que mon avis.

Voilà pourquoi j'aime autant Berserk. D'abord parce que derrière sa violence, il pousse les limites de la nature humaine et tente de la questionner. Ensuite, parce que, un peu comme Imaro après lui, j'arrive à m'identifier à son protagoniste et que même maintenant celui continue à m'inspirer. Enfin parce qu'il est superbement bien dessiné.

En tapant ces lignes, je me rends compte aussi de mon évolution. Quand j'ai commencé à lire Berserk, je ne voyais que le monstrueux. A l'époque, je ne percevais que le pire dans la nature humaine et je m'étais approprié la réplique de Slan durant l'Eclipse. Maintenant et avec quelques années, je vois aussi le merveilleux, et je me rends compte que même si le monde est affreux, il est également rempli de choses magnifiques qui méritent d'être découvertes. Ouais c'était l'instant fleur bleue.

Néanmoins, il serait temps que ça se finisse. Le manga a commencé en 1989, et entre-temps Bleach et Naruto ont commencé et se sont finis! Mais dans le même temps, je trouve que la narration va beaucoup plus vite depuis qu'ils ont quitté le bateau.

Je me demande si un jour je saurai de quoi cette vidéo cause. A l'époque, je pensais que c'était le générique de la nouvelle série Berserk. Puis finalement, non. Mais j'aime beaucoup ces quelques accords qui me remplissent d'une profonde nostalgie.

Partager cet article
Repost0

Menu Principal

  • : Journal du Yannus
  • : Bienvenue dans cet espace où je parle de ce que j'aime, et surtout de moi. En effet, je voulais avoir un endroit où je peux m'épancher à loisir! Pour autant, je préfère écrire un article quand je pense avoir un plus à apporter, ou si un sujet me tient très à cœur. Je n'ai pas une production régulière (j'écris quand l'inspiration vient et quand les possibilités me le permettent), mais j'encourage à passer au moins une fois par mois, pour ceux que ça intéresserait.
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Wakanda Forever
    Je ne sais plus si j'en avais déjà parlé mais le décès de Chadwick Boseman m'avait un peu marqué. Je crois que dans la même période Virgil Abloh était mort d'un cancer également. Ca m'avait fait penser à la fragilité de nos existence, et qu'il était important...
  • Un été pour abandonner l'humanité
    Je me rends compte que ça fait un moment que je n'avais pas écrit d'article sur ma "pratique sportive". Le dernier remonte à ma pratique de la calisthénie au cours de l'été dernier. Beaucoup s'est passé depuis. Déjà, le mauvais temps approchant me donnait...
  • Pokémon Legends Arceus
    J'ai pensé à acheter les remake de Diamant et Perle quand j'ai appris que leur Ligue était peut-être l'une des plus difficiles, avec Cynthia qui aurait une équipe "parfaite". Mais je me suis ravisé quand j'ai compris que ce n'était qu'un pic de difficulté...
  • Shin Megami Tensei V
    J'ai pensé à me prendre le remaster de Shin Megami Tensei : Nocturne. Mais finalement je me suis ravisé car les musiques n'avaient pas été décompressés. Toutefois, je trouvais bizarre que l'on ressorte un remake de Nocturne peu avant le V... Cependant,...
  • Terres d'Emeraudes 2.0
    J'en parlais dans l'article sur le gentleman, mais j'ai été en couple. C'est tombé à l'eau en partie parce que je n'étais pas disponible et avais, à ce moment là, d'autres priorités. Je n'avais pas pris le temps de prendre de vraiment digérer la rupture....
  • La reprise !
    J'en ai parlé, mais Ring Fit Adventure m'a beaucoup accompagné durant le premier confinement. J'ai pu avancer dans le jeu et ai été surpris des ennemis qui se diversifiaient à un moment avec des animaux envoutés (des cerfs bleus, des aigles rouges, des...
  • Tierlists des applications de rencontre utilisées
    Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement,...