Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2021 5 16 /07 /juillet /2021 21:17

Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement, notamment grâce aux applications de rencontres.

Je voulais écrire un article qui regroupe mon ressenti global, sans rentrer dans le détail de telle ou telle rencontre. Mon expérience d'utilisateur sur chacune en quelque sorte. Et comme les tiers lists sont à la mode, pour pas ce format?

Au début, quand je recevais un peu d'attention, j'étais dans tous mes états. "On s'intéresse à moi?!" Et même si la fille ne m'intéressait pas spécialement, j'essayais de faire l'effort d'aller vers elle et essayer de voir où cela peut mener. J'ai décidé d'arrêter. J'ai compris que je ne m'impliquais pas assez dans ces rencontres. Et ça me stressait que de me dire que la femme était en attente de quelque chose vis-à-vis de moi alors que je savais pertinemment qu'il n'y aurait jamais rien du tout.

Pendant un temps, j'ai pu chercher aussi à faire de la quantité. En effet, comme disait un Youtubeur, sur 10 filles, 5 vont te répondre, 3 vont accepter un rendez-vous, 2 vont venir et ça va bien se passer avec une. J'aurais rajouté que c'est l'hypothèse optimiste. Néanmoins, j'ai compris que ça demandait beaucoup d'énergie d'entretenir plusieurs conversations en même temps.

Maintenant, je préfère ne me concentrer que sur des relations que je sais que j'ai envie de nourrir plutôt que du chiffre. Mais ça implique de longs passages à vide.

De ce que j'ai pu voir, peu de personnes font de réels efforts pour se distinguer. Paresse? Mauvaise compréhension? Je l'ignore. Beaucoup ne se contentent de ne mettre que des photos (de plus ou moins bonne qualités), et quand il y a des bios, elles souvent creuses, pleines d'aigreur ou renvoient à un compte instagram...

De mon côté, je me prends la tête pour paraître attirant et me sortir de la masse. J'ai l'impression de m'ouvrir et me mettre à nu devant des personnes qui ne s'intéressent pas réellement à moi. Qui ne prennent pas le temps de lire mon profil, mais ne s'arrête qu'à mon physique, ou ma couleur de peau j'ai trop souvent l'impression. En effet, quand on se parle, presque aucune ne fait référence à mon profil et n'a que très peu d'interactions avec moi, renforçant mon inconfort...

Sur mes likes, parlons en. Je reçois souvent des "likes" de femmes rondes et fières de l'être. Je n'ai rien contre ces femmes, mais dès que je peux l'indiquer, je dis que je fais beaucoup de sport. Ce n'est pas pour rien : je veux rencontrer une fitgirl et espérer qu'elle me calcule. Plus que grossophobe, je suis myonphile. Ainsi, je me sens profondément insulté. Depuis plusieurs années, je me dépasse régulièrement pour aller plus haut et devenir digne des déesses qui m'inspire. Et je vois des femmes satisfaites de leur condition et osent penser qu'elles peuvent avoir un ticket avec moi. A chaque fois, mon sang bouillonne. Je reconnais que ça m'énerve bien plus que ça ne devrait, mais je n'arrive pas à passer outre.

Pendant un temps aussi, je recevais beaucoup de propositions de femmes s'exclamant ne rechercher que du sérieux. J'avais l'impression de passer un entretien au bout de 10 min. Un entretien où quoique je fasse, je n'aurais pas le job. Ca m'a beaucoup blessé.

Je me demandais : "C'est ça le sérieux?! Jeter quelqu'un dès qu'il a dit quelque chose qui ne te plait pas?!" J'ai commencé à devenir de plus en plus agressif et vindicatif envoyant balader des femmes pour un rien. Jusqu'à ce que je comprenne que je prenais tout ça trop au sérieux justement. Entre la frustration de ne pas matcher avec les femmes qui me plaisent et l'incompréhension face à celles qui s'intéressent à moi, j'ai eu une petite spirale descendante.

J'ai pensé à manipuler mon profil pour avoir l'air moins sérieux. Plus de légèretés et mettre mon côté geek en avant. Le succès fut modéré. J'en suis venu à penser que finalement, certaines ne s'intéressaient à moi que pour ma couleur de peau et pas pour qui je suis réellement. Ca m'a déçu. J'étais choqué et déçu.

Cependant, je comprends progressivement que tout ça n'est que du jeu et que je dois comprendre les règles. Ce que certaines essayaient de me faire, mais je suis trop obtus, je n'aime pas qu'on essaye de m'imposer quoique ce soit. J'apprends ainsi à laisser mon égo de côté, ou comme j'aime dire, let go the ego.

A mon retour parisien, j'étais assez surpris de revoir des femmes que j'avais vu quelques mois plus tôt. Je pensais que le turn-over féminin était beaucoup plus important. Surtout à Paris. D'autant plus que la plupart sont des jeunes femmes très attirantes. Je ne sais que tirer que des conclusions n'apporte rien de positif, mais je ne peux pas m'empêcher de me demander ce qu'elles recherchent. J'avais pu lire qu'une femme mignonne et bien dans sa tête ne reste jamais célibataire bien longtemps. Je partage cette opinion.

A titre expérimental, j'ai crée un compte Tinder féminin pour voir ce que la concurrence pouvait mettre en photo de profil ou description. En quelques minutes le profil a été submergé de "likes". J'ai pris mes jambes à mon cou. Mais j'ai compris deux choses. Être une femme sur ces applications est assez stressant voire effrayant, mais donne un pouvoir incroyable. Celui du choix. Après quel type de choix, c'est une autre question.

Celles où j'ai pu avoir une histoire : Il s'agit des applications où j'ai pu faire des rencontres et ai pu les "consommer". Je me rends compte que ce sont des applications qui mettent plus l'accent sur des rencontres de qualité avec beaucoup de personnalisation.

Hinge : Certaines des plus belles rencontres qu'il m'ait été donné de faire étaient issues de Hinge. Si je ne devais en recommander qu'une seule, ce serait elle. L'application a un seuil d'entrée assez haut, peut-être du fait qu'elle soit en anglais. Mais de fait, beaucoup de profils sont écrémés et cela laisse la place à des profils d'un autre niveau. Le contrepoint négatif est qu'il y a moins de personne sur l'application et puisque l'on peut choisir d'aller à l'autre bout du monde, il m'arrive de rentrer en contact avec des étrangères à l'étranger plutôt que des personnes en France.

Un des points positifs est que l'on voit directement qui nous a liké et si on refuse, le profil disparaît de notre stock. Beaucoup d'applications gardent des profils en cachette pour pousser au paiement, mais bien souvent ce sont des profils qui lne nous intéresse pas. Il y a également la possibilité de revenir en arrière une fois autant de fois qu'on veut. Moi qui dit non très vite c'est plutôt agréable.

Un autre point intéressant est que l'application pousse à la personnalisation du profil. Certaines photos sont obligatoires et on ne met pas une description classiques, mais on choisit des accroches auxquelles on peut réagir par un commentaire. L'application incite à l’interaction et à l'investissement.

Cependant beaucoup ne se foulent pas pour compléter leur profil et les mêmes accroches reviennent en boucle. Ca m'a causé une mini-déprime à un moment. Je pensais que c'était moi le problème et que je n'étais décidément pas dans le moule. Le seuil d'entrée élevé me faisait réaliser que l'application avait un côté élitiste, comme a pu me dire un ami. C'est vrai que la plupart des profils que j'ai pu voir montre un train de vie plutôt "aisé". J'en venais à la conclusion que "l'élite" était vraiment fade et pas pour moi. Puis, j'ai cherché pour comprendre, et j'ai réalisé que beaucoup ne s'arrêtent qu'à des poncifs, à tel point que certaines accroches sont devenus des clichés.

Il faut aussi se forcer soi-même à interagir de façon intéressantes avec les profils en commentant plutôt qu'en likant simplement.

Bumble : L'application se veut "féministe" en laissant les femmes entamer la conversation. C'est faux. Le plus souvent, le premier message n'est qu'une façon de confirmer le like. Je n'ai que rarement vu une femme entamer le dialogue avec le premier message. Il ne s'agit que trop régulièrement d'une apostrophe, d'un gif ou un emoji... Les rôles traditionnels ont la vie dure en dépit des "avancées". 

Cependant, j'aime bien le fait de pouvoir filtrer les profils proposés. Mon filtre le plus souvent actif est celui de l'activité physique sur le critère "Souvent - strictement". Néanmoins, et sans réelle surprise, la majorité de mes sollicitations viennent de femmes moins (voire pas du tout) sportives. D'autres, même sportives, ne mettent rien. Je n'ai pas envie d'être trop obtus sur ce que je recherche, des rencontres intéressantes peuvent être faites partout.

Un autre point intéressant est la personnalisation des profils avec des accroches et des centres d'intérêts. Mais comme ces informations ne sont pas obligatoires, certaines ne mettent rien. Pire, il faut supporter la question : "Quelles sont tes passions?" "Mais- Mais, c'est écrit! Tu as lu mon profil?"

Comme Hinge, les profils qui ont liké disparaissent s'ils n'ont pas été choisis. Mais ils apparaissent selon les critères choisis. Quand j'active l'option activité physique, tous les likes disparaissent malheureusement. Un problème peut se présenter quand quelqu'un vous a liké et a quitté le pays, elle reste dans le stock au moins jusqu'à ce qu'elle revienne sans pouvoir la faire disparaître. Avant aussi, il y avait la possibilité d'avoir 3 retours en arrière toutes les 3 heures, mais cette fonctionnalité a été rendue payante.

Cependant, Bumble est aussi l'une des applications les plus frustrantes. Il n'est pas rare que certaines femmes qui me plaisent beaucoup me likent en premier mais lorsque je rends la pareil, elles n'adressent jamais la parole. Même quand il m'est arrivé de prolonger le délai initial de 24h. Je ne sais pas pourquoi. Elles ne savent pas l'utiliser? Je ne suis pas assez intéressant finalement? Elles veulent juste nourrir leur ego? Là encore, l'application prétend vouloir donner de la place au respect. Elle devrait sensibiliser tout le monde au fait qu'il y ait quelqu'un de l'autre côté. De fait maintenant je ne prolonge plus les matchs. Quelqu'un d'intéressé parlera dans les heures (voire les minutes) qui suivent le match. Et maintenant, je n'essaie d'aller que dans des rencontres que j'ai réellement envie de nourrir et de voir grandir.

Il y a quelques années, Bumble était comme Hinge avec un seuil d'entrée assez élevé. Ca a beaucoup changé, et c'est devenu un "Tinder lite."

Celles où j'ai eu un rendez-vous : Le second tiers, est celui où j'ai pu avoir au moins un  rendez-vous. Celles-ci sont plus hétéroclites.

Fruitz : Sur Fruitz, on peut indiquer d'emblée ce que l'on recherche avec des fruits, les cerises indique le mot en S, les raisins, des rendez-vous sans pression, la pastèque, une relation physique suivie et la pèche, une aventure d'une nuit. Ce qui devrait permettre des relations honnêtes est complètement pété.

Je ne serai pas surpris que ce soit parce que les hommes ne recherchent que des pastèques et/ou des pèches. Les femmes ne recherchent que des cerises. Une d'entre elles me disait que c'est pour se protéger. Mon test sur Tinder me confirmera, au moins en partie ses dires.

Pour ma part, j'avais mis dans un premier un raisin. Je ne voulais faire des rencontres sans idée particulière. Rapidement mon stock a augmenté sans que je ne le contrôle et  comme les profils sont floutés, je ne pouvais déterminer qui m'avait envoyé un like. J'ai commencé à avoir quelques matchs, mais comme souvent beaucoup ne parlent jamais. Surtout que l'application propose des "icebreakers." Certains sont marrants, mais beaucoup sont cringe. Peut-être que je choisis les mauvais. Surtout, Fruitz a été la première application où j'ai pu avoir des lapins. Les raisins n'engagent à rien.

Ensuite, j'ai mis une pastèque. Ce n'est pas nécessairement ce que je recherche, mais j'étais furieux de me faire mener en bateau par des gourdasses qui n'avaient aucune intention de me voir ou juste avoir un minimum de respect. Ce fut le désert pendant plusieurs jours... Je me suis calmé entretemps et ai remis le raisin. Let go the ego.  

The League : The League prétend être une application qui rassemble des gens qui mettent l'accent sur leur vie professionnelle et qui n'ont pas nécessairement le temps de chercher quelqu'un. L'application avait crée la polémique parce qu'elle permettait de choisir l'origine des participants. A titre personnel, je ne vois pas le problème. Dans les faits, beaucoup le font déjà. J'ai déjà rencontré des filles qui ne fréquentaient que certaines origines. Ce sont des préférences, et j'ai moi-même les miennes.

Chaque jour, l'application propose de nouveau profils et deux fois par semaine, il y a une espèce de speed dating où l'on rencontre des gens au hasard ou même ses propres matchs. Ce dernier point est plutôt sympa, ça permet de rencontrer des personnes d'un peu partout que l'on n'aurait peut-être pas rencontré autrement. Ce n'est pas parfait cependant. Déjà les rencontres ne durent que deux minutes. Une fois que les réglages sont vérifiés, la conversation est presque finie. Ensuite, là encore il faut que tout le monde joue le jeu. Au départ, j'étais content de parler avec certaines filles, même si elles ne me correspondaient et je ne leur correspondais pas. On discutait poliment et on se souhaitait le meilleur. Progressivement, je suis tombé sur des filles qui me mettaient sur silence, prétextaient des problèmes techniques pour être dans l'incapacité de me parler voire me zappaient au bout de quelques secondes... 

Un des points sombres est je pense une offre européenne mal pensée. Je reçois pas mal de propositions de profils originaires d'autres pays européens. Ça peut être intéressant de s'ouvrir à d'autres et l'Europe n'est pas si grande, mais je préfère éviter d'avoir à gérer de nouveau une relation alors que nous sommes dans deux pays différents. Après certaines filles s'inscrivent sur Paris alors qu'elles vivent dans d'autres pays, j'ai rencontré des filles d'Espagne ou de Bulgarie comme ça. Je me demande quelle est la raison, surtout dans un contexte de pandémie où les déplacements sont plus compliqués...

Peut-être aussi qu'il n'y a pas assez de profils en France? A l'inscription, nous serions mis sur une liste d'attente, mais mon profil a été accepté dans les heures qui ont suivi, et durant les moments de speed dating, on peut voir des milliers de participants aller et venir alors que l'application traine pour nous faire rencontrer une autre personne.

De même que ces dernières semaines, j'ai recommencé à voir des profils identiques à ceux des autres applications. Juste des photos et quelques informations obligatoires. Le niveau d'implication est décidément le même partout...

Happn : Happn est peut-être l'application la plus égalitaire. Ce sont a priori des personnes que l'on rencontre dans la rue. Le seuil d'entrée permet de rencontrer toute sorte de personnes, des anonymes comme des personnalités.

Une mise à jour a introduit la possibilité d'avoir des rappels des profils qu'on aurait pu ignorer. C'est un mini-jeu où l'on doit choisir chaque jour entre 4 profils, et ce pour le nombre de like qu'on a en stock. En général, j'essaie de déterminer qui est la personne qui me plait le plus et quand j'arrive à déterminer qui j'attends.

Une récente mise à jour a permis de mettre en avant les centres d’intérêt. Dont le sport.

Celles ou je n'ai eu que des numéros : Des applications parfois reconnues, mais qui ne m'ont apporté que peu de résultats.

Tinder : Eh oui, je n'ai jamais rien eu que concret via Tinder! Quand je me rappelle que je n'ai repris Tinder que dans l'objectif de retrouver quelqu'un et que cette personne est sans doute déjà en couple...

Je n'utilise Tinder que parce que c'est l'application la plus utilisée. La plupart des filles ne répondent plus au bout de quelques messages, et celles dont j'ai le numéro esquivent les rendez-vous et ne répondent plus. Je comprends que je sois parfois très (trop) logique, mais j'ai d'autres fois le sentiment que certaines ne sont là que pour booster leur ego.

Cependant, l'application prend des idées de ses concurrentes (?) et il est possible de personnaliser son profil. Avec des accroches, des centres d'intérêts et des informations sur le style de vie. Mais comme toujours, peu de monde prend le temps de remplir ces formulaires ou avec un vrai investissement. Comme dit un ami, c'est comme un CV, si tu n'as rien à mettre, ne mets rien.

Facebook : On pourrait penser que tout le monde a un compte Facebook rencontre, mais il n'en est rien. Et en général, j'ai l'impression que le cout d'entrée est très bas.

L'application est intéressante parce qu'elle permet de revenir en arrière gratuitement, offre de grandes possibilités de personnalisation (sans doute mieux revendre les données ensuite) mais reste discrète vis a vis de ses amis.

Malheureusement, les profils ne sont pas très intéressants. Outre les fanatiques du mot en S, beaucoup des femmes ne rechercheraient que des relations amicales ou basées sur la foi (chrétienne comme musulmane). Les profils de qualité restant comme souvent hors de portée.

Les lentes : Les applications de rencontre lentes veulent prendre le contrepied des applications classiques, en proposant un nombre limité de profil chaque jour. Cela devrait en théorie permettre des rencontres de qualité avec de l'investissement des deux côtés. Je suis très sceptique. Les femmes demeurent très selectives.

Once : Toutes les applications mettent en place un système de classement ou d'affinités, Once est la seule à permettre de noter explicitement ses utilisateurs. Je pensais que c'était un moyen de réellement proposer des profils adaptés (et aussi encourager à payer), mais en fouillant dans les données, j'ai vu que je mettais des scores. C'est peut-être hypocrite de ma part, mais je ne voulais pas donner de notes. Ce n'est pas parce que j'estime que quelqu'un qui ne me correspond pas que je devrais la plomber.

L'application propose chaque jour une personne. Ainsi que d'autres profils, mais si on veut se connecter avec ces derniers, il faut payer. D'ailleurs, rapidement, les profils proposés deviennent de plus en plus moyens alors que les payants sont de plus en plus attirants...

Enfin, il n'est pas possible de supprimer ses données unilatéralement. Il faut faire un mail disant que l'on veut supprimer son compte. Ces derniers mois, ma vie a beaucoup bougé et j'ai eu envie de reprendre de zéro. Impossible.

Bref, je ne comprends pas pourquoi cette application dispose d'un aussi bon score? Est-elle plus adaptée pour les femmes qui la note plus largement?

Waiter : Je reconnais être plutôt exigeant sur mes critères et il y a eu de nombreuses journées où je n'ai choisi personne. Cependant, ce que je ne comprends pas, c'est qu'en plusieurs mois d'utilisation, je n'ai été choisi qu'une seule fois. Je nz prétends pas être de rang S, mais j'ai plusieurs sollicitations sur différentes applications. Donc je trouve étrange de n'avoir presque aucune sollicitation sur celle là. Surtout quand au bout de 3-4 mois plusieurs centaines de profils se trouvent dans mes propositions.

Si je n'utilisais pas d'autres applications, je pense que j'aurais fais une dépression en utilisant celle-ci. En plus, elle doit être l'une des plus buguées.

Coffee meet bagel : Une application qui serait très utilisée dans les pays anglophones. Beaucoup moins en France. Son utilisation est bizarre entre les grains de café et les propositions quotidiennes.

Elle est presque vide en France, il a fallu que je cherche jusqu'à Londres pour trouver de nouveau profils. Ce qui ne convient pas. Enfin, le type de profil le plus présent sur l'application n'est pas celui qui me plait le plus (voire pas du tout). Bref, ce n'est pas pour moi!

Celles où je n'ai rien obtenu : A ce niveau les applications où je n'ai rien de significatifs si ce n'est quelques matchs.

Okcupid : Pour le coup, ça me désole un peu de la voir ici celle-là. Une ancienne collègue me disait qu'elle avait rencontré son compagnon actuel grâce à cette application. Elle a un côté "alternatif" assez intéressant avec une myriade de choix de personnalisation. On est vraiment dans le cliché du flocon de neige spécial des Millenials. Mais si on veut aller plus loin et n'avoir que les profils qui nous intéresse, il faut sortir la carte bleue.

On peut répondre à des panels de questions, mais il est difficile de déterminer le degré d'importance. Un point que je pensais avoir mis sans importance me sera proposé de la même façon que quelque chose de capital.

J'ai beaucoup de mal avec OkCupid. D'une part, les profils proposés sont complètement flous et il n'est pas possible de savoir qui nous a liké (sauf si on reçoit un message, ce que bien sur, personne ne fait). D'autre part, je trouve que l'application attire trop les Millenials de gauche. Je penche plutôt à droite en matière de politique (un noir de droite, c'est plutôt rare), mais le truc c'est que les filles de gauche que j'ai pu rencontrer étaient très militantes et n'admettent pas de points de vue différents, convaincues qu'elles sont le Bien. Désormais j'évite ce type de personnes pour moins de prise de tête.

Badoo, Lovoo, Hili, Twoo : Ces applications proposent des activités de live. Certains sont plus intéressés par ces lives que les rencontres. Le taux d'entrée étant très bas, je trouve que les profils ne sont pas les plus qualitatifs. Beaucoup de faux comptes aussi.

La revanche des sites de rencontres : Il y a plus de 10 ans, on parlait des sites de rencontre et doucement on se moquait des rencontres en lignes jusqu'à ce qu'elles rentrent dans les habitudes. Je pense que ces sites ont fais de la place pour les applications que nous utilisons. Mais ces dernières les ont plus ou moins vidées de leur substance, avec des rencontres presque instantanées et sans effort particulier.

Meetic : Pas grand-chose à dire. Dès qu'on veut aller plus loin que l'inscription, il faut sortir la carte bleue. Je me souviens avoir envoyé une 60aine de message il y a quelques années dans le vent... Est-ce que tout le monde doit payer ou juste les hommes? Les activités ne sont pas plus pertinentes, les gens restent avec leurs amis sans aller les uns vers les autres.

Adopteunmec : J'ai essayé Adopte sur les conseils d'un coach en séduction. J'ai même été jusqu'à payé. Beaucoup de femmes ne comptent que sur leur physique (avantageux il est vrai) et ne font pas d'investissement particulier sur leur profil, sauf les platitudes habituelles. C'est frustrant parce que tout est fait pour que les hommes paient. Mais en réfléchissant, je n'ai pas vu de réelle raison de payer. Les filles ne sont pas nécessairement plus intéressantes qu'ailleurs et je n'avais pas un meilleur accès à celles qui peuvent me plaire...

De plus, et je vais un peu méchant, mais je trouve qu'il y a trop de mères célibataires sur ce site. Ma mère m'a elevé seule, et je me demande parfois comment ça aurait été si elle avait eu un compagnon pour nous accompagner. Quand j'étais plus jeune, je ne voulais pas fréquenter de mère célibataire, je me disais qu'une mère responsable ferait toujours passer sa progéniture avant moi. Maintenant, je suis plus cynique. Je ne veux pas passer après quelqu'un d'autre. Peut-être plus tard, mais pas maintenant.

Je reconnais être quelque peu aigri. Let go the ego. J'ai le sentiment de m'investir dans quelque chose qui n'a qu'un rendement assez faible. Mais comme l'expliquait un coach en séduction, aujourd'hui on ne peut plus passer à côté des applications de rencontre.

Cependant, elles restent un outil biaisé où les relations et le rapport à l'autre est souvent industrialisé. Même si j'ai pu comprendre que je pouvais plaire et j'aime la possibilité de rencontrer des personnes que je ne pourrai jamais voir autrement, je pense que le mieux c'est de faire des rencontres dehors. Mais reste à trouver la confiance en soi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Menu Principal

  • : Journal du Yannus
  • : Bienvenue dans cet espace où je parle de ce que j'aime, et surtout de moi. En effet, je voulais avoir un endroit où je peux m'épancher à loisir! Pour autant, je préfère écrire un article quand je pense avoir un plus à apporter, ou si un sujet me tient très à cœur. Je n'ai pas une production régulière (j'écris quand l'inspiration vient et quand les possibilités me le permettent), mais j'encourage à passer au moins une fois par mois, pour ceux que ça intéresserait.
  • Contact

Rechercher

Articles Récents

  • Un été pour abandonner l'humanité
    Je me rends compte que ça fait un moment que je n'avais pas écrit d'article sur ma "pratique sportive". Le dernier remonte à ma pratique de la calisthénie au cours de l'été dernier. Beaucoup s'est passé depuis. Déjà, le mauvais temps approchant me donnait...
  • Pokémon Legends Arceus
    J'ai pensé à acheter les remake de Diamant et Perle quand j'ai appris que leur Ligue était peut-être l'une des plus difficiles, avec Cynthia qui aurait une équipe "parfaite". Mais je me suis ravisé quand j'ai compris que ce n'était qu'un pic de difficulté...
  • Shin Megami Tensei V
    J'ai pensé à me prendre le remaster de Shin Megami Tensei : Nocturne. Mais finalement je me suis ravisé car les musiques n'avaient pas été décompressés. Toutefois, je trouvais bizarre que l'on ressorte un remake de Nocturne peu avant le V... Cependant,...
  • Terres d'Emeraudes 2.0
    J'en parlais dans l'article sur le gentleman, mais j'ai été en couple. C'est tombé à l'eau en partie parce que je n'étais pas disponible et avais, à ce moment là, d'autres priorités. Je n'avais pas pris le temps de prendre de vraiment digérer la rupture....
  • La reprise !
    J'en ai parlé, mais Ring Fit Adventure m'a beaucoup accompagné durant le premier confinement. J'ai pu avancer dans le jeu et ai été surpris des ennemis qui se diversifiaient à un moment avec des animaux envoutés (des cerfs bleus, des aigles rouges, des...
  • Tierlists des applications de rencontre utilisées
    Durant mon adolescence et le début de mon age adulte, j'ai cruellement manqué de confiance en moi. Je ne pensais pas que je pouvais intéresser ou plaire. Que je n'étais qu'un "monstre" destiné à finir seul. Ces derniers mois m'ont fait changer mon jugement,...
  • Bilan covidé
    2020 a été une année bouleversante avec ce virus sorti de quasiment nulle part. Le remake de Resident Evil 3 étant sorti le 3 avril, j'ai pu penser, la première fois que je suis allé au travail durant le premier confinement, que nous étions dans une œuvre...