Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 07:10

Je me rends compte que ça fait un moment que je n'avais pas écrit d'article sur ma "pratique sportive". Le dernier remonte à ma pratique de la calisthénie au cours de l'été dernier.

Beaucoup s'est passé depuis. Déjà, le mauvais temps approchant me donnait de moins en moins envie d'aller m'entraîner dans le parc à proximité de chez moi. Ensuite, j'ai eu un crush dans le groupe de sport dont j'ai fait partie. Voulant prendre de la distance, je me suis finalement inscris en salle.

J'étais récalcitrant vis à vis des salles commerciales : je sais que celles-ci fonctionnent avec des inscrits qui ne se présentent pas, et j'avais peur de tomber sur des salles équipées exclusivement de machines et de poids légers. J'ai hésité à aller dans une petite salle de quartier comme celle où j'ai pu commencé, avant de me décider à plutôt m'inscrire dans l'une des plus grandes chaînes en France.

J'ai remarqué que mes performances ont explosé quand je me suis inscris. Je ne sais pas pourquoi. Est-ce parce que j'ai eu de la mémoire musculaire? L'ambiance de la salle? L'expérience que j'ai pu avoir? Un mélange de tout ça?

Entretemps au cours de l'hiver, j'ai été rejoint par mon crush dans ma salle. Je pensais qu'on pourrait se rapprocher. Quel idiot. C'est une expérience étrange de s'entraîner avec quelqu'un d'autre. L'entrainement est plus long, c'est sur. Mais c'est aussi et surtout plus fun. Même si rien se passe, je trouve qu'on se marre bien.

On s'entraînait en full body au tout départ. Mais c'était particulièrement long. J'ai alors regardé une vidéo d'Eric Flag où il parlait de sa prise en masse en Push Pull. Je trouvais ça intéressant pour scinder nos séances. Mais je remarquais aussi que ma partenaire d'entrainement n'avait pas assez de volumes au niveau de ses jambes. Tout ça c'était des entrainement d'hommes centrés sur le haut du corps. J'ai alors décidé de recomposer l'entraînement en upper lower 4X par semaine comme j'avais imaginé il y a quelques années sans vraiment le mettre en application.

Entretemps, elle m'avait parlé de son souhait de faire une compétition de culturisme. J'étais un peu surpris. Je ne m'attendais pas à ce que quelqu'un me parle un jour d'un souhait de faire une compétition de ce genre. A titre personnel, voir une compétition est une idée qui me plait, mais j'ai toujours hésité à aller dans cette voie. Je trouve ça trop contraignant, se mettre sa santé à mal pour une coupe. Très peu pour moi. Mais j'ai eu envie de l'accompagner dans cet objectif.

En effet, je m'entrainais sans réel objectif. Je faisais un peu de tout : un peu de calisthénie, un peu de force, un peu de cross-training. Je progressais, mais je n'avais pas vraiment de sens. Toutes ces pratiques sont distinctes et tôt ou tard font appel à de la spécialisation. Je me dis alors autant faire "all in" sur le culturisme.

Depuis longtemps aussi, je réfléchissais à un programme type "brosplit" popularisé par les culturistes depuis presque 20 ans. L'idée me sera venue en regardant une vidéo d'AthleanX. Pas de séance bras dédiée, mais deux séances jambes. Je trouvais que c'était une combinaison intéressante. Ça reprenait des idées que j'ai pu développer au fil des années.

Si ma partenaire voulait faire une compétition, de toute façon faudrait y passer pour qu'elle puisse prendre suffisamment de volume. Je lui ai proposé ce programme que nous avons réalisé au cours de cet été. Je trouve que c'est plus simple d'aller dans cette direction en été. Moins de monde dans les salles et moins de pression au travail. 

BLEUE : Une des séances que j'ai longtemps dosé, la séance "arrière du corps", dos et triceps. Cette fois ci elle est plus orientée dorsaux.

  • Rowing barre en supination : Le rowing et moi, c'est une histoire compliquée. J'ai eu des difficultés avec le rowing à la barre classique. Dans un premier temps, en faisant le rowing en supination, j'avais peur qu'il m'arrive le même sort de Dorian Yates avec une déchirure du biceps. J'utilisais une barre EZ pour le faire... C'est clair que je n'aurais pas eu de vrais résultats de cette façon! Ensuite, le soulevé de terre a longtemps été mon principal exercice pour la masse dans le dos. C'était difficile d'enchaîner ensuite avec du rowing barre qui appuie aussi sur le bas du dos avant que les dorsaux ne se fatiguent vraiment. Déplacer le soulevé de terre est une de mes meilleures idées, en musculation. Ca m'a permis de rajouter du rowing en supination dans mes séances dos. Pourquoi en supination? Pour vraiment appuyer sur les dorsaux. Si les trapèzes supérieurs et les biceps interviennent également, tant mieux. .
  • Tractions : J'arrive à faire des tractions. Après un long apprentissage. Pendant quelques semaines, je les ai faites aux anneaux, je pense que ça a pas mal aidé. Maintenant, je me suis acheté une ceinture de lest, et je les charge. Ce n'est pas si lourd, mais c'est l'intention qui compte. Ainsi, le but sur les tractions c'est de faire lourd pour gagner en force. Même si j'aime bien sur ma dernière série, faire sauter la ceinture pour faire quelques répétitions en plus. Ça rajoute un peu de volume et ça me donne l'impression d'être dans Dragon Ball, quand les personnages portaient encore des vêtements alourdis et lorsqu'ils les enlevaient ils devenaient beaucoup plus forts et rapides. En plus, ça fait une dernière série en dégressive. Autrement, les tractions sont un excellent exercice, déjà pour le dos, mais aussi pour le haut du corps, avec les avant-bras, les biceps, les épaules, les trapèzes et le caisson abdominal. Bien sur, tout ce n'est mobilisés aux maximum, mais c'est un exercice qui est bon pour la coordination globale.
  • Tirage poitrine prise neutre : Le tirage à la poulie haute est l'exercice que l'on donne à faire à ceux qui ne sont pas en mesure de faire des tractions. On me l'a conseillé quand j'ai commencé la musculation, mais je l'avais laissé de côté progressivement pour commencer l'apprentissage des tractions. Je n'ai plus fais de tirage poulie haute depuis plusieurs années. Mais il fallait faire du volume pour le dos. J'hésitais entre cet exercice et le pull-over. Je me dis que ce dernier pourra vraiment être intéressant plus tard quand nous serons plus avancés et devrons chercher la précision. Ici, la prise neutre permet de cibler d'avantage les dorsaux.
  • Développé couché prise serrée : Je connaissais cet exercice depuis longtemps déjà, mais je refusais de l'intégrer dans mes entrainements parce que je trouvais que ça faisait trop d'exercices de type "développé". Puis un jour, j'ai eu à le tester parce que je ne pouvais pas faire autrement. Et ça a été une révélation! J'ai eu une énorme congestion au niveau des triceps. J'ai eu de petites douleurs au coude (un début de tennis elbow?) et faire cet exercice en amplitude complète me soulageait un peu. Mais ce qui était embêtant, c'est que les bancs de développé couché sont souvent occupés, il est nécessaire de passer aux haltères.
  • Extensions au triceps couché : Petite modification, un exercice d'isolation plutôt avant un exercice de base. L'idée ici est de plus cibler la portion longue du triceps. J'ai eu à baisser les poids pour pouvoir me concentrer sur une meilleure technique et vraiment descendre les bras pour aller plus vers cette longue portion. Ça plus le début de douleur au coude, mais c'est passé très vite.
  • Dips : Je sais que ce n'est pas le plus optimal pour l'entraînement des triceps, mais je trouve que c'est un exercice sous-côté. Il m'avait déjà aidé à progresser sur les pectoraux. Ensuite, c'est un peu comme les tractions, un exercice qui tape un peu partout sur le haut du corps (pectoraux, triceps, épaules et le caisson abdominal), et j'ai pu beaucoup progressé en utilisant des anneaux de gymnastique (c'est un outil vraiment bien) maintenant je me lest également. C'est un exercice sur lequel on peut travailler en lourd (en mettant des poids) ou en répétitions (sans charge). Je préfère faire du lourd pour augmenter en force.

ROUGE : Cette première séance jambe est orientée "push". Au niveau des jambes, ce type de mouvement peut être associé à la flexion des genoux des squats.

Cette séance est celle qui a nécessité le plus d'ajustements pour arriver à quelque chose de stable tant sur le volume (au début il y avait beaucoup trop) que sur la pertinence des exercices.

  • Squat : J'ai longtemps tourné autour de cet exercice. J'ai fais du squat avant, mais j'ai décidé de faire du squat arrière, pur et simple. Il s'est passé quelque chose d'assez marrant avec cet exercice. Un jour, je me suis trompé sur la barre, je pensais que c'était une barre de 15kg et non de 20. Je l'ai chargée plus lourde et j'ai remarqué que je m'en sortais pas si mal que ça. J'ai compris que l'on se met des barrières mentales et que celles ci nous ralentissent. Le squat reste un exercice assez impressionnant. Il y a toujours cette peur de céder au poids de la barre. Le jugement de la fonte.
  • Soulevé de terre roumain : Je sais, je sais, je sais. Je triche un peu. Il aurait été plus intéressant de faire des extensions au banc. Cet exercice aurait mieux complété la séance fessiers de plus tard. Mais je m'étais déplacé une vertèbre sur cet exercice au début de ma pratique, et ça a laissé des traces (peut-être surtout mentales). J'ai préféré remettre ce type de soulevé de terre pour mieux me concentrer sur les ischiojambiers. Au départ, nous le pratiquions à la barre en sumo. La prise n'était pas pratique et c'était trop fatiguant. Passer aux haltères était plus intéressant.
  • Squat bulgare : Il est nécessaire d'avoir un exercice en unilatéral comme les fentes. J'ai hésité sur quel type de fentes inclure. Et finalement, je préfère continuer à faire des squats bulgares. J'ai notamment commencé à charger en prenant des haltères, ça permet de gagner en équilibre. Sur la technique, ma partenaire m'a aussi donné un conseil auquel je n'avais pas pensé : regarder un point fixe. On dandine moins comme ça. Il m'arrivait d'avancer mon torse vers l'avant. Mauvaise idée, ça tirait sur le bas de mon dos.
  • Leg extension : Je n'étais pas trop fan des leg extensions. De façon générale, je n'aime pas les machines en particulier à cause des leg extensions. Je pense qu'ils mettent les genoux dans une position dangereuse et peut les flinguer vitesse grand V. Mais ces dernières semaines, j'ai appris qu'il n'y a pas réellement de "mauvais" exercices, plus des exercices plus ou moins adaptés selon la situation et les personnes. Les leg extension permettent notamment de solliciter certains muscles des quadriceps qui ne peuvent l'être autrement. Ils permettent enfin de rajouter pas mal de volume sur les quadriceps à moindre cout. En effet, dans un premier temps, je pensais faire du squat avant ou du goblet squat, mais c'était trop lourd en terme de volume.
  • Crunch à la poulie : Les séances jambes sont aussi l'occasion de faire des exercices à destination des abdominaux. Mais comme on est en mode full hypertrophie, je voulais privilégier des exercices qui visent la croissance du grand droit. Le premier de ces exercices est le crunch à la poulie. J'étais assez surpris de voir qu'assez vite, j'ai eu à mettre assez lourd pour vraiment sentir l'exercice.
  • Pallof press : En lien avec le grand droit, il est intéressant de solliciter les obliques. Au départ, je préférais le bicycle crunch, mais ma collègue estimait que ce n'était pas un bon exercice pour les obliques. On ne peut pas faire que de "l'optimisation", il est important d'avoir du fun dans l'entraînement. On a tenté ensuite le suitcase deadlift, mais l'exercice est trop taxant. J'ai pensé au flexions latérales, mais cet exercice a la réputation d'être dangereux pour la colonne vertébrale. On a trouvé un bon compromis avec le pallof press. De l'exercice en anti-rotation.

JAUNE : Je ne pense avoir de remarques introductives spécifiques sur cette séance. C'est désormais la légendaire séance du kéké, que je pratique depuis plusieurs années maintenant. Cependant, je l'ai modifié pour qu'elle soit plus cohérente.

  • Développé couché avec barre : Je ne suis pas nécessairement fan du développé couché à la barre. C'est un exercice que je fais plus dans une "optique de force", et parce que c'est un classique dans le poussage de fonte. Pendant un temps, j'ai voulu rapprocher mon exécution proche de ceux des powerlifters. Et j'ai effectivement augmenté ma force. Mais, d'une part, je n'aimais pas le pression du pont au niveau de ma colonne vertébrale, et d'autre part, je me suis dit que je cherche plutôt à faire de l'hypertrophie. J'ai même pensé changer d'exercice, reprendre les haltères. En effet, j'ai remarqué que mes performances stagnaient pas mal sur cet exercice. Puis, je suis tombé sur une vidéo d'Emilio Abril où il parlait de sa prise de masse minimaliste. A un moment, il a eu un plateau similaire au mien, et il a simplement décidé de pousser plus lourd. Je me suis dit : "pas bête". J'ai essayé et ça s'est débloqué.
  • Développé incliné avec haltères : C'est pour moi mon principal exercice d'hypertrophie pour les pectoraux. Il y a quelques années, il y a eu une polémique sur le ohdepek et sur les exercices capables de vraiment le stimuler. J'en suis venu à me dire que si le développé incliné était dans les programmes depuis plusieurs décennies, ce n'était pas pour rien. Je trouve aussi qu'avec les haltères on peut mieux se concentrer sur les pectoraux, avoir une meilleure amplitude et limiter l'effort des épaules (même si ça me demande faire plus attention sur la technique). Il y a toujours une part de stress dans ces exercices : les bancs sont presque toujours occupés. C'est un truc de dingue!
  • Écartés à la poulie : C'est un exercice que j'ai longtemps évité. Je ne me concentrais que sur des exercices polyarticulaires estimant que les autres n'étaient qu'une perte de temps. Je préférais faire des pompes. Mais j'ai compris que les mouvements type "écartés" étaient nécessaires pour complétement travailler les pectoraux. Ne serait-ce que pour respecter le complet mouvement des pectoraux. Très vite, j'ai pu voir des changements. Notamment, j'ai pu améliorer ma contraction volontaire par rapport aux pectoraux et mieux les sentir lors des développés.
  • Curl à la barre : Pendant plusieurs semaines, les tractions en supination étaient mon principal exercice pour les biceps. J'estimais également que l'on n'a jamais trop d'exercice de dos. Mais avec le passage à cinq jours, le nombre d'exercices qui sollicitent le dos a augmenté. Et je me suis demandé s'il ne serait pas plus intéressant de choisir un autre exercice de base pour les biceps. Le curl est l'exercice le plus simple pour les biceps. Avec les haltères on peut améliorer la technique et le ressenti, mais avec la barre, on peut mettre plus lourd.
  • Curl marteau : C'est marrant les curls marteaux. On peut prendre plus lourd et agiter les bras. Ma collègue n'est pas trop fan, elle estime que cet exercice sollicite trop ses avant-bras. Peut-être que chez elle, ça active plus cette partie. Nous avons remarqué qu'elle prend plutôt bien des bras. J'essaie de la rassurer en lui expliquant que ce ne sont pas des curls inversés.
  • Drag curl à la poulie : Je n'aime pas le curl incliné. Je trouve qu'il tire trop sur mon épaule et ça me met mal à l'aise. Mais il faut faire un exercice pour la longue portion du biceps. J'ai fais du drag curl à la barre, mais je me rends compte que ce n'était pas nécessairement pertinent.

VIOLETTE : On reprend une séance que j'avais imaginé il y a quelques années maintenant et que je n'avais fait qu'une fois (ou deux). Une séance jambes, mais orientée "pull", à savoir fessiers/ischio-jambiers. Elle s'est révélée d'autant plus intéressante que je me suis entraîné avec une fille. Et, même si ce n'est pas son cas à elle, les fessiers sont le groupe de muscles privilégié par les femmes. Un peu comme les hommes avec les pectoraux.

Néanmoins, en y réfléchissant, j'ai trouvé étrange qu'il n'y a bien souvent qu'une séance jambes dans les programme. On sépare bien souvent le torse entre les pectoraux et le dos (et parfois les abdos) et les occurrences distinguant les bras entre biceps, triceps et avant-bras, existent aussi. Mais les jambes, c'est beaucoup plus rare. Chez les hommes en tout cas. Il me semble que Jeff Nippard est l'un des seuls à avoir une session "chaine postérieure".

  • Soulevé de terre sumo : Ce qu'il y a de bien avec le soulevé de terre, c'est qu'il peut aller partout. Auparavant, je le mettais dans mes séances dos, mais cette fois, j'ai préféré qu'il soit le mouvement de base de la séance. Ce choix m'a permis de dégager du volume pour le rowing dans la séance BLEUE. Toutefois, après quelques essais, j'ai préféré passer en sumo. En effet, je trouve que le classique sollicite beaucoup mon dos là où le sumo est vraiment orienté bas du corps. Il y a aussi l'accent sur les adducteurs qui est sympa. C'était une petite source de stress parce que je voulais introduire du sumo dans la programmation et je ne savais pas trop où le mettre. J'ai pensé au soulevé de terre roumain, mais vraiment trop bizarre comme sensation. Même s'il y a nécessairement un temps de réapprentissage, mais je pense que c'est pour le mieux.
  • Presse à cuisse : Je voulais un dernier exercice sollicitant aussi la flexion de genoux et j'ai pas mal hésité sur cet exercice. Entre d'une part, un exercice type fentes (marchées ou arrière) qui est plus éprouvant sur l'athlétisme de façon générale (cardio et équilibre) et la presse à cuisse où on peut bourrer comme une brute. J'ai l'impression qu'il y a deux "écoles" sur cet exercice. Aux Etats-Unis, la presse est exclusivement un exercice pour les quadriceps. En France, elle peut aussi servir pour les fessiers. Pour une fois, j'ai preuve de chauvinisme. La presse me paraissait intéressante parce qu'elle semblait la plus intéressante. Elle permet de pousser "lourd", et c'est toujours agréable. On a fait l'exercice en mettant les pieds en haut de la plate-forme, avec une plus forte flexion de hanche. On reste sur une séance "fessiers".
  • Hip thrust : Le hip thrust est un exercice qui a énormément gagné en popularité ces dernières années. Il est intéressant tant d'un point de vue puissance et hypertrophie. C'est un peu devenu l'exercice obligé pour les fitgirls sur les réseaux sociaux. Cependant, il est particulièrement compliqué à mettre en place. Il faut le support pour s'appuyer, il faut mettre la barre de façon à pouvoir se placer, il faut une protection parce que la barre chargée sans mousse elle arrache, etc. Une vraie plaie! Je me plaignais pas mal à ma partenaire du fait que la salle n'avait pas investi dans une machine à hip thrust que j'avais pu voir dans une autre salle... Qu'est-ce que je ne fus pas content quand j'ai vu qu'au début de l'été ils avaient investi dans un appareil de ce type! J'avais peur qu'il soit accaparé par toutes les filles, et finalement non. Beaucoup de filles l'évitaient soigneusement. Pourtant qu'est-ce qu'elle est pratique! Et elle fait mal cette saleté!
  • Leg curl : Les soulevés de terre ne suffisent pas pour avoir des gros ischio! Pour les compléter, il faut faire des exercices types leg curls. Il faut avoir en tête que les ischio ont aussi des biceps. Le biceps fémoral entre autre. Je pensais que le hip thrust serait suffisant, mais non. Dans un premier temps, je voulais faire du glute ham raise ou du curl nordique. Mais ces exercices sont trop exigeants, pour le moment. J'ai préféré opter pour une variante du leg curl à la machine. Plus accessible, et avec lesquels on peut faire plus de volume.
  • Reverse crunch : Apparemment, il n'est vraiment pas possible d'isoler une partie des grand droits des abdominaux. Cependant, il est possible de mettre l'accent sur une partie. Si le crunch vise la partie supérieure, les mouvements type levé de jambes visent le bas. Cependant, l'exercice de levé de jambes ont un cout d'entrée assez élevé. Finalement, nous avons fait des crunchs inversés. Au départ, je n'étais pas trop chaud. C'était un exercice que je faisais au MMA en circuit, et il me donnait des douleurs au dos. Néanmoins, cette fois, j'ai pris de comprendre le mouvement. Il faut faire attention à ne pas cambrer le dos et le maintenir plat. C'est le bassin qui roule sur lui-même.
  • Woodchop : Un autre exercice pour cibler les obliques. Je voulais qu'on utilise à 100% les outils disponibles dans une salle de musculation plutôt que de faire des exercices au poids de corps. C'est un exercice qui demande une meilleure contraction volontaire pour prendre le temps de ressentir les obliques travailler et non pas de tirer comme un bourrin avec les bras.

VERTE : C'est la séance complémentaire. Il y a quelques années, j'avais imaginé un programme avec une séance épaules/trapèze. Mais je ne l'avais jamais réalisée. Ainsi, cette séance est une est grande nouvelle.

Il y a deux choses délicates avec l'entraînement des épaules. La première est l'absence d'exercices de base assez reconnus, il y a le développé militaire et c'est à peu près tout. Il y a bien sur le rowing menton mais il est très critiqué. Je l'avais pratiqué il y a quelques années, et j'avais quelques douleurs à l'épaule. La seconde est de trouver l'équilibre entre l'avant et l'arrière de l'épaule. Le premier étant bien plus facile à charger que le second. J'ai en tête la fameuse statistique où les pratiquants de culturisme auraient l'avant de l'épaules bien plus développé que celui des non-pratiquants alors que l'arrière de l'épaule ne l'est que de façon marginale.

  • Développé militaire : Il y a quelques années, j'avais commencé à faire du développé militaire à la barre. Mais je n'étais pas assez fort ou n'avait pas la bonne technique et j'avais des douleurs au dos. J'étais passé aux haltères. Cette fois ci, avec plus d'expérience, plus fort et une meilleure technique, j'ai décidé de le faire de nouveau en tant qu'exercice "lourd" pour les épaules. C'est un exercice difficile avec lequel on progresse qu'assez peu. Je constate que ma technique et ma force se sont améliorées assez vite.
  • Développé Arnold : Beaucoup estiment qu'il n'est pas nécessaire de trop s'entraîner l'avant de l'épaule. En effet, cette partie serait trop sollicitée sur la majorité des exercices de poussées, comme le développé couché ou les dips. Mais d'autres pensent qu'il est quand même important d'entraîner l'avant de l'épaule, ne serait-ce que pour gagner de la force sur le développé militaire. L'idée est de gratter encore du volume sur l'avant de l'épaule, tout en négligeant pas la partie latérale. Le développé Arnold est intéressant de ce point de vue. Certains disent qu'il sollicite les trois parties des épaules. Je suis sceptique, mais c'est une variante plus funny du développé militaire avec des haltères. Il y a quelques années, je ne sais plus où j'avais lu qu'il avait le potentiel pour mettre l'épaule dans une position potentiellement dangereuse. En faisant mes recherches cette fois ci, je n'ai vu cette mention nulle part...
  • Élévations latérales : Il est difficile de faire un entrainement épaule sans faire d'élévations latérales. J'ai même vu un coach dire que c'était peut-être le seul exercice "obligatoire" dans le culturisme. Peu importe comment on les fait j'ai l'impression, tant qu'on les fait. Je voulais les faire à la poulie pour avoir de la tension continue, mais il était nécessaire que ma partenaire gagne en force. On les a fait aux haltères pendant quelques séances puis on est passé à la poulie. Ça permet de varier les supports d'exercice.
  • Rowing à la barre T : Dans un premier temps, il y avait 3 exercices pour l'arrière d'épaules, avec dans un premier temps le rowing haltère et le tirage poulie basse. Mais le volume était beaucoup trop important. Je sais que l'exercice de base pour l'arrière d'épaule est l'oiseau ou le reverse pec-dek, mais je voulais un exercice où l'on puisse charger, et seuls les rowing permettent cela. On le fait à la barre en T pour bien appuyer les trapèzes et ce qu'on appelle les muscles supérieurs du dos. S'il n'y a pas de barre en T disponible, on peut les faire aux haltères. Et l'arrière d'épaules dans ce cas? Il est toujours sollicités surtout avec la position des bras.
  • Face pulls : L'exercice est devenu un meme grâce à l'insistance de Jeff Cavaliere, mais il reste intéressant pour travailler l'arrière des épaules et la coiffe des rotateurs.  Mais c'est difficile de savoir comment le charger. Est-ce qu'il faut aller dans des répétitions moyennes (autour de 12) avec des poids un peu plus lourds ou est-ce qu'il faut faire séries longues (autour de 20 répétitions) avec des poids plus légers?
  • Circuit gainage : En modifiant la séance, j'ai remarqué qu'il restait un espace vide pour un dernier exercice (j'aime bien avoir 6 exercices par séances). Je ne savais pas trop quoi mettre, mais ma collègue se plaignait de ne pas faire assez d'abdos (alors que le programme comprenait déjà 4 exercices par semaine pour les abdos). J'étais conscient que le transverse n'était pas spécifiquement travaillé (en dehors du gainage nécessaire pour le squat, le soulevé de terre et le développé militaire). Il était intéressant de faire des exercices à destination de ce muscle parfois ignoré. On retrouve le gainage. Certains le critiquent, mais pour un moment il peut faire l'affaire. On le fait en circuit, en enchainant le gainage classique avec les gainages latéraux pour solliciter les obliques.

Orange : C'est une séance un peu à part puisque celle-ci n'est pas faite à la salle, mais chez moi, avec les équipements que j'ai pu acquérir. C'est une séance supplémentaire, "cachée".

La base reste celle de la séance typé "core" que j'ai depuis plusieurs années. Dans la semaine, j'entraîne les abdominaux plutôt en hypertrophie à la salle. Cette fois-ci, c'est plus du "renforcement" du caisson abdominal. Surtout que j'ai eu des douleurs au dos durant le printemps (stress, trop de pression sur les érecteurs?).

Le but est de la faire au moins 1 fois par semaine. En effet, même si c'est quelque chose d'important d'avoir un caisson fort. Cette zone est déjà sollicitée lors des séances précédentes. L'entrainement se fait en circuit, tous les exercices s'enchainent sans repos. Soit pour une vingtaine de répétition ou à l'échec. Un circuit est une série.

  • Mountain climbers : je déteste les mountain climbers. Je ne sais pas si c'est à cause d'un manque de coordination ou un manque d'endurance. Mais, j'ai compris que c'était un bon exercice. Justement parce qu'il permet d'améliorer la coordination et l'endurance. En avançant dans la progression, j'ai commencé à les faire avec les pieds dans des sangles.
  • Gainage latéral : J'ai retiré les exercices de gainage classique, sauf celui ci. Il vise d'abord les obliques, mais aussi les fessiers (notamment petit et moyen). Il faut faire un côté puis un autre.
  • Roue abdominal : Je crois l'avoir indiqué, mais je m'étais acheté une roue à abdos histoire d'intensifier mes séances d'entrainement. Plutôt que de faire du gainage qui, arrivé à un certain niveau, ne serait pas si efficace que ça.
  • Hollow body : C'est un exercice autour duquel j'ai tourné pendant plusieurs années. C'est lorsque je me suis entraîné dans le groupe que j'ai pu comprendre son intérêt.
  • Bird dog : Il permet de renforcer l'équilibre et la zone des érecteurs du rachis. Il permet d'éviter la compression que peut occasionner le superman. Cependant, cet exercice demande un maintien dans la position. On ne peut pas l'enchaîner comme un bourrin. Il est vraiment sympa pour le dos.
  • Relevé de bassin : A défaut de faire du hip thrust ces jours-ci, il est important de faire des relevé des bassins ou glute bridge. C'est important pour solliciter la chaîne postérieure, le bas du dos, les fessiers et les ischio-jambiers. J'utilise également les disques de glisse pour alterner les jambes et faire une espèce de curl avec les ischios.
  • Deadbug : Le deadbug est un exercice que j'ai rajouté dans mes séances quand j'ai vu qu'il était pratiqué par les acrobates du Cirque du Soleil. C'est un exercice qui permet de travailler la stabilité du tronc.

Quand nous avons commencé ce programme, j'avais peur que ce soit trop lourd en volume et que nous ne puissions pas le supporter. Mais finalement, de mon côté en tout cas, j'ai pu constater des progrès, même s'il y a eu des contrecoups. En effet, nous faisons nos séances tôt le matin suivies de longues journées au travail. Et avec mes légendaires problèmes de sommeil, je suis souvent fatigué.

A l'issue de cette période, j'avais pensé que nous serions retournés à 4 fois par semaine. C'est déjà pas mal. Pour autant, je pense qu'on va prolonger. En effet, j'ai remarqué qu'on a eu un coup d'apprentissage sur les premières semaines de rodage. Il a fallu un moment pour commencer à voir des progrès.

Je suis également surpris de voir qu'il y a autant de monde dans les salles durant l'été. Il y avait bien évidemment la vague des "summer body" de mai à juin. Mais même au beau milieu du mois d'aout, la salle était blindax ! Même au mois d'aout, durant des heures "creuses"!

Le hasard a fait que des collègues ont appris de nos activités. Beaucoup de réactions. Tout le monde a quelque chose à dire. Certains sont impressionnés alors que je ne pense pas que nous fassions quoique ce soit de si extraordinaire que ça, mais d'autres trouvent toutes sortes d'excuses (réelles ou supposées) pour se justifier de ce qu'ils ne feraient pas. Au final, ce type de réaction en dit plus des autres que sur soi-même. A titre personnel, si j'ai commencé à m'entraîner c'est certes pour être digne d'une fitgirl, mais j'ai appris à le faire pour moi. Ce que les autres font ou ne font pas, et pourquoi n'est pas vraiment mon affaire.

Au final, même si encore une fois, il ne s'est rien passé avec cette fille, je dois avouer que je suis content d'avoir commencé à m'entraîner avec ma partenaire. C'est sur, les entraînements sont plus longs (en moyenne 20 minutes de plus), mais ça m'a permis de m'ouvrir à d'autres facettes de l'entrainement et à aller chercher plus loin. Et ça casse aussi la solitude des séances.

Partager cet article
Repost0
31 août 2021 2 31 /08 /août /2021 12:43

J'en ai parlé, mais Ring Fit Adventure m'a beaucoup accompagné durant le premier confinement. J'ai pu avancer dans le jeu et ai été surpris des ennemis qui se diversifiaient à un moment avec des animaux envoutés (des cerfs bleus, des aigles rouges, des renard jaunes et des flamants verts), et j'ai été surtout surpris par le dernier boss qui n'avait rien à envier à Ganon, Créature maléfique dans Breath of the Wild.

Cependant, j'ai compris certaines limites. Les exercices ne sont pas tip top notamment pour la chaîne postérieure et je crois que mes séances étaient trop courtes.

Durant l'été 2020, j'avais pu faire la rencontre d'une coach sportive. J'étais tellement content ! J'avais accompli mon rêve : rencontrer une fitgirl ! Je me disais que ma vie était complète ! Mais finalement, ça n'a rien donné. Je pense que j'étais trop enthousiaste à l'idée de rencontrer cette femme et ça l'a repoussée... J'ai néanmoins réalisé à son contact que l'on pouvait utiliser d'autres moyens pour s'entrainer. J'ai ouvert ma réflexion sur les outils l'on peut utiliser. J'ai décidé d'investir dans différents petits équipements.

Cependant, avec les deuxième et troisième confinements, et la formation que j'ai suivie au cours du second semestre, je me suis complètement laissé aller. Ma vie a progressivement coulé dans les méandres en dépit de quelques tentatives d'effort.

A la fin du mois de mai, je me baladais dans un parc, et là je suis tombé sur une grande femme athlétique. Je me suis dit : "Mais Yann, tu crois vraiment qu'elle te calculera?!" Je me suis dit qu'il fallait se bouger le fion.

J'ai donc commencé à m'intéresser de plus près à l'entrainement au poids de corps. J'avais un mauvais apriori aussi : je trouvais que les gars qui faisaient du street workout n'étaient qu'une bande de mas-tu-vus à faire des figures acrobatiques. Je suis tombé sur des vidéos de Lucy Lismore et j'ai beaucoup apprécié sa simplicité. Tout ça me rappelle à quel point j'aime les fitgirls. Elles ont toujours été une source d'inspiration et de motivation pour aller plus loin et devenir meilleur.

Avec toutes les restrictions sanitaires et mon changement de boulot, j'hésite vraiment à aller en salle de musculation. J'ai appris à m'entrainer chez moi en faisant de la progression, et quand je peux (férié ou congés), je vais m'entrainer dans un parc. Nous avons eu un été assez pourri, donc j'espère que ça va donner le "La" pour l'hiver.

Il y a quelques mois, j'avais déjà réfléchi sur un premier entrainement. Finalement, celui-ci était trop exotique. J'avais du mal à le faire et je ne l'ai jamais vraiment suivi. Je me suis dit, il faut en revenir aux bases. Simplicité et efficacité. J'ai alors ressorti le programme en full-body qui m'avait aidé il y a quelques années maintenant.

  • Squat, avec élastiques
  • Soulevé de terre, avec élastiques
  • Tractions, éventuellement assistées
  • Rowing supination, avec des sangles
  • Pompes, avec élastique
  • Dips
  • Clean and Press, avec élastique
  • Facepull, avec élastiques

Pour l'échauffement, j'ai appris progressivement à faire de la corde à sauter, et je réalise quelques échauffements articulaires.

A côté, j'ai repris la séance orientée "pilate", plutôt posture et caisson abdominal. C'est quelque chose avec lequel j'ai encore du mal, mais je réalise qu'il est possible d'utiliser son temps de façon complète. Je peux faire cette séance à un autre moment de la journée.

Pour la posture, je réalise 3 séries avec 30 secondes de repos :

  • Band pull apart
  • Rotations externes en latéral et en vertical

Puis l'entrainement du caisson abdominal. C'est un entrainement avec 3 circuits avec 30 secondes de repos :

  • Roue à abdominaux
  • Bicycle crunch
  • Gainage latéral
  • Roll up
  • Hollow body hold
  • Bird dog
  • Relevé de bassin
  • Dead Bug

Enfin, on termine le tout avec 10 vaccums avec 15 secondes d'exercices et 10 secondes de repos. En bref, on reprend des classiques en jouant avec un peu. Comme je l'indiquais en début de paragraphe, cette partie est encore en réflexion.

Je pense qu'il est important d'utiliser tous les outils à sa disposition. Et depuis 2019, ma Nintendo Switch n'est plus vraiment une console de salon, mais un vrai accessoire de sport!

Pendant un temps, j'utilisais Ring Fit Adventure comme un moyen simple de faire du cardio et de me dépenser en plus de ce que je pouvais déjà faire. Je prenais beaucoup de plaisir à faire le mode aventure en New Game +, l'attitude de Dragaux étant vraiment très stimulante et positive. Mais je voulais utiliser le jeu d'une autre façon. J'ai réalisé que le mode aventure incite à utiliser les mêmes exercices parce que plus pratiques. Je regrette par exemple que le relevé de bassin soit un exercice de soin plutôt qu'un exercice d'attaque. J'ai constaté que je suis aussi souple qu'une barre de fer. Je l'ai toujours su, mais ça commence à vraiment me déranger. J'ai pensé à commencer le yoga, mais il y a tellement d'écoles que j'étais perdu. Je me suis donc créer un programme libre avec des exercices de yoga dans une optique d'assouplissement.

  • Pression arrière
  • Posture de la chaise
  • Posture de l'arbre
  • Posture du guerrier 1
  • Posture du guerrier 2
  • Posture du Gond
  • Fentes avec torsion
  • Flexions avant
  • Posture de la tête au genou
  • Pression avant

Par ailleurs, c'est un peu dommage qu'on ne puisse pas programmer des séries et que les entrainements libre soient limités à 10 exercices...

Il y a aussi Fitness Boxing 2. Le MMA me manquait et je voulais faire un peu de frappe. J'étais content que ce jeu sorte. Mais je ne sais pas trop quoi en penser. Au début, j'avais vraiment du mal. Mais assez rapidement j'ai pris la main sur les coups. J'aurais cru que ça aurait été un meilleur moyen de faire bosser mon endurance. J'ai pourtant mis en entrainement axé endurance avec l'intensité maximale! Néanmoins, je trouve marrant de voir les coachs devenir d'un coup très sévères pour se calmer juste ensuite.

Il y a quelques semaines, j'ai appris qu'il y aurait une nouvelle sortie en exergame, Knock Home Fitness. Je suis très intéressé. Surtout que j'ai déjà choisi ma coach...

Un jour, j'ai essayé de faire des burpees pour m'échauffer. C'est un excellent exercice de façon générale, et un bon moyen pour faire monter le cardio. Mais je me suis retrouvé à peiner comme ce n'était pas permis ! Je me suis dit qu'il fallait fournir de nouveaux efforts. Le hasard des rencontres m'a permis de rencontrer des amateurs de l'effort, et nous avons décidé de créer un groupe pour  que nous puissions nous entraîner ensemble.

Nous avons ainsi commencé à nous retrouver chaque semaine pour nous entrainer en circuit HIIT. J'y avais déjà pensé au cours des années précédentes, mais jamais mis en application. Ça bouscule quelque peu mes habitudes également. J'avais pris l'habitude de faire les choses de mon côté, et j'étais devenu un ours mal léché.

Mais c'est fun et ça pousse à se repousser. Surtout le groupe crée une dynamique et c'est agréable. On se rend compte qu'on n'est pas tout seul à souffrir!

Durant cet été, j'ai également eu la chance d'assurer l'animation de certaines séances. Je ne me prétends pas coach, loin de là. Cela m'a permis de toucher du doigt quelque chose qui m'intéressait depuis quelques temps et de réaliser que coach, c'est un métier. Et je ne suis pas même  justement c'est exigeant, mais très gratifiant. Se dire qu'on aide des gens à avancer, et moi qui suis assez réservé ça me permets de sortir de ma coquille. Même si le contexte reste cadré.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 21:17

Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement, notamment grâce aux applications de rencontres.

Je voulais écrire un article qui regroupe mon ressenti global, sans rentrer dans le détail de telle ou telle rencontre. Mon expérience d'utilisateur sur chacune en quelque sorte. Et comme les tiers lists sont à la mode, pour pas ce format?

Au début, quand je recevais un peu d'attention, j'étais dans tous mes états. "On s'intéresse à moi?!" Et même si la fille ne m'intéressait pas spécialement, j'essayais de faire l'effort d'aller vers elle et essayer de voir où cela peut mener. J'ai décidé d'arrêter. J'ai compris que je ne m'impliquais pas assez dans ces rencontres. Et ça me stressait que de me dire que la femme était en attente de quelque chose vis-à-vis de moi alors que je savais pertinemment qu'il n'y aurait jamais rien du tout.

Pendant un temps, j'ai pu chercher aussi à faire de la quantité. En effet, comme disait un Youtubeur, sur 10 filles, 5 vont te répondre, 3 vont accepter un rendez-vous, 2 vont venir et ça va bien se passer avec une. J'aurais rajouté que c'est l'hypothèse optimiste. Néanmoins, j'ai compris que ça demandait beaucoup d'énergie d'entretenir plusieurs conversations en même temps.

Maintenant, je préfère ne me concentrer que sur des relations que je sais que j'ai envie de nourrir plutôt que du chiffre. Mais ça implique de longs passages à vide.

De ce que j'ai pu voir, peu de personnes font de réels efforts pour se distinguer. Paresse? Mauvaise compréhension? Je l'ignore. Beaucoup ne se contentent de ne mettre que des photos (de plus ou moins bonne qualités), et quand il y a des bios, elles souvent creuses, pleines d'aigreur ou renvoient à un compte instagram...

De mon côté, je me prends la tête pour paraître attirant et me sortir de la masse. J'ai l'impression de m'ouvrir et me mettre à nu devant des personnes qui ne s'intéressent pas réellement à moi. Qui ne prennent pas le temps de lire mon profil, mais ne s'arrête qu'à mon physique, ou ma couleur de peau j'ai trop souvent l'impression. En effet, quand on se parle, presque aucune ne fait référence à mon profil et n'a que très peu d'interactions avec moi, renforçant mon inconfort...

Sur mes likes, parlons en. Je reçois souvent des "likes" de femmes rondes et fières de l'être. Je n'ai rien contre ces femmes, mais dès que je peux l'indiquer, je dis que je fais beaucoup de sport. Ce n'est pas pour rien : je veux rencontrer une fitgirl et espérer qu'elle me calcule. Plus que grossophobe, je suis myonphile. Ainsi, je me sens profondément insulté. Depuis plusieurs années, je me dépasse régulièrement pour aller plus haut et devenir digne des déesses qui m'inspire. Et je vois des femmes satisfaites de leur condition et osent penser qu'elles peuvent avoir un ticket avec moi. A chaque fois, mon sang bouillonne. Je reconnais que ça m'énerve bien plus que ça ne devrait, mais je n'arrive pas à passer outre.

Pendant un temps aussi, je recevais beaucoup de propositions de femmes s'exclamant ne rechercher que du sérieux. J'avais l'impression de passer un entretien au bout de 10 min. Un entretien où quoique je fasse, je n'aurais pas le job. Ca m'a beaucoup blessé.

Je me demandais : "C'est ça le sérieux?! Jeter quelqu'un dès qu'il a dit quelque chose qui ne te plait pas?!" J'ai commencé à devenir de plus en plus agressif et vindicatif envoyant balader des femmes pour un rien. Jusqu'à ce que je comprenne que je prenais tout ça trop au sérieux justement. Entre la frustration de ne pas matcher avec les femmes qui me plaisent et l'incompréhension face à celles qui s'intéressent à moi, j'ai eu une petite spirale descendante.

J'ai pensé à manipuler mon profil pour avoir l'air moins sérieux. Plus de légèretés et mettre mon côté geek en avant. Le succès fut modéré. J'en suis venu à penser que finalement, certaines ne s'intéressaient à moi que pour ma couleur de peau et pas pour qui je suis réellement. Ca m'a déçu. J'étais choqué et déçu.

Cependant, je comprends progressivement que tout ça n'est que du jeu et que je dois comprendre les règles. Ce que certaines essayaient de me faire, mais je suis trop obtus, je n'aime pas qu'on essaye de m'imposer quoique ce soit. J'apprends ainsi à laisser mon égo de côté, ou comme j'aime dire, let go the ego.

A mon retour parisien, j'étais assez surpris de revoir des femmes que j'avais vu quelques mois plus tôt. Je pensais que le turn-over féminin était beaucoup plus important. Surtout à Paris. D'autant plus que la plupart sont des jeunes femmes très attirantes. Je ne sais que tirer que des conclusions n'apporte rien de positif, mais je ne peux pas m'empêcher de me demander ce qu'elles recherchent. J'avais pu lire qu'une femme mignonne et bien dans sa tête ne reste jamais célibataire bien longtemps. Je partage cette opinion.

A titre expérimental, j'ai crée un compte Tinder féminin pour voir ce que la concurrence pouvait mettre en photo de profil ou description. En quelques minutes le profil a été submergé de "likes". J'ai pris mes jambes à mon cou. Mais j'ai compris deux choses. Être une femme sur ces applications est assez stressant voire effrayant, mais donne un pouvoir incroyable. Celui du choix. Après quel type de choix, c'est une autre question.

Celles où j'ai pu avoir une histoire : Il s'agit des applications où j'ai pu faire des rencontres et ai pu les "consommer". Je me rends compte que ce sont des applications qui mettent plus l'accent sur des rencontres de qualité avec beaucoup de personnalisation.

Hinge : Certaines des plus belles rencontres qu'il m'ait été donné de faire étaient issues de Hinge. Si je ne devais en recommander qu'une seule, ce serait elle. L'application a un seuil d'entrée assez haut, peut-être du fait qu'elle soit en anglais. Mais de fait, beaucoup de profils sont écrémés et cela laisse la place à des profils d'un autre niveau. Le contrepoint négatif est qu'il y a moins de personne sur l'application et puisque l'on peut choisir d'aller à l'autre bout du monde, il m'arrive de rentrer en contact avec des étrangères à l'étranger plutôt que des personnes en France.

Un des points positifs est que l'on voit directement qui nous a liké et si on refuse, le profil disparaît de notre stock. Beaucoup d'applications gardent des profils en cachette pour pousser au paiement, mais bien souvent ce sont des profils qui lne nous intéresse pas. Il y a également la possibilité de revenir en arrière une fois autant de fois qu'on veut. Moi qui dit non très vite c'est plutôt agréable.

Un autre point intéressant est que l'application pousse à la personnalisation du profil. Certaines photos sont obligatoires et on ne met pas une description classiques, mais on choisit des accroches auxquelles on peut réagir par un commentaire. L'application incite à l’interaction et à l'investissement.

Cependant beaucoup ne se foulent pas pour compléter leur profil et les mêmes accroches reviennent en boucle. Ca m'a causé une mini-déprime à un moment. Je pensais que c'était moi le problème et que je n'étais décidément pas dans le moule. Le seuil d'entrée élevé me faisait réaliser que l'application avait un côté élitiste, comme a pu me dire un ami. C'est vrai que la plupart des profils que j'ai pu voir montre un train de vie plutôt "aisé". J'en venais à la conclusion que "l'élite" était vraiment fade et pas pour moi. Puis, j'ai cherché pour comprendre, et j'ai réalisé que beaucoup ne s'arrêtent qu'à des poncifs, à tel point que certaines accroches sont devenus des clichés.

Il faut aussi se forcer soi-même à interagir de façon intéressantes avec les profils en commentant plutôt qu'en likant simplement.

Bumble : L'application se veut "féministe" en laissant les femmes entamer la conversation. C'est faux. Le plus souvent, le premier message n'est qu'une façon de confirmer le like. Je n'ai que rarement vu une femme entamer le dialogue avec le premier message. Il ne s'agit que trop régulièrement d'une apostrophe, d'un gif ou un emoji... Les rôles traditionnels ont la vie dure en dépit des "avancées". 

Cependant, j'aime bien le fait de pouvoir filtrer les profils proposés. Mon filtre le plus souvent actif est celui de l'activité physique sur le critère "Souvent - strictement". Néanmoins, et sans réelle surprise, la majorité de mes sollicitations viennent de femmes moins (voire pas du tout) sportives. D'autres, même sportives, ne mettent rien. Je n'ai pas envie d'être trop obtus sur ce que je recherche, des rencontres intéressantes peuvent être faites partout.

Un autre point intéressant est la personnalisation des profils avec des accroches et des centres d'intérêts. Mais comme ces informations ne sont pas obligatoires, certaines ne mettent rien. Pire, il faut supporter la question : "Quelles sont tes passions?" "Mais- Mais, c'est écrit! Tu as lu mon profil?"

Comme Hinge, les profils qui ont liké disparaissent s'ils n'ont pas été choisis. Mais ils apparaissent selon les critères choisis. Quand j'active l'option activité physique, tous les likes disparaissent malheureusement. Un problème peut se présenter quand quelqu'un vous a liké et a quitté le pays, elle reste dans le stock au moins jusqu'à ce qu'elle revienne sans pouvoir la faire disparaître. Avant aussi, il y avait la possibilité d'avoir 3 retours en arrière toutes les 3 heures, mais cette fonctionnalité a été rendue payante.

Cependant, Bumble est aussi l'une des applications les plus frustrantes. Il n'est pas rare que certaines femmes qui me plaisent beaucoup me likent en premier mais lorsque je rends la pareil, elles n'adressent jamais la parole. Même quand il m'est arrivé de prolonger le délai initial de 24h. Je ne sais pas pourquoi. Elles ne savent pas l'utiliser? Je ne suis pas assez intéressant finalement? Elles veulent juste nourrir leur ego? Là encore, l'application prétend vouloir donner de la place au respect. Elle devrait sensibiliser tout le monde au fait qu'il y ait quelqu'un de l'autre côté. De fait maintenant je ne prolonge plus les matchs. Quelqu'un d'intéressé parlera dans les heures (voire les minutes) qui suivent le match. Et maintenant, je n'essaie d'aller que dans des rencontres que j'ai réellement envie de nourrir et de voir grandir.

Il y a quelques années, Bumble était comme Hinge avec un seuil d'entrée assez élevé. Ca a beaucoup changé, et c'est devenu un "Tinder lite."

Celles où j'ai eu un rendez-vous : Le second tiers, est celui où j'ai pu avoir au moins un  rendez-vous. Celles-ci sont plus hétéroclites.

Fruitz : Sur Fruitz, on peut indiquer d'emblée ce que l'on recherche avec des fruits, les cerises indique le mot en S, les raisins, des rendez-vous sans pression, la pastèque, une relation physique suivie et la pèche, une aventure d'une nuit. Ce qui devrait permettre des relations honnêtes est complètement pété.

Je ne serai pas surpris que ce soit parce que les hommes ne recherchent que des pastèques et/ou des pèches. Les femmes ne recherchent que des cerises. Une d'entre elles me disait que c'est pour se protéger. Mon test sur Tinder me confirmera, au moins en partie ses dires.

Pour ma part, j'avais mis dans un premier un raisin. Je ne voulais faire des rencontres sans idée particulière. Rapidement mon stock a augmenté sans que je ne le contrôle et  comme les profils sont floutés, je ne pouvais déterminer qui m'avait envoyé un like. J'ai commencé à avoir quelques matchs, mais comme souvent beaucoup ne parlent jamais. Surtout que l'application propose des "icebreakers." Certains sont marrants, mais beaucoup sont cringe. Peut-être que je choisis les mauvais. Surtout, Fruitz a été la première application où j'ai pu avoir des lapins. Les raisins n'engagent à rien.

Ensuite, j'ai mis une pastèque. Ce n'est pas nécessairement ce que je recherche, mais j'étais furieux de me faire mener en bateau par des gourdasses qui n'avaient aucune intention de me voir ou juste avoir un minimum de respect. Ce fut le désert pendant plusieurs jours... Je me suis calmé entretemps et ai remis le raisin. Let go the ego.  

The League : The League prétend être une application qui rassemble des gens qui mettent l'accent sur leur vie professionnelle et qui n'ont pas nécessairement le temps de chercher quelqu'un. L'application avait crée la polémique parce qu'elle permettait de choisir l'origine des participants. A titre personnel, je ne vois pas le problème. Dans les faits, beaucoup le font déjà. J'ai déjà rencontré des filles qui ne fréquentaient que certaines origines. Ce sont des préférences, et j'ai moi-même les miennes.

Chaque jour, l'application propose de nouveau profils et deux fois par semaine, il y a une espèce de speed dating où l'on rencontre des gens au hasard ou même ses propres matchs. Ce dernier point est plutôt sympa, ça permet de rencontrer des personnes d'un peu partout que l'on n'aurait peut-être pas rencontré autrement. Ce n'est pas parfait cependant. Déjà les rencontres ne durent que deux minutes. Une fois que les réglages sont vérifiés, la conversation est presque finie. Ensuite, là encore il faut que tout le monde joue le jeu. Au départ, j'étais content de parler avec certaines filles, même si elles ne me correspondaient et je ne leur correspondais pas. On discutait poliment et on se souhaitait le meilleur. Progressivement, je suis tombé sur des filles qui me mettaient sur silence, prétextaient des problèmes techniques pour être dans l'incapacité de me parler voire me zappaient au bout de quelques secondes... 

Un des points sombres est je pense une offre européenne mal pensée. Je reçois pas mal de propositions de profils originaires d'autres pays européens. Ça peut être intéressant de s'ouvrir à d'autres et l'Europe n'est pas si grande, mais je préfère éviter d'avoir à gérer de nouveau une relation alors que nous sommes dans deux pays différents. Après certaines filles s'inscrivent sur Paris alors qu'elles vivent dans d'autres pays, j'ai rencontré des filles d'Espagne ou de Bulgarie comme ça. Je me demande quelle est la raison, surtout dans un contexte de pandémie où les déplacements sont plus compliqués...

Peut-être aussi qu'il n'y a pas assez de profils en France? A l'inscription, nous serions mis sur une liste d'attente, mais mon profil a été accepté dans les heures qui ont suivi, et durant les moments de speed dating, on peut voir des milliers de participants aller et venir alors que l'application traine pour nous faire rencontrer une autre personne.

De même que ces dernières semaines, j'ai recommencé à voir des profils identiques à ceux des autres applications. Juste des photos et quelques informations obligatoires. Le niveau d'implication est décidément le même partout...

Happn : Happn est peut-être l'application la plus égalitaire. Ce sont a priori des personnes que l'on rencontre dans la rue. Le seuil d'entrée permet de rencontrer toute sorte de personnes, des anonymes comme des personnalités.

Une mise à jour a introduit la possibilité d'avoir des rappels des profils qu'on aurait pu ignorer. C'est un mini-jeu où l'on doit choisir chaque jour entre 4 profils, et ce pour le nombre de like qu'on a en stock. En général, j'essaie de déterminer qui est la personne qui me plait le plus et quand j'arrive à déterminer qui j'attends.

Une récente mise à jour a permis de mettre en avant les centres d’intérêt. Dont le sport.

Celles ou je n'ai eu que des numéros : Des applications parfois reconnues, mais qui ne m'ont apporté que peu de résultats.

Tinder : Eh oui, je n'ai jamais rien eu que concret via Tinder! Quand je me rappelle que je n'ai repris Tinder que dans l'objectif de retrouver quelqu'un et que cette personne est sans doute déjà en couple...

Je n'utilise Tinder que parce que c'est l'application la plus utilisée. La plupart des filles ne répondent plus au bout de quelques messages, et celles dont j'ai le numéro esquivent les rendez-vous et ne répondent plus. Je comprends que je sois parfois très (trop) logique, mais j'ai d'autres fois le sentiment que certaines ne sont là que pour booster leur ego.

Cependant, l'application prend des idées de ses concurrentes (?) et il est possible de personnaliser son profil. Avec des accroches, des centres d'intérêts et des informations sur le style de vie. Mais comme toujours, peu de monde prend le temps de remplir ces formulaires ou avec un vrai investissement. Comme dit un ami, c'est comme un CV, si tu n'as rien à mettre, ne mets rien.

Facebook : On pourrait penser que tout le monde a un compte Facebook rencontre, mais il n'en est rien. Et en général, j'ai l'impression que le cout d'entrée est très bas.

L'application est intéressante parce qu'elle permet de revenir en arrière gratuitement, offre de grandes possibilités de personnalisation (sans doute mieux revendre les données ensuite) mais reste discrète vis a vis de ses amis.

Malheureusement, les profils ne sont pas très intéressants. Outre les fanatiques du mot en S, beaucoup des femmes ne rechercheraient que des relations amicales ou basées sur la foi (chrétienne comme musulmane). Les profils de qualité restant comme souvent hors de portée.

Les lentes : Les applications de rencontre lentes veulent prendre le contrepied des applications classiques, en proposant un nombre limité de profil chaque jour. Cela devrait en théorie permettre des rencontres de qualité avec de l'investissement des deux côtés. Je suis très sceptique. Les femmes demeurent très selectives.

Once : Toutes les applications mettent en place un système de classement ou d'affinités, Once est la seule à permettre de noter explicitement ses utilisateurs. Je pensais que c'était un moyen de réellement proposer des profils adaptés (et aussi encourager à payer), mais en fouillant dans les données, j'ai vu que je mettais des scores. C'est peut-être hypocrite de ma part, mais je ne voulais pas donner de notes. Ce n'est pas parce que j'estime que quelqu'un qui ne me correspond pas que je devrais la plomber.

L'application propose chaque jour une personne. Ainsi que d'autres profils, mais si on veut se connecter avec ces derniers, il faut payer. D'ailleurs, rapidement, les profils proposés deviennent de plus en plus moyens alors que les payants sont de plus en plus attirants...

Enfin, il n'est pas possible de supprimer ses données unilatéralement. Il faut faire un mail disant que l'on veut supprimer son compte. Ces derniers mois, ma vie a beaucoup bougé et j'ai eu envie de reprendre de zéro. Impossible.

Bref, je ne comprends pas pourquoi cette application dispose d'un aussi bon score? Est-elle plus adaptée pour les femmes qui la note plus largement?

Waiter : Je reconnais être plutôt exigeant sur mes critères et il y a eu de nombreuses journées où je n'ai choisi personne. Cependant, ce que je ne comprends pas, c'est qu'en plusieurs mois d'utilisation, je n'ai été choisi qu'une seule fois. Je nz prétends pas être de rang S, mais j'ai plusieurs sollicitations sur différentes applications. Donc je trouve étrange de n'avoir presque aucune sollicitation sur celle là. Surtout quand au bout de 3-4 mois plusieurs centaines de profils se trouvent dans mes propositions.

Si je n'utilisais pas d'autres applications, je pense que j'aurais fais une dépression en utilisant celle-ci. En plus, elle doit être l'une des plus buguées.

Coffee meet bagel : Une application qui serait très utilisée dans les pays anglophones. Beaucoup moins en France. Son utilisation est bizarre entre les grains de café et les propositions quotidiennes.

Elle est presque vide en France, il a fallu que je cherche jusqu'à Londres pour trouver de nouveau profils. Ce qui ne convient pas. Enfin, le type de profil le plus présent sur l'application n'est pas celui qui me plait le plus (voire pas du tout). Bref, ce n'est pas pour moi!

Celles où je n'ai rien obtenu : A ce niveau les applications où je n'ai rien de significatifs si ce n'est quelques matchs.

Okcupid : Pour le coup, ça me désole un peu de la voir ici celle-là. Une ancienne collègue me disait qu'elle avait rencontré son compagnon actuel grâce à cette application. Elle a un côté "alternatif" assez intéressant avec une myriade de choix de personnalisation. On est vraiment dans le cliché du flocon de neige spécial des Millenials. Mais si on veut aller plus loin et n'avoir que les profils qui nous intéresse, il faut sortir la carte bleue.

On peut répondre à des panels de questions, mais il est difficile de déterminer le degré d'importance. Un point que je pensais avoir mis sans importance me sera proposé de la même façon que quelque chose de capital.

J'ai beaucoup de mal avec OkCupid. D'une part, les profils proposés sont complètement flous et il n'est pas possible de savoir qui nous a liké (sauf si on reçoit un message, ce que bien sur, personne ne fait). D'autre part, je trouve que l'application attire trop les Millenials de gauche. Je penche plutôt à droite en matière de politique (un noir de droite, c'est plutôt rare), mais le truc c'est que les filles de gauche que j'ai pu rencontrer étaient très militantes et n'admettent pas de points de vue différents, convaincues qu'elles sont le Bien. Désormais j'évite ce type de personnes pour moins de prise de tête.

Badoo, Lovoo, Hili, Twoo : Ces applications proposent des activités de live. Certains sont plus intéressés par ces lives que les rencontres. Le taux d'entrée étant très bas, je trouve que les profils ne sont pas les plus qualitatifs. Beaucoup de faux comptes aussi.

La revanche des sites de rencontres : Il y a plus de 10 ans, on parlait des sites de rencontre et doucement on se moquait des rencontres en lignes jusqu'à ce qu'elles rentrent dans les habitudes. Je pense que ces sites ont fais de la place pour les applications que nous utilisons. Mais ces dernières les ont plus ou moins vidées de leur substance, avec des rencontres presque instantanées et sans effort particulier.

Meetic : Pas grand-chose à dire. Dès qu'on veut aller plus loin que l'inscription, il faut sortir la carte bleue. Je me souviens avoir envoyé une 60aine de message il y a quelques années dans le vent... Est-ce que tout le monde doit payer ou juste les hommes? Les activités ne sont pas plus pertinentes, les gens restent avec leurs amis sans aller les uns vers les autres.

Adopteunmec : J'ai essayé Adopte sur les conseils d'un coach en séduction. J'ai même été jusqu'à payé. Beaucoup de femmes ne comptent que sur leur physique (avantageux il est vrai) et ne font pas d'investissement particulier sur leur profil, sauf les platitudes habituelles. C'est frustrant parce que tout est fait pour que les hommes paient. Mais en réfléchissant, je n'ai pas vu de réelle raison de payer. Les filles ne sont pas nécessairement plus intéressantes qu'ailleurs et je n'avais pas un meilleur accès à celles qui peuvent me plaire...

De plus, et je vais un peu méchant, mais je trouve qu'il y a trop de mères célibataires sur ce site. Ma mère m'a elevé seule, et je me demande parfois comment ça aurait été si elle avait eu un compagnon pour nous accompagner. Quand j'étais plus jeune, je ne voulais pas fréquenter de mère célibataire, je me disais qu'une mère responsable ferait toujours passer sa progéniture avant moi. Maintenant, je suis plus cynique. Je ne veux pas passer après quelqu'un d'autre. Peut-être plus tard, mais pas maintenant.

Je reconnais être quelque peu aigri. Let go the ego. J'ai le sentiment de m'investir dans quelque chose qui n'a qu'un rendement assez faible. Mais comme l'expliquait un coach en séduction, aujourd'hui on ne peut plus passer à côté des applications de rencontre.

Cependant, elles restent un outil biaisé où les relations et le rapport à l'autre est souvent industrialisé. Même si j'ai pu comprendre que je pouvais plaire et j'aime la possibilité de rencontrer des personnes que je ne pourrai jamais voir autrement, je pense que le mieux c'est de faire des rencontres dehors. Mais reste à trouver la confiance en soi.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 19:30

2020 a été une année bouleversante avec ce virus sorti de quasiment nulle part. Le remake de Resident Evil 3 étant sorti le 3 avril, j'ai pu penser, la première fois que je suis allé au travail durant le premier confinement, que nous étions dans une œuvre de zombies. Paris vide. J'avais peur de tomber sur Némésis!

Même si ma situation reste fragile, je pense avoir pu tirer mon épingle du jeu. Plus spécifiquement, j'ai finalement acquis la situation après laquelle j'ai couru pendant des années. Je n'y croyais plus trop. Quand j'ai réussi, je tombais des nues et pendant plusieurs semaines j'avais du mal à y croire. Je suis parti en formation durant le second semestre. Ce qui explique le peu d'articles écrits. La formation, bien que courte, a été très intense. Elle a également bouleversé ma vie et mes habitudes. Au sortir de la formation, j'étais rincé, ne voulait plus rien faire d'autre que rester terré dans mon trou.

J'ai passé ainsi presque tout le printemps (et ce troisième confinement du coup) un peu planqué chez moi à ne pas faire grand-chose. Sauf enchaîner les dēto. Ce n'est qu'à la fin du mois de mai que j'ai décidé de me reprendre. En effet, je me dis maintenant que je peux penser ma vie différemment. Je peux me permettre d'avoir des projets plus personnels. J'appelle ça la Relance estivale.

J'ai repensé à cette organisation sous différentes façons. Ces derniers mois, je me suis redécouvert une passion pour les Super Sentai/Power Rangers. J'ai essayé de reprendre ce carcans de 5 où chacun à un rôle spécialisé, mais je ne suis arrivé de rien de réellement concluant. J'ai également découvert la doctrine de l'Education nouvelle qui voulait une approche active de l'enseignement basée sur cinq domaines : intellectuel, artistique, manuel, sportif et social

Finalement, j'ai compris que le modèle initial était sans doute le meilleur. Mais qu'il nécessitait une réflexion. Certains points méritant d'être restructurés.

Esprit : Quand j'avais commencé mon cheminement pour être une meilleure personne, je pensais que c'était la partie la plus stable. Qu'est-ce qu'elle a été impactée par tout ce qui a pu se passer ces deux dernières années, avec de nouvelles priorités et des paradigmes infléchis.

Pour autant une constante, aller vers le polymathe capable de toucher à beaucoup de sujets.

L'Excellence : Comme évoqué plus haut, j'avais quasiment laissé tomber et je pensais passer à autre chose professionnellement. Eventuellement plus aligné avec mes propres valeurs. Cependant, je pense que l'une des raisons de ma réussite tient à ma situation précédente. Celle-ci a été très difficile à de nombreux niveaux mais elle m'a poussé à murir et gagner en assurance. Elle m'a permis de mieux comprendre ce que je recherchais professionnellement. Je pense maintenant que c'était une étape nécessaire dans ma vie professionnelle. Même si elle n'a pas été la plus agréable à vivre.

Comme je le disais également, la formation a été très intense. Pour autant, elle m'a aussi donné envie de reprendre ma carrière en main. Même si ça pique, j'ai envie de rependre mes études et acquérir des compétences supplémentaires. La France donne encore beaucoup d'importance aux diplômes, mais je pense qu'une solution alternative assez viable est la formation en autodidacte. Je souhaite mieux m'imprégner des enjeux du numérique, une problématique majeure de notre XXIème siècle et même au-delà.

Au cours de la formation, j'ai pu comprendre quelques éléments sur moi-même, qui font suite à mes précédentes réflexions. J'ai réalisé, pendant la rédaction de mon rapport individuel, que ce qui me correspondrait peut-être mieux serait de travailler dans un service de communication. Sur le coup, je comprenais que je pourrais concilier travail de dossier avec terrain, avoir des missions plus créatives, évoluer dans un monde "moins" normé, etc. A tout cela, je peux désormais ajouter que la communication reste l'un des seuls secteurs que je n'ai pas encore visité professionnellement.

Au mois de mars, j'ai commencé ma nouvelle vie professionnelle. J'ai décidé de prendre une nouvelle direction. J'occupe des fonctions financières dans une structure bien plus petite qu'auparavant. Même si j'ai une meilleure idée de ce que j'envisage pour la suite, je me dis que je peux toujours apprendre.

Néanmoins, le télétravail n'aide pas dans cette nouvelle situation. Le cœur de mes mission est très technique, et mes notions de finances publiques sont des idées assez éloignées de la gestion budgétaire et comptable publique. Je dois également réussir à trouver mon positionnement dans un nouvel environnement et traiter avec mes collègues. Enfin, le contexte casse un peu l'aspect social que peut avoir le travail. Même si ce point est à grandement nuancer.

En effet, en prenant un peu de recul, je me rends compte que je suis progressivement retombé dans mon travers de me jeter dans mon travail. C'est une solution de facilité. Le travail prendra toujours ce que l'on veut lui donner, sans nécessairement rendre plus en retour. Mais je veux vivre, maintenant.

Une des autres sources quant à ma réussite est je pense le changement que j'ai réalisé dans ma manière de penser. Je ne me prétends pas entrepreneur, ou "hustler", mais je pense que cette ouverture à d'autres idées et à une autre vision du monde plus grande, riche et positive m'a beaucoup apportée. 

Tous les univers professionnels possèdent leur propre microcosme et créent une forme d'entre-soi, et celui auquel je suis sensé faire partie n'y échappe pas. Néanmoins, je me rends compte qu'il ne m'intéresse pas spécialement. J'observe mes collègues et notamment ceux qui sont sensés être dans des situations que je devrais envier, et encore une fois, je n'en ai pas envie. Je ne me vois pas dans leurs chaussures. J'ambitionne toujours de faire autre chose d'ici quelques années, mais j'ai du mal à accoucher d'une idée claire et forte. Je dois aller à la rencontre d'autres acteurs.

En attendant, il faut continuer à muscler le cerveau. Pour se faire, je reprends les échecs. Je n'ai pas trouvé de club d'échec et la crise du covid a limité les activités sociales. Même si la série The Queen's Gambit avec Anya Joy Taylor a eu un grand succès. Je pense que je peux reprendre les échecs en ligne.

La Curiosité : Apprendre, découvrir et créer. Ce sont les trois mots qui vont animer cet aspect. Plus concrètement, il reprend les points que j'avais déjà évoqué dans un précédent article. Auparavant, je distinguais entre les arts et la science, mais aussi entre ce que je "consomme" et ce que je peux "produire". Ces distinctions sont en partie artificielles. Déjà parce que arts et sciences ont longtemps été associés, et aussi parce que ma "production" n'est pas mirifique. Même si elle m'apporte de la satisfaction personnelle.

Voyager n'a jamais réellement fait partie de mes priorités. Cependant, je reconnais que ça a du bon pour s'ouvrir à autre chose. J'essaierai de plus voyager selon mes opportunités.

Autrement, je trouve important de rester curieux et s'exposer à de nouvelles idées. Ce qui est de plus en plus difficile dans le monde d’algorithmes calibrés dans lequel nous vivons aujourd'hui. Et la situation sanitaire n'aide pas à s'aérer l'esprit.

Je pense également investir dans une liseuse. Je lis beaucoup et par moment cela constitue une contrainte en terme d'espace. L'achat papier serait privilégié pour les bandes dessinées, les artbooks (et "worldbooks") ainsi que les livres d'apprentissage. Mais pour le moment, je ne sais pas vers quel modèle me tourner. J'aime bien lire avant de dormir et je recherche un modèle qui comprendrait un filtre de lumière bleue.

Concernant ma propre activité créatrice, la formation a mis à mal beaucoup des habitudes que j'avais progressivement mis en place. Je pensais reconstruire les choses au fur et à mesure. Néanmoins, un jour, j'en ai eu marre et j'ai décidé de tout reprendre. D'une part, sur la musique, j'ai repris la basse et je vois quel type de guitare je veux acheter. Mon ex (j'y viens ensuite) m'a aussi beaucoup conseillé sur ce point. Sur mon activité rédactionnelle, les choses prennent également leur temps. J'ai trop souvent tendance à passer d'une idée à une autre. Je pensais que j'aurais pu avancer mais non.

Quand j'étais plus jeune, j'aimais beaucoup la science. En entrant à l'université, j'ai laissé cette partie loin de moi, et finalement ce n'est qu'il y a que quelques années que j'ai compris que je pouvais dire fièrement : "j'aime l'astronomie." Plus tard, bien plus tard, sans doute à la retraite, je voudrais commencer des études de physique pour devenir "astrophysicien". C'est quelque chose que j'aurais voulu faire, mais je me disais qu'il est trop tard.

Cœur : "Aucun homme n'est une ile". Cette partie est maintenant entièrement consacrée à l'aspect social de ma vie. Cela forme un tout plus cohérent.

2020 a été une année assez particulière à ce niveau. J'ai plutôt bien vécu le premier confinement, sans doute grâce à mes années de Nolife. Le deuxième, que j'ai connu durant la formation, a été beaucoup plus difficile pour moi. J'étais de retour dans un logement étudiant qui de plus était mal fichu. J'ai pu en partie tenir grâce à ma copine (j'y viens après) et le soutien des camarades. Je vis ma situation, mais je veux me rependre en main. Je veux en particulier tisser des relations plus profondes.

Le Beau Sexe : Avec le confinement, j'ai décidé de ressortir les applications de rencontres, et j'ai eu de plus belles photos aussi. Et j'ai remarqué que je plaisais en fait. Je plaisais même pas mal. Je me souviens pendant une semaine, j'étais en discussion avec 7 filles en même temps. Ça m'a laissé un gout amer : je n'ai pas réussi à tisser des liens forts avec elles, et au final je n'ai vu aucune. Néanmoins, j'en ai profité pour réaliser toute sorte de rencontre. J'ai fais la connaissance de femmes venant d'horizons que je n'aurais pas imaginé (Italie, Danemark, Pays-Bas, Maroc, Belgique, Russie, Algérie, Allemagne, Etats-Unis, République Tchèque, Hongrie, Tunisie, Roumanie !). Il y a eu des françaises également, mais bien souvent ce fut moins marquant et plus frustrant.

J'ai même été en couple ! Je crois. J'avais eu ce gros coup de cœur avec cette femme que je trouvais hypnotique. Elle aussi a eu un "crush". Nous avons eu des moments que j'ai apprécié et elle a été d'un grand soutien durant la formation. Néanmoins, les différences entre nous étaient trop grandes, et je pense que je n'étais pas assez disponible pour elle à ce moment là. Une fois l'égo cicatrisé, je continue néanmoins de chérir certains éléments de sa culture qu'elle a bien accepté de me partager.

Tout ça me fait me poser des questions sur moi, et mes attentes sur une possible relation. Dans certaines des rencontres que j'ai pu faire, je me suis laissé emporter par mon enthousiasme, et j'ai pu me comporter comme un goujat. Je continue de regretter certaines de mes actions. Mais qu'est-ce que je recherche? Je ne veux pas enchainer des plans d'un soir. Mais dans le même temps, je me sens souvent mal à l'aise et forcé par les femmes qui recherchent des relations "sérieuses". Se pose aussi la question de la place que je veux laisser à cette personne. Une relation "saine" demande un investissement en temps et en énergie, est-ce que je suis prêt à fournir cet investissement? J'ai le sentiment que ce que je pense être capable d'offrir à ce moment n'est sans doute pas ce que veulent beaucoup de femmes.

A la fin du mois de mai, je me suis également demandé : est-ce que je fournis le "travail nécessaire"? Par exemple, je suis attiré par des femmes ultra-sportives, mais est-ce que je me mets dans une dynamique pour rencontrer ces femmes ultra-sportives? Le confinement est une belle excuse mais ce n'est pas suffisant.

Je reconnais également être plutôt exigeant. Je me rends compte que je vieillis. Et la personne avec qui je me mettrais en couple et moi risquons de rester ensemble pour quelques années. Je ne veux pas me réveiller en sursaut dans 20 ans en me disant que je suis passé à côté de ma vie. Et le choix de compagne est primordial.

L'Autre : Cet aspect social est celui que je traine depuis plusieurs années maintenant. La crise sanitaire lui a fait du mal, comme à d'autres. Néanmoins, je reconnais quelques points positifs et pistes pour "aller plus loin".

Une expérience sociale que j'ai pu avoir a été celle de président de l'association des élèves de l'institut de formation. Je ne m'attendais à ce poste. Je voulais juste pousser de la fonte et me faire des amis. Mais comme personne ne se manifestait, j'ai décidé de faire un hold-up. Je me décrivais comme un dictateur sud-américain. Je retiens que c'est difficile de faire adhérer des personnes à un projet si celles-ci n'y ont pas d'intérêt. Néanmoins, cette activité m'a permis de m'affirmer, prendre de la hauteur, mais aussi (et même si c'est ingrat) participer à quelque chose qui me dépasse. Cependant, si je devais retenter cette expérience, ce serait plus parce que cela me touche, plus que par devoir ou "suggestion". Au final, c'est mon bureau et moi qui avons du supporter la charge mentale.

Ce premier "poste à responsabilité" m'a donné envie de m'intéresser de nouveau à la politique. Je pense que s'impliquer dans la vie de la Cité est l'activité sociale par excellence. Il y a eu les élections municipales l'an dernier. Je n'ai pas voté. Déjà à cause de la situation sanitaire, mais aussi parce que j'avais du mal à me reconnaître dans la proposition actuelle. A l'époque, j'en parlais à un ami et je lui disais que si aucune offre ne nous convenait, nous devrions créer la notre.

Je ne sais pas dans vers quelle "chapelle" me tourner. Quelque chose m'a fait tiquer lors de la présidentielle aux Etats-Unis. Joe "la Gaffe" Biden a déclaré qu'un vrai noir ne votera pas Trump. "Pour qui il se prend?! Nous sommes des individus et avons chacun notre opinion!" Nous sommes dans un monde de plus en plus clivé et il est difficile de trouver un curseur entre le camp du "Bien" et "ceux qui ont besoin d'un thé". C'est frustrant et perturbant.

Mais aussi, au delà de toutes ces idées, j'ai envie de renouer avec mes amis. Je n'ai pas revu certains depuis plusieurs mois. Déjà avec la crise sanitaire mais aussi la formation où j'ai du partir plusieurs mois ailleurs. J'ai compris que je les ai laissé de côté pendant trop longtemps. J'ai de la chance qu'ils soient aussi patients.

Je pense aussi vraiment reprendre en main ma vie sociale. Je l'ai laissée trop longtemps en souffrance. Je dois nouer trouver les cercles qui me correspodent plus.

Corps : J'ai souvent commencé ces articles par cet aspect, mais cette fois-ci je reconnais qu'il a été bien plus en retrait qu'à l'accoutumée.

C'est aussi dans cette partie que je parle de ma santé physique. Et je pense avoir attrapé le COVID vers la fin mars. Il n'y avait pas encore de test, donc je ne pense pas avoir de réponses un jour. Je n'ai pas eu de symptômes trop violents, si ce n'est de grosses quintes de toux nocturnes. Mais j'ai été fatigué pendant plusieurs semaines.

L'Athlétisme : Quand j'ai emménagé dans mon logement actuel, j'ai voulu avoir une cuisine plutôt bien équipée. Mais ce n'est qu'avant le confinement que j'ai pris mon courage pour commencer à cuisiner. J'aime beaucoup les gâteaux au chocolat, et je remarquais que j'en mangeais de plus en plus. Un gâteau entier par repas! J'ai commencé à les faire moi-même pour mieux me maîtriser.

Mais avec la formation, je n'avais plus accès à ma cuisine et avec son rythme soutenu, j'avais du mal à cuisiner. J'ai sombré dans les livraisons Deliveroo et les plats Picard. A tel point qu'aujourd'hui je ne supporte plus les plats préparés Picard. Maintenant je peux de nouveau cuisiner, et je cuisine plus. J'apprend aussi à faire du "meal prep." Cuisiner en quantité pour toute la semaine. Je n'ai plus à m'inquiéter de ce que je mange. C'est quelque chose qui reste à consolider avec beaucoup d'expérimentations, mais j'essaie de préparer des plats "sains" pour go muscu. 

En parlant de muscu, sans surprise, la crise du CoVid a lourdement impacté mon activité sportive. Avec le confinement, la salle où j'allais a fermé. Heureusement, j'avais auparavant acheté Ring Fit Adventures, et le jeu m'a accompagné pendant le 1er confinement. En décembre, j'ai également acheté Fitness Boxing 2. Je suis content de cet achat, je voulais reprendre un sport de combat, mais je ne veux plus prendre de coups. En plus, j'aimais beaucoup le design de Martina. Le jeu est satisfaisant en lui-même. Néanmoins, je trouve que la plupart des musiques sous licence ne sont pas terribles et parfois les contrôles passent mal. Par la suite, j'ai également appris l'existence d'un jeu de saut à la corde également sur Nintendo Switch. J'ai l'impression que ma Switch est plus un accessoire de sport qu'une console de jeu maintenant!

A côté de ça, j'ai investi dans différents équipements pour faire du sport à la maison. L'idée m'est venu lorsque j'ai fais la rencontre d'une coach sportive. J'étais tellement heureux! Mes efforts avaient porté leur fruits! Mais j'étais trop content et ça l'a refroidi. Dommage.

En tout cas, j'en profité pour acheter des sangles, des élastiques, des disques, etc. Au départ, c'était pour la formation, je les ai conservé et cherche à les réemployer. Nous sommes en été, je pense aller dans les parcs de street workout au moins une fois par semaine pour m'entraîner. J'hésite à retourner en salle. J'ai toujours été récalcitrant vis à vis des abonnements. De plus, comme j'ai pu en parler, j'en ai un peu de marre du culturisme. J'ai l'impression que ce n'est que du paraître pour compenser un manque. Je pense qu'on doit chercher à être complet, puissant, endurant, souple et bien sur esthétique. Mais je ne pense pas que je trouverais cette vision dans le culturisme pur et dur. J'envisage de reprendre le Crossfit qui a ces qualités en plus de son aspect social non négligeable.

La situations des déplacements en Ile-de-France étant ce qu'elle est depuis près de 18 mois, j'ai pris la décision de me mettre au vélo. Cela me permettra d'acquérir une petite liberté tout en faisant de l'exercice. J'ai pu trouver une vélo école et si tout va bien, je débuterai en septembre. Reste encore les autres activités en extérieur que sont l'escalade et le surf! La période n'aide pas encore à proprement se projeter.

Harmonie : Cette partie a pu s'appeler "Esthétisme" parce que pendant des années, je n'accordais pas d'importance à mon apparence. Je voulais me présenter comme un nouvel esthète, amateur du beau. Cette partie ne se concentrait que sur le style et l'esthétisme. Mais au final, c'est assez superficiel et je pense qu'on peut aller plus loin. Je vais regrouper dans cette partie les éléments propres à mon mode de vie.

L'un des concepts les plus récurrents et les plus flous que j'ai pu rencontré est celui de "mindfulness" ou "pleine conscience". Il signifie que l'on est pleinement dans le moment présent. J'aurais aimé l'adapter pour parler d'éveil, mais ce mot est désormais préempté. 

L'une des activités que j'ai entrepris est celle de la méditation. J'ai commencé parce que déjà je voulais apprendre à me calmer et me concentrer. Je réfléchis beaucoup et dans tous les sens. Ce bouillonnement est parfois douloureux. Je voulais le calmer. Je veux également prendre de la hauteur et rester dans le moment présent. J'ai souvent tendance à ressasser le passé ou me projeter dans un futur imaginaire. Je veux me réancrer dans maintenant. Être "aware" si on veut. Ou reprendre les bases du stoïcisme.

Cependant, la méditation n'est pas une pratique simple. Pour m'aider à m'alléger l'esprit et aussi m'organiser, je tiens également un journal. J'y mets des réflexions quotidiennes et la planification de mon temps. Durant le 1er confinement, j'en ai griffonné des pages. Ces derniers mois, je n'ai pas été très régulier dans sa tenue. Mais j'ai repris, quitte à être léger dans la rédaction. 

Par ailleurs, mon déménagement m'a fait m'intéresser au minimalisme. Je me suis demandé, comment est-il possible d'acquérir toutes ces choses au cours de 6 ans. Surtout des choses pour lesquelles je n'ai plus d'utilité. Je veux désormais plus me concentrer sur l'essentiel et supprimer le superflu. La liseuse va dans ce sens en fait. Donc progressivement, je vide chez moi et je tâche de me séparer de ce que je n'ai plus d'utilité réelle ou qui a une valeur symbolique quasi-négligeable. Si je vais au bout de la logique, je devrais également me séparer tous les newsletters et abonnements inutile que je peux encore avoir.

En plus du minimalisme, je vais plus attention à l'origine de ce que j'achète. Je comprends qu'une partie de ce que je possède est issue du travail d'autres et parfois dans des conditions qui, pour l'Occident, sont particulièrement datées. Pour autant, ça ne veut pas dire que je vais donner plus d'importance à la responsabilisation sociale et environnementale des entreprises. J'essaie d'être plus conscient du monde dans lequel j'évolue.

L'autre point important et qui s'emboite avec le premier est ce que j'appelle le "care". Prendre soin de soi. C'est quelque chose qui comprends l'aspect purement esthétique, mais va bien au delà. Ainsi, on retrouve la nécessité de s'habiller de façon adaptée. J'ai compris durant cette période qu'investir dans des chaussures de qualité est primordial. Pas juste pour le style, mais aussi pour la santé. On peut aussi chercher à réparer des éléments qui peuvent l'être plutôt que d'acheter du neuf.

Avec les confinements successifs, on a tendance à se laisser aller et à ne plus prendre soin de soi. Que ce soit au niveau de la coiffure, de la pilosité ou du soin de la peau. Ce n'est pas que superficiel. Se sentir bien dans sa peau passe aussi par se sentir beau. J'accuse le coup là aussi. C'est quelque chose que j'ai aussi beaucoup trop négligé et que je veux rependre en main. J'ai longtemps pensé à des pommades spécifiques pour peaux noires. Parce que mon expérience m'a montré que leurs caractéristiques ne sont pas prises en compte par les produits mainstream. Mais je pense que les choses ont changé. Et comme l'écrivait Fabien Olicard, 1 vaut mieux que 0.

Mais comme je le disais, c'est plus que faire le beau gosse. Je dois véritablement prendre soin de moi. Ces derniers mois, j'ai très mal dormi. Terreurs nocturnes ou trop chaud, je l'ignore. J'avais également des difficultés pour quitter mon lit. Durant le premier confinement, j'étais très inspiré par le Miracle Morning et je me levais à 5h du matin. J'arrivais à faire beaucoup durant la journée. Mais, durant la formation, j'avais pris l'habitude de dormir avec mon portable et c'était fin du game. Je me levais du lit au dernier moment. Bref. J'essaie de reprendre en main mes routines du matin et du soir. Ces deux moments étant cruciaux pour une bonne journée paradoxalement. Le plus souvent, et dans l'esprit du minimalisme, c'est en enlevant des éléments parasites.

Un autre point sur lequel je dois faire attention, c'est ma souplesse. Je me sens souvent coincé un peu de partout, comme si j'avais des boules dans les articulations. Je ne suis pas médecin, mais je pense que je suis trop rigide. J'ai commencé à faire des exercices d'assouplissement tous les jours dans le cadre de ma routine matinale, en plus d'exercices de respirations au moment du coucher. J'ai également repris mes entrainements du caisson pour le renforcer. J'envisage de plus en plus de me mettre véritablement au Yoga. A voir.

Un dernier point que je voulais aborder est la Spiritualité. Quand j'envisageais cet aspect, je pensais l'associer soit au Beau Sexe ou à l'Harmonie, il s'agissait d'aller vers une forme d'équilibre que j'ai du mal à trouver.

C'est un sujet qui peut s'avérer "touchy" parmi les Noirs. Je pense avoir parlé, mais en grandissant, j'avais du mal avec le christianisme. Déjà parce que j'avais l'impression que tout ce que j'appréciais était mauvais, que je devais encore plus me conformer à des règles que je comprenais mal... Puis en devenant adulte, je me suis demandé pourquoi nous sommes chrétiens, si ce n'est que nous n'avons pas eu le choix. Nous avons grandi dans cette culture, mais si on remonte le fil, on se rend compte que ce n'est pas nécessairement notre tradition première. Elle nous a été imposée pour différentes raisons.

J'ai eu une époque où j'ai complétement rejeté la religion. J'estimais que nous sommes les seuls maîtres de notre destin. Néanmoins, j'ai mis de l'eau dans mon vie et je me dis que nous raisonnons 

Ainsi, je pense plus aller vers les syncrétismes qui peuvent exister au sein des sociétés afro-américaines. Des systèmes qui incorporent les animismes amérindiens et africains avec le christianisme. A savoir principalement, la candomble brésilienne et la santeria cubaine (j'ai d'ailleurs repris l'apprentisage de l'espagnol pour ça). Il y a bien évidemment les vaudous (haïtien et louisianais), mais je reconnais que mes préjugés restent bien ancrés. Ces traditions sont pour moi une meilleure représentation de qui nous sommes. Pour le moment, je n'ai pas encore trouvé de groupe duquel je pourrai envisager de me rapprocher. Je comprends qu'ils ne souhaitent pas s'afficher aux yeux de tous cependant. Parfois j'aimerais entreprendre un grand travail de compilation de ces traditions, sans chercher à un "canon" unique bien sur. Mais les rendre plus accessibles en tout cas.

Durant mon moment de léthargie, j'ai eu des flashs de mon enfance. Il y a plusieurs années, j'avais lu (ou vu) que notre mémoire changeait au fil des années et que plus on avance en âge, plus les anciens souvenirs restent vivaces par rapport aux plus récents. Me réveillant quelques peu, je me dis qu'il faudrait chercher à créer de nouveaux plutôt que trop rester dans une enfance "imagée".

Taper ces lignes me fait penser à quelque chose que m'a dit mon ex. Je ne prends pas assez de photos, et elle me disait : "mais comment veux-tu garder des images de toi quand tu es à ton "zénith" si tu ne prends aucune photo." On se parlait en anglais, donc ce n'est pas le mot qu'elle a utilisé, mais l'intention est là.

Au mois de mai, j'ai appris le décès de Kentaro Miura. Ce fut une journée désagréable. C'est bien sur une épreuve pour ses proches et je leur adresse une pensée, mais je pensais à son Magnum Opus que resterait vraisemblablement inachevé alors qu'elle se dirigerait vers une direction différente de ce que l'on a connu pendant près de 3 décennies. On parle du surmenage, mais une partie de moi c'est dit, "il faut agir." Agir pour ne pas risque d'oublier et d'être oublié. Agir pour ne pas être frappé dans l'élan et pouvoir partir en paix. 

Sur un registre plus positif, je regardais une vidéo, où le vidéaste nous demandait ce que nous pensions du chemin que nous avons pu réaliser en 5 ans. Je me dis que ce n'est pas parfait, qu'il y a encore beaucoup à améliorer, mais j'ai fais un bond avant. Finalement, je suis dans la situation que j'aurais voulu avoir. A quelques détails près. Pour autant, "ils furent heureux et eurent beaucoup d'enfants" ne rend pas compte de la réalité de la vie avec ses hauts et ses bas. Ses réussites et ses frustrations.

J'ai choisi comme animal "totem", le phénix. Le phénix est un animal qui ressuscite des flammes. Mais je me rends compte que je ne ressuscite pas vraiment. Je me réinvente à chaque fois pour m'accommoder de mes nouveaux besoins. Les évolutions et changements du "gentleman" en sont la preuve. Chaque article "majeur" a sans doute eu des inflexions alors que je pensais arriver sur l'organisation "ultime".

Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 17:06

Je n'ai pas joué à Pokémon Epée. Je trouvais que pour la plus grosse franchise multimédia au monde, on se foutait un peu des joueurs à proposer des jeux aussi peu ambitieux sur Switch, alors que la console fait tourner Skyrim, Breath of Wild et même The Witcher 3! Et ce même si j'aime beaucoup certains thèmes musicaux ainsi que le design de Faiza. Les DLC m'auront fait revoir un peu mon jugement, mais pas assez pour que je considère les acheter. Néanmoins, j'attends avec beaucoup d'impatience Légendes Pokémon : Arceus. Il a l'air plus ambitieux et risqué et il est important de soutenir ces initiatives.

Parmi les personnages, et si on exclut Faiza, Roy m'a un peu impressionné. Dans ce jeu, la Ligue Pokémon est clairement une ligue sportive. Les dresseurs qui y participent, sont plus ou moins des sportifs professionnels et chacun porte un numéro comme dans les équipes où chaque joueur a un numéro sur sa tenue. Roy a le numéro 241. En japonais, un nombre, grâce à sa prononciation syllabique, peut signifier un mot. 241 veut dire "puissant", ce qui colle bien aux Pokémon de type Dragon qui ont des statistiques plus élévés que les autres. En plus de n'avoir presque uniquement des attaques offensives (si on exclut Danse Draco en fait). Et c'est un peu bête, mais j'ai toujours aimé le numéro 24.

Cela m'a fait m'intéresser plus au type Dragon. J'avais compris plusieurs années avant qu'il avait pour ambition d'être le type "ultime". Les Pokémon type Dragon sont résistants aux quatre types de starter, Plante, Eau, Feu et même Electrik. Par extension, ils dominent les quatre éléments classiques (si on considère le type Plante comme la Terre et le type Electrik comme l'Air). Et les Pokémon type Dragon ont longtemps été rares, difficiles à obtenir et puissants. Depuis plus de 10 ans, le type s'est même progressivement imposé comme un type "standard" pour les Pokémon légendaires, rejoignant le type Psy qui avait cette fonction dans les 3 premières générations.

Pour autant, auparavant, je n'y prêtais pas plus attention. La plupart des Dragon étaient aussi de type Vol leur donnant une double faiblesse au type Glace. Je me souviens avoir one-shotté un Rayquaza avec l'Onde Boréale de mon Phogleur. De plus, dans le jeu de carte, le type a longtemps été rattaché au type Incolore avec les types Normal et Vol, lui donnant un côté assez banal. Même si j'ai toujours rajouté un Pokémon de type de Dragon à partir de Pokémon Rubis pour donner du punch à mon équipe.

Finalement, j'ai remarqué qu'ils sont l'une des constantes de mes équipes (l'autre étant le type Electrik), je me suis dit, pourquoi ne pas se spécialiser en type Dragon? Il s'agit là d'un exercice théorique pour le "fun" (je m'amuse comme je peux), j'aurais toujours des équipes de cinq variées, mais je voulais faire comme les classes en jeu.

En plus, le type a désormais mes deux couleurs favorites, violet et or, couleurs du pouvoir. J'aurais ainsi un costume a mi-chemin entre celui de Peter et Pierre Rochard. Mais avec la cape et les bijoux dorés!

De façon schématique, les Pokémon de type Dragon peuvent être divisés en deux grands groupes aux inspirations évidentes :

  • Les orientaux : ce sont plus des créatures plus mystiques avec un aspect éthéré et bienveillant
  • Les occidentaux : ils sont en général plus bestiaux et agressifs dans leurs design avec une inspiration "réaliste" plus marquée

Je ne sais pas dans quelle mesure je suis original, mais le type Fée a permis de faire descendre les Dragons de leur piédestal. Bien qu'ils soient toujours un bon type, ils n'ont plus la suprématie qu'ils ont pu avoir ne devenir plus commun. D'ailleurs, je me demande pourquoi Evoli n'a pas d'évolution de type Dragon? Jusqu'à la génération IV, c'était un type Spécial, et les évolution d'Evoli sont toutes de type Spécial (Feu, Eau, Electrik, Psy, Ténèbres, Plante, Glace et maintenant Fée). Il ne manquerait que le type Dragon. Je me demande alors pourquoi, ils n'ont pas introduit les deux lors de la 6ème génération...

Dracolosse : Au départ, je pensais choisir Altaria. Il s'agissait le premier Dragon à faire partie de mon équipe. Et puis il a une méga-évolution avec le type Fée. Mais je pensais que ce serait mieux de choisir Dracolosse. L'OG dragon.

Il était entouré d'une forme d'aura légendaire durant mon enfance. Surtout suite à l'épisode de l'animé où un Dracolosse géant apparait dans la nuit. La difficulté pour l'obtenir l'a plus ancré dans cette image.

Je me souviens aussi du Dracolosse du dernier champion de la Ligue Orange qui volait à des vitesses incroyables. J'étais ébahi. Depuis, Dracolosse fait partie de mes équipes de Kanto/Johto.

De plus, il me faisait penser à Elliott le Dragon, avec sa bonhommie et ses petites ailes. Même si je ne l'ai jamais vu. D'ailleurs, le physique sympathique et avenant de Dracolosse peut trancher avec certaines de ses capacités potentiellement très destructrices.

Carchacrok : Dans un premier temps, j'avais pensé à Libegon. En anglais, libellule se dit dragonfly ou dragon-mouche. Il y a une forme de poésie en ce que le lion devienne un dragon.

Néanmoins, j'ai toujours beaucoup aimé les requins. Je trouve que ce sont des créatures magnifiques qui n'ont pas eu besoin d'évoluer alors qu'ils font partie des premiers vertébrés, apparus il y a des millions d'années. Tout est adapté pour en faire des prédateurs efficaces. Je préfère de loin les requins aux dauphins d'ailleurs. Moins vicieux.

Quand il a été introduit dans la génération IV, Carchacrok s'est ainsi vite imposé comme l'un de mes Pokémon favori. La seule chose que je ne comprends pas, c'est l'affiliation à la Terre. Peut-être parce qu'un désert est une mer de sable? Mais autrement, un dragon requin qui se déplace à des vitesses supersoniques c'est génial. D'autant plus que parmi les pseudo-légendaire, il l'un de ceux qui évoluent le plus tôt et on se souvient de celui de Cynthia.

Rexillius : J'ai cru comprendre qu'en japonais, les mots dragons et dinosaures sont très proches. Ainsi, il n'est pas rare que les dragons aient des traits de dinosaures (et inversement) dans les œuvres japonaises. Ce n'est pas exclusif au Japon, puisque quand j'étais enfant, je croyais que les dinosaures pouvaient cracher du feu en regardant la bande annonce de Jurassic Park (la scène où le raptor souffle de la buée sur la porte de la cuisine).

Le premier Dragon vraiment dinosaurien est Tranchodon. Mais il est Dragon pur. J'ai aussi pensé à Ekaiser. J'aime bien son aspect guerrier honorable, mais je veux aussi limiter les pseudo-légendaires. Mais je vais finalement aller vers Rexillius. Rexillius est explicitement inspiré du Tyrannosaure Rex! Ce n'est pas très original de dire que le T-Rex est ton dinosaure favori (j'aime bien aussi le parasaurolophus), mais il faut reconnaître que c'est l'un dino les plus cools qui soient. Et j'aime bien le fait que les d

Draïeul : Je voulais un dragon plus orienté "spécial". J'ai pensé à Trioxhydre, mais je le trouve trop "hardcore" par rapport à l'époque. Même si ce des créatures de puissance, je pense aussi que les dragons ont une majesté naturelle que n'a pas Trioxhydre.

Au départ, ça devait être Muplocodus, qui est inspiré des escargots qui peuvent prendre la place des dragons. Mais, finalement j'ai décidé de choisir Draieul. Déjà je voulais choisir un autre Pokémon qu'un pseudo-légendaire. Et la caution "mignonne" est déjà remplie par Dracolosse. Et puis j'aime bien Draieul, il me fait penser à Falkor de l'Histoire sans fin.

Hyporoi : Je me souviens dans Pokémon Rouge, Hypocéan était considéré comme un dragon, même s'il n'en avait pas le type. J'étais content qu'il ait une évolution qui ait ce type dragon, la seule inclusion au Pokédex de Jotho. Je me souviens également du Hyporoi de Sandra qui du fait de son double type Eau/Dragon, n'avait qu'une seule faiblesse, le type Dragon. A ce moment du jeu, le combat nécessitait souvent de passer à la force brute (ou la stratégie) pour avancer dans l'intrigue. J'ai toujours apprécié ce Pokémon néanmoins.

De plus, comme indiqué précédemment le type Eau permet aussi de contrer le type Glace.

Dracaufeu : Je voulais un dragon occidental "classique", et Drattak faisait doublon avec Dracolosse avec son double type Dragon/Vol. J'aurais quand même voulu éviter de prendre Dracaufeu. Trop populaire, mais si efficace!

Même s'il est un dragon, Dracaufeu n'a pas été de type Dragon jusqu'à la Méga-Evolution. Où il avait Pour ma part, j'avais la version Y donc j'avais le Dracaufeu qui

Ce qu'il y a d'intéressant, c'est que Dracaufeu est aussi type Feu. Mine de rien, le type Feu est le deuxième type avec le plus de résistances. Dont les types Glace et Fée. Mega-Dracaufeu X subit ainsi des dégats normaux de ces deux types. J'aimerais en faire mon Pourfendeur de Fées.

Tout ça m'aura donné envie de me mettre au jeu de cartes Pokémon. Je n'y ai pas joué depuis 1998...? J'aurais composé un deck de type Dragon bien sur, mais aussi plus largement d'autres créatures, des reptiles, des dinosaures et même des oiseaux (ce sont des dinosaures aussi!). Malheureusement, les anciens decks Dragon sont maintenant super chers!

Partager cet article
Repost0

Menu Principal

  • : Journal du Yannus
  • : Bienvenue dans cet espace où je parle de ce que j'aime, et surtout de moi. En effet, je voulais avoir un endroit où je peux m'épancher à loisir! Pour autant, je préfère écrire un article quand je pense avoir un plus à apporter, ou si un sujet me tient très à cœur. Je n'ai pas une production régulière (j'écris quand l'inspiration vient et quand les possibilités me le permettent), mais j'encourage à passer au moins une fois par mois, pour ceux que ça intéresserait.
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Wakanda Forever
    Je ne sais plus si j'en avais déjà parlé mais le décès de Chadwick Boseman m'avait un peu marqué. Je crois que dans la même période Virgil Abloh était mort d'un cancer également. Ca m'avait fait penser à la fragilité de nos existence, et qu'il était important...
  • Un été pour abandonner l'humanité
    Je me rends compte que ça fait un moment que je n'avais pas écrit d'article sur ma "pratique sportive". Le dernier remonte à ma pratique de la calisthénie au cours de l'été dernier. Beaucoup s'est passé depuis. Déjà, le mauvais temps approchant me donnait...
  • Pokémon Legends Arceus
    J'ai pensé à acheter les remake de Diamant et Perle quand j'ai appris que leur Ligue était peut-être l'une des plus difficiles, avec Cynthia qui aurait une équipe "parfaite". Mais je me suis ravisé quand j'ai compris que ce n'était qu'un pic de difficulté...
  • Shin Megami Tensei V
    J'ai pensé à me prendre le remaster de Shin Megami Tensei : Nocturne. Mais finalement je me suis ravisé car les musiques n'avaient pas été décompressés. Toutefois, je trouvais bizarre que l'on ressorte un remake de Nocturne peu avant le V... Cependant,...
  • Terres d'Emeraudes 2.0
    J'en parlais dans l'article sur le gentleman, mais j'ai été en couple. C'est tombé à l'eau en partie parce que je n'étais pas disponible et avais, à ce moment là, d'autres priorités. Je n'avais pas pris le temps de prendre de vraiment digérer la rupture....
  • La reprise !
    J'en ai parlé, mais Ring Fit Adventure m'a beaucoup accompagné durant le premier confinement. J'ai pu avancer dans le jeu et ai été surpris des ennemis qui se diversifiaient à un moment avec des animaux envoutés (des cerfs bleus, des aigles rouges, des...
  • Tierlists des applications de rencontre utilisées
    Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement,...